Quoi qu'on en pense, les Aigles de Trois-Rivières sont plus actifs qu'on oserait le croire en ce moment. Transition oblige, le gérant T.J. Stanton, qui en a vu d'autres, est en mode "observation" en ce moment.

Selon ce que rapporte le journaliste du Nouvelliste, Louis-Simon Gauthier, Stanton observe en ce moment ce qui se passe chez les autres formations de la Frontier League avant de donner un gros coup de barre au niveau des acquisitions de joueurs. Après tout, les Aigles, tout comme les Capitales, sont confrontés cette saison à une nouvelle réalité, celle de la Frontier League, où ils feront leurs débuts le 15 mai prochain.

Ainsi, on apprend que les départs de Garret Harris, Domenic Mazza et Garrett Mundell font partie intégrante de cette nouvelle réalité. On ne se le cachera pas, la "vente" de ses trois joueurs de talents aux Goldeyes de Winnipeg dans l’Association américaine du baseball professionnel, en retour d'une compensation financière avait pour but de regarnir les coffres de l'équipe à l'aube d'une saison où les coûts d'opération exploseront, notamment à cause des nombreux voyages à prévoir et autres coûts. On comprend facilement qu'évoluer dans une ligue à 14 équipes représente des défis financiers plus élevés que ceux proposés dans la Ligue Can-Am et ses 6 équipes dans les dernières saisons.

Du baseball de qualité à bon prix

Stanton comprend très bien que la décision de se départir de ces trois joueurs est loin de faire l'unanimité chez les amateurs de baseball de Trois-Rivières, mais il estime que c'est le prix à payer pour s'assurer que le club ne se mette pas dans le pétrin dès sa première année dans cette Ligue.

Une équipe qui performe sur le terrain et qui roule dans le rouge financièrement n'est pas nécessairement ce que les fans souhaitent non plus. Demandez aux fans des Rascalls River City qui ont vu leur équipe mettre la clé à la porte après avoir pourtant remporté le championnat de la Ligue Frontier en 2019 après une formidable série finale remportée à la limite de 5 matchs par un score de 7 à 5 contre le Freedom de Florence. Stanton ne souhaite certainement pas être l'acteur principal d'une pareille aventure à Trois-Rivières. Qu'on se comprenne… Il ne ferme pas pour autant la porte à un éventuel championnat, bien au contraire, mais ce qu'il souhaite en premier, c'est d'avoir des bases financières solides pour aller chercher d'excellents résultats sur le terrain et du baseball excitant aux amateurs. Ça tombe dans le sens.

La patience de Stanton est plus que compréhensive en ce moment. Il se sent un peu comme au beau milieu d'une partie d'échecs. Il observe l'adversaire bouger ses pièces, se contentant de simplement peaufiner sa défense avant de se porter à l'attaque. Ce n'est pas spectaculaire en ce moment, mais c'est certainement très sage comme stratégie.

Stanton a déclaré au journaliste du Nouvelliste: «Je regarde énormément ce que font les autres équipes, j’essaie de mieux connaître les joueurs et les organisations. On a encore beaucoup de temps d’ici le camp d’entraînement [en mai].»

Le gérant des Aigles est un fin renard et il a beaucoup de fierté. On se doute bien qu'il fera tout pour aligner une très bonne équipe sur le terrain. «On a du succès au bâton depuis deux ans et c’est avec cette identité qu’on veut rester, surtout dans une ligue plus jeune» d'ajouter Stanton.

Personnellement, je m'attends à une pluie d'annonces de la part de l'équipe au cours des prochains jours. Il y-a beaucoup d'excellents joueurs libres comme l'air et d'autres transactions demeurent toujours possibles.

C'est à suivre.

Bon baseball à toutes et à tous.