Dans l'histoire de la Ligue nationale de hockey, il y a eu des équipes qui ont été vraiment rudes et robustes, alors qu'elles ont reçu un total de punitions très élevé lors d'une saison.
 
C'est surtout de la période de 20 ans, de 1980 à 1998 que le total des punitions a été élevé, car les 74 formations qui ont reçu 2000 minutes ou plus étaient celles de cette période.
 
Les Sabres de Buffalo détiennent le record du circuit
 
C'est un peu surprenant, mais ce sont les Sabres de Buffalo qui ont été la formation qui a reçu le plus de minutes de punitions en une saison, un total de 2713 minutes, en 80 matchs, une moyenne de 33,91 minutes par rencontre lors de la saison 1991-1992 et ils n'avaient pu faire mieux qu'une fiche de 31-37-12 pour 74 points.
 
Les Sabres, qui avaient été éliminés dans la limite se sept matchs (3-4), face aux Bruins de Boston, lors de la première ronde des éliminatoires, alignaient pas moins de trois joueurs qui avaient totalisé plus de 300 minutes de punition, Rob Ray (354), Brad May (309) et Gord Donnelly (309) et quatre autres avec 100 minutes ou plus, Brad Miller (192), Jay Wells (157), Doug Bodger (109) et Tony Tanti (100), sans oublier que Pat LaFontaine avait écopé, en seulement 57 matchs, d'un total de 98 minutes de pénalité, un sommet en carrière.
 
Ce sont les Penguins de Pittsburgh, qui sont en deuxième place, ayant eu 2674 minutes de pénalité, lors des 80 matchs (moyenne de 33,43 minutes) de la saison 1988-1989.
 
Lors de cette saison-là, les Penguins avaient eu pas moins de 15 joueurs qui avaient atteint le plateau des 100 minutes de pénalité, dont Jay Caufield, qui avait reçu 285 minutes, alors que Mario Lemieux qui avait totalisé 199 points, dont 85 buts, avait été pénalisé pour 100 minutes, un sommet durant sa carrière de 17 saisons.
 
Il y avait également Phil Bourque, qui était venu bien près de ce plateau, ayant été pénalisé pour 97 minutes en 80 matchs.
 
Les Blackhawks de Chicago ont reçu 2663 minutes en 80 matchs (moyenne de 33,29) en 1991-1992 et lors de la même saison, les Flames de Calgary, avaient reçu 2643 minutes en 80 matchs, une moyenne de 33,03 minutes.
 
En cinquième position, ce sont les Flyers de Philadelphie de 1980-1981, alors qu'ils avaient eu 2621 minutes en 80 matchs, une moyenne de 32,75 minutes.
 
En sixième place des équipes ayant eu 2500 minutes ou plus, ce sont encore les Blackhawks de Chicago, qui ont eu 2503 minutes lors des 80 matchs de 1988-1989.
 
Les Broad Street Bullies ne sont pas dans les meneurs à ce chapitre
 
Le plus surprenant de ces records, c'est le fait que les Flyers de Philadephie, surnommés les Broad Street Bullies, du milieu des années 1970 ne sont pas dans les meneurs de l'histoire, eux qui avaient remporté deux fois la Coupe Stanley, en 1973-1974 et 1974-1975, en pratiquant un style axé sur la robustesse et la violence.
 
En 1973-1974, alors qu'ils avaient remporté l'honneur, ils avaient reçu 1750 minutes de punition en 78 matchs, une moyenne de 22,44 minutes, alors qu'en 1974-1975, ils avaient eu 1967 minutes en 80 rencontres, une moyenne de 24,59 minutes.
 
Lors de cette saison-là, l'attaquant Dave Schultz avait totalisé, en 76 matchs, pas moins de 472 minutes de punition, un record de l'histoire du circuit et cette marque n'a jamais été menacée, car le défenseur Paul Baxter est en deuxième place, ayant écopé de 409 minutes en 76 matchs, en 1981-1982 sans l'uniforme des Penguins de Pittsburgh. 
 
Soulignons qu'en 1991-1992, l'attaquant Mike Peluso, des Blackhawks de Chicago, aurait pu menacer la marque de Schultz, car il avait reçu 408 minutes de pénalité en 63 matchs, une moyenne de 6,48 minutes par rencontre et cela aurait pu, s'il avait conservé le même rythme lui donner 492 minutes en 76 rencontres, en comparaison avec 472 minutes en 76 parties pour Schultz.
 
En 1975-1976, alors qu'ils avaient été éliminés en quatre matchs (0-4), par le Canadien de Montréal, dans la finale de la Coupe Stanley, les Flyers avaient reçu 1980 minutes de punition en 80 rencontres, une moyenne de 24,75 minutes.
 
Cette équipe a reçu plus de 1800 minutes de punition en 13 occasions, dont sept fois où elle a surpassé le total des 2000 minutes.
 
Par contre, même si la LNH a beaucoup changé depuis quelques décennies, les Flyers ont été beaucoup moins rudes depuis une vingtaine d'années, car la dernière fois où ils ont reçu plus de 1500 minutes de punition remonte à la saison 1997-1998, avec un total de 1766 minutes en 80 rencontres.
 
On pourrait ajouter que les Blackhawks de Chicago, qui sont une équipe qui a un jeu axé sur la vitesse, n'ont pas toujours été ainsi, car cette formation détient quatre des 14 places sur la liste des équipes les plus pénalisées en une saison, dans la période de 1987-1988 à 1991-1992.
 
Les Flames de Calgary seul club victorieux avec 2400 minutes de punition
 
Soulignons que les Flames de Calgary de 1988-1989 sont la seule formation à avoir remporté la Coupe Stanley avec un total de plus de 2200 minutes de punition, eux qui avaient reçu 2456 minutes.
 
Sur ce plan, les Oilers d'Edmonton de 1987-1988 (2173 minutes de punition) et de 1989-1990 (2046 minutes), sont la seule autre équipe qui a remporté l'honneur avec un total de 2000 minutes de punition.
 
Dans le cas du Canadien de Montréal, qui a toujours combattu la violence, même si en certaines occasions, l'équipe avait des joueurs robustes comme John Ferguson et Chris Nilan, son plus haut total sur ce plan a été lors de la saison 1995-1996, avec un total de 1847 minutes en 82 rencontres, une moyenne de 22,52 minutes par match. C'est Mario Tremblay qui était l'entraîneur-chef de l'équipe, lui qui avait pris les commandes après la cinquième partie de la saison, alors que Jacques Demers avait été remercié.
 
C'est arrivé deux autres fois que l'équipe se retrouve avec un total de 1800 minutes ou plus, lors de la saison 1987-1988 (1842 minutes en 80 matchs) et 1986-1987 (1800 minutes en 80 parties), alors que c'est Jean Perron qui était l'entraîneur-chef.
 
Lorsqu'il a gagné la Coupe Stanley en 1992-1993, le Canadien avait reçu 1788 minutes de punition, alors qu'en 1985-1986, il avait eu 1374 minutes de pénalité.
 
Lors de sa domination de 1975-1976 à 1978-1979, alors qu'il avait remporté la Coupe Stanley quatre fois de suite, le Canadien n'avait pas atteint le plateau des 1000 minutes de punition en une saison, ayant eu respectivement 975, 766, 745 et 803 minutes, étant la formation la moins pénalisée en 1977-1978 et 1978-1979.
 
Les Ducks d'Anaheim, dernière équipe à avoir remporté les grands honneurs ...
 
Soulignons que les Ducks d'Anaheim sont les derniers à avoir remporté la Coupe Stanley après avoir été la formation la plus pénalisée en saison régulière, alors qu'en 2006-2007, ils avaient totalisé 1457 minutes en 82 rencontres, une moyenne de 17,77 minutes, tout juste devant les Coyotes de Phoenix, qui avaient eu 1445 minutes, une moyenne de 17,62 minutes, mais ces derniers n'avaient même pas participé aux séries éliminatoires !
 
Une baisse spectaculaire depuis plusieurs saisons
 
Plus que jamais, le jeu rude a fait place au talent et à la vitesse et nous le réalisons avec le total des minutes de pénalité qui est vraiment très bas depuis plusieurs années.
 
Depuis 2013-2014, très peu d'équipes ont atteint le plateau des 1000 minutes de punition, dont aucune lors des quatre dernières saisons, incluant celle de 2019-2020.
 
En 2013-2014, les Flyers de Philadelphie avaient reçu 1180 minutes de punition en 82 matchs, une moyenne de 14,39 minutes et avaient dominé la LNH, mais cela représentait une diminution de 1441 minutes sur leur record d'équipe de 2621, réalisé en 80 matchs lors de la saison 1980-1981.
 
En 2014-2015, ce sont les Penguins qui ont dominé avec 1123 minutes en 82 matchs, une moyenne de 13,70 minutes par rencontre, eux qui en 1988-1989 avaient été la 2e équipe la plus pénalisée de l'histoire de la LNH, avec un total de 2674 minutes en 80 rencontres, une baisse de 1551 minutes !
 
Les Ducks d'Anaheim, dernière formation avec 1000 minutes de punition
 
Les Ducks d'Anaheim sont la dernière formation à avoir atteint le plateau des 1000 minutes de punition, ayant reçu 1023 minutes en 82 matchs, lors de la saison 2015-2016, une moyenne de 12,48 minutes par rencontre.
 
Depuis cette saison-là, les meneurs ont été les Flames de Calgary en 2016-2017 (956 minutes en 82 parties), les Predators de Nashville en 2017-2018 (928 minutes en 82 matchs) et les Rangers de New York en 2018-2019 (854 minutes en 82 rencontres) et aussi dans la présente campagne écourtée de 2019-2020 (781 minutes, mais en 70 matchs).
 
LES 14 ÉQUIPES LES PLUS PÉNALISÉES DE LA LNH
(LE PLUS DE MINUTES EN UNE SAISON)
ÉQUIPE-SAISON-PJ-MINS-MOY.
1-Sabres de Buffalo, 1991-1992-80-2713 (33,91)
2-Penguins de Pittsburgh, 1988-1989-80-2674 (33,43)
3-Blackhawks de Chicago, 1991-1992-80-2663 (33,29)
4-Flames de Calgary, 1991-1992-80-2643 (33,03)
5-Flyers de Philadelphie, 1980-1981-80-2621 (32,76)
6-Blackhawks de Chicago, 1988-1989-80-2503 (31,29)
7-Devils du New Jersey, 1988-1989-80-2494 (31,18)
8-Flyers de Philadelphie, 1981-1982-80-2493 (31,17)
9-Flames de Calgary, 1988-1989-80-2456 (30,70)
10-Bruins de Boston, 1987-1988-80-2443 (30,54)
11-Flames de Calgary, 1987-1988-80-2431 (30,39)
12-Blackhawks de Chicago, 1989-1990-80-2426 (30,33)
13-Maple Leafs de Toronto, 1989-1990-80-2419 (30,24)
14-Blackhawks de Chicago, 1990-1991-80-2412 (30,15)
 
LES MENEURS POUR LE PLUS DE MINUTES DE PUNITION PAR SAISON
(DEPUIS 2013-2014)
Flyers de Philadelphie, 2013-2014-82-1180 (14:39)
Penguins de Pittsburgh, 2014-2015-82-1123 (13,70)
Ducks d'Anaheim, 2015-2016-82-1023 (12,48)
Flames de Calgary, 2016-2017-82-956 (11,66)
Predators de Nashville, 2017-2018-82-928 (11,32)
Rangers de New York, 2018-2019-82-854 (10,41)
Rangers de New York, 2019-2020-70-781 (11,16)