Cole Caufield ne mesure que 5 pieds 7 pouces et ne pèse que 163 livres, mais sa sélection allait de soi.

 

À ses deux dernières années, Caufield  totalise 204 buts 87 passes pour 291 points en 213 matches, dont 26 buts 11 aides en 20 parties à trois championnats du monde junior. 

 

Là-dessus, 126 buts et 54 aides pour 180 points et 49 minutes de punition en 123 matchs répartis sur deux ans, à titre d'adjoint au capitaine de la US National Team sous 17 ans et de la US National Team sous 18 ans. Il a effacé du livre des records une marque établie par Phil Kessel il y a 14 ans (93 buts en 103 matches; Phil avait ajouté 62 aides pour 155 points) au sein du Programme de développement américain.


Cole a inscrit 115 buts 44 aides 159 points en 109 parties dans l'hiver qui vient de se terminer, dont 14 buts (égalant le record d'Ovechkin) 4 aides +12 en 7 parties au Junior mondial sous 18 ans. Assez impressionnant merci.

 

Comme je l’ai écrit pour le Grand Club il y a deux mois et deux jours, et répété à satiété comme intervenant à RDS.ca, le Tricolore ne pouvait pas se permettre de lever le nez sur ce petit centre/ailier droit droitier natif de Stevens Point. Partout où il est passé, il a trouvé le moyen d’empiler les buts avec un lancer de très grande qualité, et il n’a pas l’intention de s’éterniser dans la NCAA avec l’Université du Wisconsin. On devrait le voir dans deux ou trois ans avec la troupe montréalaise, aux côtés de joueurs comme Nick Suzuki, Ryan Poehling, Max Domi, Jonathan Drouin et Joël Teasdale.

 

L’Athlétique le voyait comme le 5e espoir de toute la cohorte, et le système de dépistage central de la LNH le considérait comme le 8e espoir nord-américain. TSN/McKenzie et Élite Prospects le pressentaient au 9e rang de tous les espoirs.

 

Or Trevor Timmins pouvait le contempler au 15e rang, toujours disponible et certainement une solution à un manque de buteurs nuisible au Tricolore.

 

Il l’a préféré à Alex Newhook, un centre gaucher de 5’10 et 190 livres, qui a accumulé 140 points (54 filets) en 81 parties +6 et 23 minutes de punition cet hiver. Alex évoluait avec les Grizzlies de Victoria de la ligue junior de Colombie-Britannique. Au Junior mondial sous 18 ans, il a inscrit 5 buts et ajouté 5 passes, après avoir obtenu le titre des marqueurs de sa ligue avec 18 points d’avance sur le 2e et 30 sur le 3e. Il ira à Boston College et l’Avalanche l’a immédiatement choisi au 16e tour. Mais Caufield avait 8 points (et 9 buts) de plus que Newhook au Junior mondial.

Pourquoi pas Kokkonen?

Il reste encore de bons défenseurs gauchers, dont un possède l’expérience du hockey professionnel parmi les adultes.

Mikko Kokkonen (18 ans, 5’11 et 198 livres) a été, de loin, le meilleur défenseur offensif de Jukurit dans la Liiga cette saison. Il a récolté 19 points (16 passes) et un différentiel de -16 en 56 parties. Il était parmi les 20 défenseurs les plus productifs de la Liiga, malgré son jeune âge (18 ans depuis le 18 janvier).

En comparaison, Otto Leskinen (22 ans), sous contrat pour deux ans avec le CH, a amassé 35 points en 69 parties, dont 8 buts, cet hiver. Dont 31 points et -17 en 57 parties avec KalPal dans la Liiga.

Kokkonen a disputé 69 parties en trois ans dans la meilleure ligue de Finlande, et son différentiel de -19 doit influencer davantage les décideurs que ses 19 points, car au moins 10 défenseurs ont été appelés avant lui. Il figure en 10e place sur la liste du Bureau central de la LNH parmi les joueurs européens, mais 10 défenseurs ont été réclamés au 1er tour, vendredi soir.

Mikko avait amassé 3 aides et +7 en 7 parties au Junior mondial sous 18 ans l’an passé; or il s’est contenté d’une passe cette année en 5 matches. Il a eu 2 buts 1 passe en 4 parties à la Coupe Hlinka-Gretzky (1 but en 4 l’année précédente).

Qui sait? Il pourrait être disponible lorsque le Tricolore appellera le 46e espoir. Élite Prospects le donne 47e et  Future Considerations, 52e. Alors ça demeure possible de choisir deux bons défenseurs gauches tels que Bergeron et Kokkonen, si jamais Beaucage disparaissait du décor avant le 50e appel.

Beaucage et Bergeron si possible

 

En 2e ronde aujourd’hui, il reste des espoirs intéressants à piger comme les buteurs Raphaël Lavoie et Nathan Légaré, l’excellent défenseur magogois Justin Bergeron, le jeune Alex Beaucage, et les vétérans Félix Bibeau et Brett Leason.  

 

Alex Beaucage, un ailier droit de 17 ans, mesure 6’2 et pèse 192 livres. Fort d’une campagne de 39 buts 40 passes +46 en 68 parties, il a inscrit 14 buts et 15 aides en avantage numérique, réalisant 7 filets victorieux. Il a ajouté 16 points en 16 parties des séries (dont un filet sur l’attaque massive), avant de conclure avec 2 points en 5 parties au Tournoi de la Coupe Memorial.

 

Le total de 45 buts 52 aides 97 points +47 en 89 parties du Trifluvien, qui célébrera son 18e anniversaire à la fin de juillet, donne une grande idée de son potentiel.

 

J’espère que le CH lorgne Justin Bergeron (18 ans, 6’1 et 180 lb) : 77 points en 84 parties, dont 24 buts dans la LHJMQ pour les Huskies cet hiver; 3 aides -3 en 5 parties au Tournoi de la Coupe Memorial. Total de 80 points et 307 lancers en 89 parties et +81 (3e différentiel du hockey canadien).

 

Il a récolté 16 buts et 41 passes +56 et 223 lancers en 65 parties régulières, suivis de 8-12 (20 pts) +28 et 73 lancers en 19 parties en séries. On pourrait le prendre au 50e rang, pour être sûr de ne pas l’échapper. Mais en 3e ronde, comme 77e sélection, il pourrait être encore là. Future Considerations le donne 83e espoir et le système central de la LNH le sous-estime, le classant 153e en Amérique du Nord.

 

Il a pourtant entrepris le Tournoi de la Coupe Memorial avec le 2e meilleur différentiel au Canada (+84), grâce à +28 en séries (1er égal à son compagnon de tandem, Dobson). Noah Dobson l’a aidé à évoluer et il détient déjà des records des Huskies.

 

Lors des rondes subséquentes, le défenseur Samuel Bolduc pourrait bien atterrir à Montréal. L’arrière de 6’4 et 212 livres évoluant avec l’Armada de Blainville-Boisbriand pourrait s’avérer un défenseur de qualité, à condition de s’améliorer avec le temps. Le hockeyeur de 18 ans a 9 buts 28 passes mais -32 en 65 parties régulières; 1 but 1 passe -2 et 12 lancers en 5 matches éliminatoires, pour un total de 10 buts 29 aides en 70 parties.

 

D’autres buteurs attendent

Raphaël Lavoie des Mooseheads de Halifax (6’4’’ et 198 livres), un ailier droit droitier de 18 ans qui aura 19 à la fin de septembre, a récolté 111 points dont 57 buts cet hiver, en 89 parties. Un différentiel de +33 et 55 minutes de punition.

 

Meilleur buteur des séries dans le hockey junior canadien, il a déjà un lancer digne de la LNH. Il avait réalisé 5 buts (mais aucune passe) en 5 parties au Junior mondial sous 18 ans en 2017-2018. Ce n’est pas négligeable, quand on cherche un franc-tireur.Pour une raison ou une autre, il ne rallierait pas la majorité dans les chaumières. De toute façon, il risque de disparaître au début de la 2e ronde; on le voyait 20e espoir et premier de la LHJMQ, mais Samuel Poulin et Jakob Pelletier ont été sélectionnés avant lui.

 

Félix Bibeau, centre gaucher de 20 ans échangé aux Remparts de Québec, demeure sous observation. Il évoluera sous les ordres de Patrick Roy l’hiver prochain. Il mesure 6’ et pèse 187 livres. Meilleur buteur (5) et 4e marqueur (6 points) du Tournoi de la Coupe Memorial, il a été retenu sur l’équipe d’étoiles de ce championnat national. Il a connu un hiver de 47 buts 57 aides 104 points +50 en 88 parties avec les Huskies de Rouyn-Noranda. Dont 69 points en 63 parties régulières et 29 points en 20 matches éliminatoires.

 

Le 3e pointeur des séries de la LHJMQ et 2e buteur égal à Teasdale, meilleur buteur (6) et meilleur pointeur des séries (16) sur l’attaque massive, 2e passeur derrière le vétéran Abbandonato, a grandement contribué à la triple couronne des Huskies.

 

Et il y a évidemment Arthur Kaliyev des Bulldogs de Hamilton. Établi 7e par le système de dépisteurs de la LNH et 13e par l’Athlétique et Élite Prospects. Cependant, repoussé aussi loin que 34e par Hockey Prospects et 30e par Future Considerations. Encore libre comme l’air.

 

L’Américain de 6’2 et 190 livres, ailier droit gaucher, aura 18 ans le 26 juin. Il a accumulé 115 points, dont 56 filets, en 81 parties, mais son différentiel de -21 ne lui achète pas de votes. Lors de la Coupe Hlinka-Gretzky, il a amassé 6 points en 5 parties, dont 3 buts. Grâce à un tir des poignets déconcertant, il a inscrit 51 buts en saison régulière! Il ne correspondrait pas au modèle recherché par le Tricolore. Mais il a beaucoup de talent. Je le verrais bien animer l’attaque du CH.

 

Le 20 avril, j’écrivais ceci dans mon article « L’embarras du 15e choix » : « L’ailier gauche Arthur Kaliyev aussi pourrait éventuellement changer le visage du Tricolore. L’ailier gauche qui évolue à Hamilton a été 6e marqueur de l’OHL à 17 ans. Il a récolté 51 buts et 51 passes, pour 102 points! Il est costaud, en plus : 6’2 et 190 lb. Il aura 18 ans le 26 juin. Bref il a le physique idéal : semblable à Ryan Poehling. »

 

Nathan Légaré du Drakkar de Baie-Comeau (AD droitier 18 ans, 6’et 201 livres) est un autre bon buteur. Saison de 45-42 +37, dont 87 points en 68 parties, 8e marqueur de la LHJMQ; 2e buteur égal à Jeremy McKenna (Mtl); 30 points (4e) en AN dont 14 buts (2e, égalité à huit joueurs). Il a signé 4 buts +3 en 7 parties au Jr mondial sous 18 ans et 3-1 +1 en 7 PJ des séries. Il a donc amassé 95 points dont 52 filets en 82 PJ +41 cet hiver.

 

Le CH pourrait le choisir au 50e appel. Son meilleur classement était 29e, évaluation de l’Athlétique; Future Considerations le rangeait 39e espoir; il serait 54e à 83e d’après les autres sites.

 

Brett Leason des Raiders de Prince Albert demeure un candidat intéressant, pour la 3e ou 4e ronde. Il a joué un Tournoi de la Coupe Memorial en demi-teintes, d’où son refoulement. Il a emmagasiné un total très intéressant de 49 buts 70 aides, pour 119 points +64 en 85 parties. Il est déjà prêt à jouer chez les pros. Pour le Rocket de Laval?

 

L’ailier droit de 20 ans, mesurant 6’4 et faisant osciller le pèse-personne à 201 livres, a été le 8e marqueur de la WHL avec une saison de 89 points, dont 53 aides et +55 en 55 parties, ainsi que 254 lancers. Lors des séries, il a récolté 10 filets 15 passes +6 et 85 lancers en 22 parties : 2e pour les points et les aides, à un du meneur dans les deux cas, et 2e pour les tirs au but. Au Jr mondial sous 20 ans : 3  buts 2 aides +7 en 5 parties, un des meilleurs du Canada.

 

L’herbe coupée sous le pied

Les prédictions des experts faisaient état d’un jeune défenseur talentueux auquel le CH tendrait la perche. Selon Stéphane Leroux, le CH avait l’intention de sélectionner un défenseur. Je n’en doute pas.

 

Mais, au 14e rang, les Flyers de Philadelphie ont coupé l’herbe sous le pied de Timmins et Bergevin, en sélectionnant le quart-arrière étoile de l’équipe de développement américaine, Cameron York. Ils ont ainsi évité un choix déchirant aux penseurs du Bleu-Blanc-Rouge.

 

Lors de la semaine d’évaluation à Buffalo, appelée Combine, Timmins avait précisé que le Canadien aurait à trancher entre le besoin à privilégier : un défenseur gaucher ou un buteur. Bergevin a prétendu que le verdict ne tomberait que lors du spectacle au Rogers Arena de Vancouver.

 

« Tout dépend des joueurs qui seront disponibles. On n’a pas mis l’accent sur une position présentement. »

 

L’objectif ultime, de son propre aveu, est un joueur du top 6 à l’avant et un futur membre du top 4 à la défense. Caufield, malgré sa petitesse, se veut un espoir du top 6 à l’avant.

 

Scott Cullen, un ancien de TSN, a émis cette constatation : « Seulement 40 % des joueurs repêchés au 15e rang entre 1990 et 2009 ont disputé au moins 100 matchs dans la Ligue nationale. De nombreux autres parmi ces 40 % l'ont fait, sans pour autant connaître une grande carrière. »

 

On verra bien si Caufield fera partie des 40 %. Personnellement je n’en doute pas.

 

La dynamo de Caufield et Hughes

Cam York, avec ses 109 points en 98 parties cet hiver, auteur de 25 buts cet hiver, a été époustouflant au Junior mondial sous 18 ans, avec sa production de 4 buts et 11 points en 7 parties. Ça lui faisait 4 buts 13 passes +19 en 14 matches en deux ans au Mondial sous 18 ans.

 

Mise-au-Jeu le classait favori. Corey Pronman, de l’Athlétique, lui prête un sens du hockey exceptionnel. Sa prise de décisions est irréprochable, mais sur le plan physique, il a des croûtes à manger. Un peu comme Caufield, que le Tricolore a choisi. Un hockeyeur qui se défonce à toutes les parties. Nick Suzuki pourrait prendre la place de Hughes à ses côtés. Et Josh Brook succédera éventuellement à Cam York pour le dynamiser.

 

Si Caufield avait été sélectionné dans le top 10 comme prévu, York disparaissant au 14e tour, le Tricolore aurait dû trancher entre le costaud Tomas Harley et le géant Lavoie.

 

Harley, le joueur le plus amélioré du hockey junior majeur au Canada cette année, rappelle Thomas Chabot et est disparu au 18e rang, Les Stars de Dallas ont sélectionné le détenteur du trophée Bobby Smith récompensant le meilleur étudiant parmi les joueurs de l’OHL. L’arrière de 17 ans a marqué 11 buts et 47 aides, 157 lancers et 58 points en 68 parties (5-26 sur l’attaque massive), avec un différentiel de -15, pour la formation de Mississauga. Avant d’ajouter 4 aides -3 et 11 tirs au but en 4 parties dans l’élimination expéditive des Steelheads. Et 1 but 3 aides +2 en 7 matches avec le Canada au Junior mondial sous 18 ans. Il mesure 6’3 et pèse 192 livres. Natif de Syracuse, il possède une double nationalité : canadienne et américaine.

 

Josh Brook va finir par émerger

L’arrière Josh Brook (choix de 2e ronde, 56e au total, en 2017) a toujours été conscient de l’aspect défensif. Il laissera parler ses habiletés naturelles lorsqu’il aura pris quelques années d’expérience, dont au moins une dans l’Américaine. Il doit d’abord passer par un apprentissage bien normal de positionnement et doit apprendre à stopper les gros joueurs talentueux de l’AHL.

 

Il a soufflé les 20 chandelles le 17 juin, mais c’est à 19 ans qu’il a amassé une mention d’aide, en avantage numérique, sur les 8 lancers qu’il a effectués en 7 rencontres avec le Rocket de Laval. D’évidence il a besoin d’une bonne saison sous la férule de Joël Bouchard pour compléter son rodage. 

 

Brook a conclu son dernier hiver au 5e rang des pointeurs parmi les espoirs du CH. Le devançaient le centre Nick Suzuki (146 pts), l’ailier gauche Joël Teasdale (119), les centres Allan McShane (83 en 77 PJ) et Cole Fonstad (83 en 91). Devant le défenseur Scott Walford (54 pts en 72 PJ), 6e et que le CH a laissé tomber. Fonstad et McShane viennent d'être invités au camp d'évaluation de l'équipe canadienne junior sous 20 ans cet été. 

 

Josh (6’1 et 192 livres) a accumulé en 2018-2019 pas moins de 16 buts 65 aides 81 points en 75 parties +29 et 216 tirs en incluant le Junior mondial sous 20 ans et la Ligue américaine. Meilleur pointeur des défenseurs de la WHL et 2e de la Ligue junior canadienne.

 

Le CH s’assurerait un bel avenir avec de jeunes défenseurs comme Romanov, Brook, Fleury, Juulsen, Otto Leskinen, Kokkonen et Bergeron. Quant à Gustav Olofsson, on devra tester son épaule, il est rendu à 24 ans et vient de perdre une saison.

 

Les meilleurs espoirs du repêchage de 2018 ont récolté plusieurs honneurs cet hiver. Romanov et Poehling (joueur par excellence) au Junior mondial sous 20 ans, l’intelligent Suzuki meilleur pointeur des séries et globalement au Canada (3e trophée de suite du plus gentilhomme de l’OHL) et 2e marqueur à la Coupe Memorial, Teasdale (acquis comme agent libre) meilleur marqueur des séries de la LHJMQ (et trophée du gentilhomme dans la LHJMQ) et joueur le plus utile au Tournoi de la Coupe Memorial, et Cayden Primeau (7e ronde en 2017) meilleur gardien de la NCAA à 19 ans.

 

Ceux de 2019 pourraient aussi surprendre les partisans des Canadiens de Montréal.