Je ne sais pas, je ne sais plus. Je suis un peu confus.

 Je souhaiterais tellement qu’elle me rassure, qu’elle m’indique qu’elle se sent bien, qu’elle vit le bonheur.

 Ah! Si elle pouvait juste m’envoyer un email pour m’en informer.

 Je me suis retrouvé avec le condo de ma p’tite maman depuis son décès en septembre dernier. J’aime bien y retourner à l’occasion, question de m’évader dans mes pensées, tout en regardant l’endroit où elle s’installait lorsque nous entamions des discussions pour changer le monde.

 Je le vendrai éventuellement mais en attendant, je me console  et retrouve un apaisement quand j’y retourne.

 

 

Je suis toujours perplexe face à de tels signes mais c'est vraiment ce qui s'est passé.

 

On m’a déjà dit de surveiller des signes afin de décoder une sorte de message de l’au-delà. À vrai dire, j’ai toujours pris ce renseignement avec un grain de sel. Je suis du genre Thomas. Je dois voir pour le croire. Toutefois, malgré toute cette réticence, je reconnais que je conservais cet indice dans un tiroir de mon subconscient sans trop savoir si un jour, j’allais m’en servir.

 Mon fameux marathon hivernal d’Ottawa qui m’inquiétait tellement, s’est finalement très bien déroulé. Climat idéal, disons que par moment, ça ne ressemblait pas tellement à ce qu’on a l’habitude de traverser durant les grands froids. Pourtant, nous étions encore en février !

 Jadis, je prenais un soin méticuleux pour visiter ma mère le lendemain d’un marathon. J’apportais mon dossard et ma médaille. Je sens toujours le besoin de répéter ce geste, tant et aussi longtemps que je ne me départirai pas de ses appartements.

 

Ce marathon me faisait tellement peur....

 

Deux jours après Ottawa, par un mardi nuageux, je me suis rendu chez-elle pour lui montrer ma médaille. Lorsque je me suis présenté devant l’endroit où elle était habituellement assise, croyez-le ou non, mais un rayon de soleil est soudainement apparu ! Vous allez peut-être dire que je possède un grain de folie. J’avoue que je ne saurais quoi répondre. Comme je vous l’écrivais tantôt, je nage dans le néant.

 Cette séquence a peut-être duré de dix à quinze secondes puis, le temps maussade est réapparu. Le synchronisme de cette apparition s’avérait structuré au quart de tour. Perplexe, j’y ai songé deux fois avant d’étaler cet incident et davantage avant de vous en faire part. Dans l’fond, je trouve ça tellement agréable d’y croire quelque peu et cela même si on ignore vraiment la vraie valeur.

 Vivre ces secondes m’a réellement apporté une belle sensation de bonheur. Même si l’interrogation et l’incertitude persistent, j’apprécie malgré tout cette séquence qui j’en suis assuré, restera gravée dans ma mémoire.

 

Comment interpréter ces événements ? 

 

En quittant la place, je suis parti avec ma petite sérénité et le sourire aux lèvres. Je n’ai pas l’impression que lors de mes prochaines visites, elle me saluera aussi visiblement. Je me contente de ce geste et ne chercherai pas à en repérer un autre.

 Je reconnais que déjà, c’est beaucoup plus que ce que j’espérais.