Les Huskies de Rouyn-Noranda sont parvenus à éliminer le Storm de Guelph, mais ils le doivent beaucoup à la meilleure performance du tournoi de leur portier Samuel Harvey. Ses nombreux arrêts difficiles ont stimulé ses coéquipiers.

 

Félix Bibeau et Rafaël Harvey-Pinard ont rehaussé leur jeu d’un cran eux aussi, pour faire éclater la bulle du Storm et l’obliger à du jeu de rattrapage. Ce qui fonctionnait dans une série au meilleur de sept parties est moins compliqué lorsqu’il reste à peine 10 minutes pour combler un fossé de deux buts. Surtout que les Huskies se sont mis à se sacrifier devant les rondelles sur leur territoire et à jouer avec l’énergie du désespoir malgré leur avance.

 

Puisque j’ai rendu hommage aux Huskies hier, je me dois d’en faire autant avec le Storm aujourd’hui, même s’il s’agit d’un post-mortem. Après tout, 11 de ses joueurs ont été repêchés dans la LNH, dont le blessé Cam Hillis (10 buts 12 passes en 36 parties dont 3 des séries), dont les droits appartiennent au CH mais qui a été opéré. On ne l’a donc pas vu jouer à Halifax.

 

Tout d’abord, à tout seigneur tout honneur, je dois mentionner le modèle par excellence, Nick Suzuki. On a déjà tout dit sur le nouveau membre de l’organisation du Tricolore, mais le jeune centre-ailier droit de 19 ans a sûrement été le hockeyeur le plus surveillé de l’événement. Les spectateurs l’épiaient, ses adversaires ne le perdaient pas de vue, et ses coéquipiers devaient suivre ses moindres mouvements pour ne pas rater une passe imprévisible.

 

Après une saison de 34 buts 60 aides 94 pt en 59 PJ +40 et 277 tirs moins productive que ses deux précédentes où il se classait parmi les 5 meilleurs de l’Ontario (5e marqueur et 4e buteur à 17 ans, 4e marqueur et 3e buteur à 18 ans), il s’est magnifiquement repris. Il a amassé 16 buts 26 aides 42 pt en 24 PJ +22 et 95 tirs [3 buts 10 aides AN] avec une réussite de 264/529 au cercle des mises en jeu. Cela lui a conféré une avance de 11 points en tête des pointeurs des séries de l’OHL.

 

Il a battu facilement le record de points en séries du Storm. Il est le 3e meilleur pointeur des séries des 10 dernières années en Ontario. Il a notamment récolté 17 points en 7 matches lorsque son équipe faisait face à l’élimination, pour les mener au Tournoi de la Coupe Memorial. C’était la 8e équipe de sa ligue!

 

Enfin, il a un peu manqué d’énergie lors de la demi-finale, mais il a récolté deux passes pour se hisser au sommet des marqueurs de cet événement avec 3 buts 4 aides (et il a le plus de lancers, 18 égal à Teasdale, même s’il n’a pas décoché de lancer vendredi soir). Son équipe a perdu 6-4, le dernier filet survenant à une couple de secondes de la sirène, dans une cage abandonnée, mais il a bien failli provoquer l’égalité; il aurait dû lancer dans les dernières secondes, mais il s’est montré trop généreux : la fameuse passe de trop, qui a mal tourné.

 

Au Championnat jr mondial sous 20 ans, il s’était contenté de 3 aides et +3 ainsi que 6 lancers en 5 parties dans l’uniforme canadien, mais on ne l’a utilisé que 16;11 par rencontre, ce qui est peu pour un joueur de son calibre. Il avait néanmoins joué 17;11 dans la rencontre inaugurale remportée au compte de 14-0, 2e plus utilisé derrière le défenseur Ty Smith. Il a été seulement 8e dans la rencontre finale contre la Finlande, la partie où on le plus lancé dans la mêlée (18;01).

 

Au total, ses 53 buts 93 passes pour 146 points en 92 parties le consacrent meilleur pointeur de l’année au Canada, niveau junior majeur et tous calibres confondus. Son beau différentiel de 68 et ses 396 lancers au but sont aussi des statistiques épatantes. Sera-t-il élu hockeyeur par excellence de la ligue canadienne? Un beau pari à prendre. Je lui souhaite cet honneur.

 

Mais il n’était pas le seul élément hors de l’ordinaire au sein du Storm de Guelph, où il s’est avéré le passeur par excellence au meilleur différentiel. Ils sont quatre à avoir représenté leur pays au Championnat mondial junior.

 

Mais le deuxième joueur auquel je m’attarde n’a pas fait partie de l’équipe nationale, alors qu’il aurait certes mérité d’y jouer.  

 

Un capitaine qui ne passe pas inaperçu

 

L’ailier gauche Isaac Ratcliffe (20 ans, 6’6 et 204 livres), propriété des Flyers de Philadelphie, a connu une saison de 50 buts 32 aides +36 et 261 lancers en 65 parties, avant de finir 3e marqueur de l’OHL en séries, avec 30 points (15 buts, 2e) et +16 ainsi que 99 tirs (meneur devant Suzuki) en 24 parties. Au tournoi actuel, il est 4e pointeur avec 6 points, dont 3 buts, +3 et 15 lancers. Un total de 68 buts 50 passes pour 118 points cet hiver +55 et 375 lancers en 93 PJ. Le meilleur buteur non seulement de son équipe, mais parmi tous les joueurs du tournoi final.

 

Le centre-ailier droit Nate Schnarr (20 ans, 6’3 et 190 lb), sélection de 3e ronde des Coyotes de l’Arizona, a accumulé cet hiver 42 buts 81 aides 123 points +40 et 267 lancers en 93 parties; 9e marqueur de l’Ontario au terme de la saison et seulement 15e durant les séries, il s’est contenté de 2 aides et 9 tirs au tournoi, même s’il a été 2e (61,5 %) jusqu’à présent au cercle des mises en jeu. Suzuki se classant 4e.

 

Je l’ai placé après le capitaine Ratcliffe en dépit de ses 5 points de plus parce que sa performance m’a déçu en fin de parcours, après qu’il eut été le meilleur marqueur de sa formation dans la saison.

 

Voilà pour le club sélect des centenaires. Il comptait un membre de moins qu’avec les Huskies. Maintenant, examinons un compagnon de trio de Suzuki et Ratcliffe, MacKenzie Entwistle (19 ans, 6’3 et 181 lb obtenu par Chicago, une sélection de l’Arizona). Le centre droitier a joué en moyenne 8;25 par partie avec le Canada, y obtenant tout de même 3 buts, 8 lancers et un différentiel de +4 en 5 parties. Joueur le moins utilisé (4;01) dans la partie décisive opposant notre pays à la Finlande, j’ose croire qu’il était légèrement blessé.  

 

Il a connu une saison « ordinaire » de 57 points en 57 parties, dont 30 buts, et 179 lancers, avant d’enchaîner avec 21 pts +13 en 24 PJ 62 lancers en séries, pour conclure la tournoi avec 5 points dont 4 aides (2e passeurs de son équipe égal à Suzuki, derrière Durzi). TOTAL 41 buts 45 aides 86 points +29 et 259 lancers en 90 parties.

 

Alexey Toropchenko (19 ans, 6’3 et 200 lb) sera le dernier avant auquel je jetterai un regard compatissant. Après une saison en deçà de ses capacités de 43 points et +5 en 62 parties, l’ailier droit russe a amassé 19 points dont 13 buts en 24 parties éliminatoires, puis a entamé le tournoi tel un bolide de F-1, inscrivant un tour du chapeau dès la 1re période contre les Huskies, avant d’ajouter 3 passes dans les 3 parties suivantes. Il boucle sa campagne avec une fiche de 33 buts 35 aides, 68 points en 90 parties +8 et 277 tirs au but. Il est une sélection de 4e ronde des Blues de Saint-Louis, présentement en finale de la LNH.

 

Des défenseurs excitants

 

Le Storm comptait sur trois défenseurs qui ont participé au Championnat mondial junior, dont deux pour le moins excitants.

 

Le défenseur droit Sean Durzi (20 ans, 6’ et 196 livres), qui en est venu à une entente avec les  Kings de Los Angeles, aurait pu faire partie de l’équipe canadienne s’il n’avait pas été blessé. Il a raté la moitié de sa saison, mais il conclut sa campagne avec plus d’un point par match : 16 buts 55 passes 71 points +47 et 187 lancers en 63 parties cet hiver. Il partage le 1er rang des pointeurs du tournoi (2 buts 5 aides +3 et 12 lancers en 4 parties).

 

Le défenseur gauche Dmitri Samorukov (19 ans, 6’2 et 179 livres) vous surprendra. Car qui sait qu’il a été le joueur le plus utilisé de l’équipe russe au Championnat mondial jr sous 20 ans?

 

Il y a récolté 1 but 3 passes, 14 lancers et +9 en 7 parties, en route vers la médaille de bronze. Il a joué en moyenne 23;18 par rencontre, étant le plus utilisé contre le Danemark, le Canada, la Slovaquie, les États-Unis (25;18) et la Suisse (26;35). Il a aussi été le 3e plus employé contre la République tchèque et la Suisse au début de la compétition internationale.-

 

Après une saison honnête de 45 points (10 buts) en 59 parties +36 et 172 lancers, il a été fantastique en séries, accumulant 10 buts et 28 points +18 et 65 tirs en 24 PJ; meilleur marqueur, 2e buteur (car Boqvist 10 en 11) et 2e passeur chez les arrières, 6e marqueur des séries entre tous (égal au 5e). Il s’est concentré sur l’aspect défensif au tournoi (1 aide). TOTAL 21 buts 57 aides 78 points +64 et 264 lancers en 94 PJ. Une sélection de 3e ronde des Oilers d’Edmonton en 2017.

 

Le défenseur Markus Phillips (20 ans, 6’ et 194 livres), au rôle plus effacé, a beaucoup joué avec Équipe Canada au Jr mondial, jouant 16;32 par match. C’est 40 secondes de moins que Dobson et 55 de moins que Josh Brook, qui a été le meilleur pointeur des arrières de l’OHL (2e en tout). Il a alors obtenu 3 aides 4 lancers +4 en 5 PJ

 

Après une saison de 26 points 161 lancers +17 en 62 parties, il a été limité à 4 points +3 et 31 lancers en 24 parties des séries, et un différentiel négatif (-2) et 4 lancers en 4 PJ au tournoi. Total de 7-26 : 33 points 200 lancers +22 en 95 PJ. Ses droits (choix de 4e ronde) appartiennent aux Kings de Los Angeles dans la LNH.

 

Le gardien, Anthony Popovich, a également bien servi la cause du Storm : 30-13-5-2- en saison, 16-7-1 en séries et 2-2 au Tournoi de la Coupe Memorial. C’est quand même 48 victoires, non?

 

J’aurais pu mentionner quelques joueurs de plus, mais l’article est déjà assez long.

 

Enfin chapeau à George Burnett, directeur général et entraîneur-chef. Il a osé effectuer tout un échange qui aurait pu lui donner la coupe Memorial. Il a acquis de l’Attack d’Owen Sound les attaquants Nick Suzuki et Zachary Roberts (strictement défensif), de même que le défenseur flamboyant au lancer de feu Sean Durzi, en retour des attaquants Zachary Poirier et Barret Kirwin, du défenseur Mark Woolley et de quatre choix au repêchage de l’OHL, dont un conditionnel. Évidemment cela hypothèque le futur de sa formation, mais le jeu n’en valait-il pas la chandelle?