Record de victoires à la 50e saison de la LHJMQ. Double couronne. Meilleur marqueur et joueur le plus utile. Un portier tenace qui ferme la porte. Un entraîneur qui possède déjà sa bague de la Coupe Memorial et qui remporte la Coupe du Président une 2e année de suite. Vraiment, Rouyn-Noranda a toutes les bonnes raisons d’y croire.

 

Les Huskies partiront-ils favoris du 101e Tournoi de la Coupe Memorial, qui se déroulera à Halifax entre le 17 et le 26 mai? Il serait difficile de ne pas les y placer. Car des quatre équipes qui accèdent à la compétition déterminant le champion national junior de hockey, ils montrent le dossier le plus impressionnant.

 

Seule formation à avoir récolté plus de 70 victoires en 2018-2019, les Huskies ont aussi la meilleure attaque et probablement la meilleure défense des quatre équipes en présence. Ils ont pu amasser 75 victoires en 87 parties, et ont marqué 235 buts de plus qu’ils en ont alloués.

 

Les Huskies venaient de coller 11 victoires avant que Benoît-Olivier Groulx, remis d’une mononucléose, n’enfile le filet victorieux des Mooseheads à 9;53 de la 2e période de prolongation, pour compliquer un peu leur parcours des séries. Les Huskies ont fini par perdre quatre rencontres éliminatoires, le même nombre que les 67’s d’Ottawa en Ontario, sauf que la troupe de la capitale canadienne rate ce grand rendez-vous.

 

Un entraîneur qui a vu neiger

 

Au final, les Huskies ont éliminé les Mooseheads de Halifax en six parties, et c’était égal après les quatre premières. Cependant les victoires de 6-3 et 4-0 qui ont assuré la Coupe du Président à Rouyn-Noranda ont été très convaincantes. Vraiment, ils entrent par la grande porte dans cette compétition de très haut niveau. Ils ont mérité la fameuse coupe de la LHJMQ en 2016 et 2019. Ils ont établi un nouveau record de la LHJMQ avec 59 victoires durant le calendrier régulier.

 

Quant à leur entraîneur Mario Pouliot, il a conduit l’an dernier le Titan d’Acadie-Bathurst aux grands honneurs au niveau canadien. Sa troupe a blanchi chez eux les Pats de Regina en grande finale, 3-0, pour se sauver avec la fameuse coupe. Cela, dans le nombre minimal de 4 parties. Enregistrant des triomphes de 4-3 (prol.) et de 8-6, avant de s’incliner au pointage de 3-2 devant les Bulldogs de Hamilton, champions de l’OHL. Puis de vaincre par jeu blanc des Pats appuyés par un public survolté de 6 484 spectateurs faisant salle comble dans un Brandt Centre électrifié.

 

Pouliot défend donc la Coupe Memorial. Il tentera de la conserver à la tête de l’équipe de l’année au Canada. Il avait été entraîneur-chef de Saint-Hyacinthe pendant 12 ans avant d’accepter un poste d’adjoint à Rouyn-Noranda. Puis il est  allé à Baie-Comeau avant de retourner à Rouyn, et d’entraîner dans les Maritimes, à Acadie-Bathurst où il a acquis ses titres de noblesse. Il a remporté la 100e Coupe Memorial après avoir mené le Titan à la Coupe du Président.

 

Un portier très expérimenté

 

Les Huskies disposent d’un gardien très fiable en Samuel Harvey. Le jeune de 21 ans a une moyenne de 1,97, la meilleure au Canada en séries cette année. Surtout, il a enregistré 4 coups de pinceau, compilé un dossier de 16-3-1 et maintenu un taux d’arrêts de ,924 - 2e derrière Francis Leclerc des Wildcats de Moncton (,927). Leclerc s’est cependant contenté d’une fiche de 4-7 avec une moyenne ronflante de 2,83.

 

Harvey, un cerbère de 6’1 et 180 livres, a maintenu une moyenne de 2,10 et de 2,08, une efficacité de ,930 et de ,926, et un dossier de 30-15 et 35-8 à ses 4e et 5e campagnes dans l’uniforme des Huskies. Dois-je ajouter qu’il menait la LHJMQ avec une confortable avance avec ces moyennes de buts alloués?

 

Il est prêt pour aller à la guerre. Le gardien qui l’approche le plus est Ian Scott (1,99 et ,925 avec 5 jeux blancs et 15-6-1). Sauf que le portier des Raiders de Prince Albert n’est même pas certain d’aller à Halifax en fin de semaine prochaine. Vancouver vient d’arracher deux victoires, pour niveler les chances. La finale de la WHL se décide ce soir (lundi) à Prince Albert, avec un 7e match ultime.

 

Teasdale et Dobson, ouf!

 

Qui a été le plus productif depuis janvier dans la LHJMQ? Joël Teasdale. Quel est le défenseur à la fois le plus impressionnant et le plus expérimenté parmi les arrières qui se retrouveront à Halifax? Noah Dobson, bien sûr!

 

Le roi des défenseurs au Québec, qui mesure 6’3 et pèse 185 livres, a connu une saison en deux temps. Plus calme avec le Titan en début de saison (16 points en 28 parties), il a été prolifique en seconde moitié, une fois arrivé à Rouyn-Noranda. Il y a amassé 36 points et un différentiel de +40 en 32 parties, pour clore le calendrier avec 52 points en 56 matches. C’est moins dévastateur que ses 17 buts et 69 points (+33) en 67 parties l’an passé avec le Titan, mais très honorable.

 

Le 12e choix du repêchage de 2018 dans la LNH, une prise des Islanders de New York, continue d’épater la galerie. L’homme au tir de feu de la pointe âgé de 19 ans contrôle très bien le jeu. En séries, il a été 4e pointeur (29), a signé le meilleur différentiel de la LHJMQ (+ 26) égal à son inséparable compagnon à la ligne bleue, Justin Bergeron. Il a aussi été le meilleur passeur à égalité (21). Ses 78 lancers le situaient 4e et il a été le joueur le plus utile en séries. Il ne faudrait pas oublier de mentionner ses 11 points en avantage numérique et son avance de 9 points sur Bergeron en tête des marqueurs chez les arrières. L’an passé il n’avait que 18 ans lorsqu’il a brillé de tous ses feux pour boire dans la Coupe Memorial, enfilant 2 buts et fournissant 5 aides +5 et 17 tirs en 4 parties.

 

On dit de lui qu’il est le meilleur joueur au Québec, tous postes confondus. Je n’ai pas de misère à le croire!

 

Quant à l’ailier gauche Teasdale (20 ans), il a été le meilleur marqueur des séries dans la LHJMQ. Lui qui a paraphé une entente à deux volets comme agent libre avec le Tricolore de la LNH avant la saison a récolté 34 points en 20 parties des séries ce printemps. Le 2e rang au Canada, derrière son futur coéquipier Nick Suzuki. Ses 1,7 points par partie rivalisent de près avec le 1,75 point de Suzuki et de Peter Abbandonato (Halifax) chez les attaquants. Je me dois de rappeler que le défenseur Evan Bouchard, qui a goûté à la LNH cette saison (et à l’AHL en séries), a la meilleure moyenne au Canada, près de 2 points par partie, avec ses 21 points en 11 matches des séries en Ontario.

 

Joël Teasdale a 57 buts 57 passes en 85 matches cet hiver. Ses 5 buts 8 passes en avantage numérique le placent 3e sur l’attaque massive en séries au Québec. Il a été 3e passeur (20) également, à une des co-meneurs, Dobson et Bergeron. Enfin il a été 2e buteur ex aequo avec son coéquipier Félix Bibeau. Son différentiel de 19 est aussi le 3e, mais ses 102 lancers le situent au 3e rang au Canada, derrière les 108 de Noah Gregor, des Raiders de Prince Albert, égal à Raphaël Lavoie (Halifax). Soulignons que Noah a joué deux parties de plus et Lavoie trois de plus, et que Gregor possède une avance de 30 tirs au but sur son plus proche poursuivant dans la WHL. Il lui reste une toute dernière partie à disputer, lundi soir, et il n’est pas encore assuré d’accéder au Tournoi de la Coupe Memorial.

 

Abbandonato est remis de sa mono

 

L’adversaire devra surveiller le joueur de centre Peter Abbandonato (21 ans), qui s’est vite remis sur pied. Frappé par la maladie du baiser, il n’a raté que 5 parties des séries. Le meilleur passeur du hockey junior canadien, champion marqueur de la saison avec 29 buts et 82 mentions d’assistance en 68 parties, affichait le 2e différentiel du junior canadien, 71, à l’issue du calendrier régulier. Il est maintenant 3e au Canada (79), seulement précédé par les défenseurs Brayden Pachal (89) et Zack Hayes (82), de Prince Albert dans la WHL, saison et séries jumelées.

 

Ses 27 points (en 15 matches!) le classent 6e en séries dans le circuit Courteau. Surtout, il demeure le meilleur fabricant de jeux, car il a obtenu ses 21 passes en 5 rencontres de moins que Dobson. Il a quand même 138 points dont 103 aides en 83 parties. Meilleure moyenne de points en séries au Canada chez les attaquants égal à Suzuki et meilleur marqueur pour l’ensemble de 2017-2018 devant Tye Falheber des 67’s d’Ottawa (137 en 86) et Nick Suzuki (136 en 83).

 

Bibeau, Harvey-Pinard et la profondeur

 

Le centre Félix Bibeau (20 ans) est une autre carte importante dans la main de Mario Pouliot. Ses 14 filets 15 aides pour 29 points en 20 parties le situent 2e buteur égal à Teasdale, 3e marqueur et 4e passeur. Le plus dangereux aussi sur l’attaque massive, avec ses 6 buts 10 passes pour 16 points. Enfin son différentiel de 12 (7e) et ses 93 tirs (3e) le rangent aussi parmi l’élite de la LHJMQ en séries.

 

Un second ailier gauche des Huskies constitue aussi une frayeur pour les gardiens de but. Il joue toujours avec la pédale au plancher. Je parle évidemment du capitaine, Rafael Harvey-Pinard (20 ans), 5e pointeur avec ses 13 buts 14 passes (27 pts) et 6e pour le différentiel (+13). Il tire également son épingle du jeu sur l’attaque massive avec 12 points (6-6). Ses 76 tirs le classent 7e. Fort d’une saison de 40-45 pour 85 points, il en a accumulé 112 (53 buts) en 86 parties cet hiver.

 

Outre Justin Bergeron (18 ans), 2e marqueur des défenseurs (9e en tout : 8-12 en 19 PJ), les Huskies comptent sur deux ailiers droits pas piqués des vers : Alex Beaucage, 17 ans (39-40 +46 en 68 PJ et 5-11 : 16 en 16 PJ, total de 95 points), et la recrue tchèque Jakub Lauko, 19 ans (6-7 : 13 +10 en 19 rencontres éliminatoires). Ce dernier est blessé. Le verra-t-on au Tournoi de la Coupe Memorial?

 

C’est, en gros, le portrait des Huskies de Rouyn-Noranda, une formation qui a une belle profondeur aussi sur les 3e et 4e trios et qui se veut la plus imposante, avec ses 416 buts contre 181, et sa fiche cumulative de 75-11-1-1. Dont 96 buts contre 43 en séries ce printemps.