Il y a 45 ans aujourd’hui, le Canadien écrasait les Blackhawks de Chicago lors de cette soirée du 15 février 1975. Yvan Cournoyer, l’un des joueurs les plus spectaculaires de son époque, y allait d’une prestation de sept points. Le pauvre Mike Veisor avait été jeté en pâture aux attaquants de la Sainte-Flanelle. Comment une équipe comme Chicago pouvait faire le poids face à la formation de Scotty Bowman? Je vous pose la question.

 

 

En 1975, Robert Bourassa était le premier ministre du Québec. Le panier d’épicerie pour une famille de quatre coûtait environ 50 dollars chez Steinberg, et la vente à 1,44$ chez Woolco était très prisée des consommateurs. Claude Dubois, Michèle Torr, Robert Charlebois et Harmonium retenaient l’attention des amateurs de musique du Québec. Et le Canadien de Montréal était toujours un incontournable dans le monde médiatique québécois.

En cette soirée du 15 février 1975, les amateurs du Tricolore, qui en avait pourtant vu d’autres au fil des ans, étaient sortis avec le sourire aux lèvres de l’amphithéâtre de la rue Sainte-Catherine. Yvan Cournoyer avait mené les siens à la victoire. Une raclée de 12 à 3 aux dépens des Blackhawks de Chicago. Cournoyer, surnommé le Roadrunner en raison de sa grande rapidité, avait inscrit cinq filets. Il avait également ajouté deux mentions d’aide. Cournoyer avait égalé un record d’équipe avec trois buts en supériorité numérique au cours d’une même période (3e période). Il est bon de souligner que l’attaque à cinq avait fonctionné à plein régime. Mis à part les trois buts de Cournoyer, Serge Savard et Doug Risebrough avaient, eux aussi, fait scintiller la lumière rouge en avantage numérique. Le célèbre Big Three avait terminé le match avec 8 points. Douze joueurs du Canadiens s’étaient inscrits à la feuille de pointage.

Yvan Cournoyer féjouant Mike VeisorSource: The Gazette
Légende: Yvan Cournoyer féjouant Mike Veisor

La riposte des Blackhawks était venue de Jean-Pierre Bordeleau (4e), Stan Mikita (23e) et John Marks (14e). Michel Bunny Larocque avait repoussé 24 tirs.

Les deux mêmes équipes allaient s’affronter dès le lendemain au Chicago Stadium. Le Canadien remportera également la victoire. Yvan Cournoyer avait ouvert la marque avec son 24e de la campagne.

À ce stade de la saison 1974-75, la troupe de Bowman n’avait encaissé que neuf défaite, et n’allait en échappé que cinq autres le reste du calendrier régulier.