Les vrais amateurs de baseball ont toujours aimé les Expos, autant dans les meilleurs moments que dans les pires. Pourquoi ? Parce que les Expos n'ont jamais fait les choses comme les autres.

Dès le tout premier match de l'histoire de l'équipe lors de la saison 1969 à New-York, contre les Mets, les Expos ont commencé à faire les choses différemment des autres équipes.

Petit retour dans l'histoire: le 8 avril 1969, les Expos affronte les Mets dans un match où, comme baptême de feu, l'équipe d'expansion affronte un dénommé Tom Seaver, désigné comme partant des Mets. Seaver était l'as lanceur de la formation New-Yorkaise et il était évident que les Expos allaient perdre ce match-là. Ben non !

Les Expos ont gagné le match 11 à 10 ! Premier signe que les Expos ne feraient jamais les choses comme les autres, le premier circuit de l'histoire de la franchise est venu du bâton de Dan McGinn, un lanceur de relève, qui a catapulté l'offrande de Seaver au-delà de de la clôture après un retrait en 4ème manche. Ce sera d'ailleurs le seul circuit de toute la carrière de McGinn ! Autre point, les Expos menaient 11 à 6 en neuvième mais les largesses du releveur de nos "z'amours", Don Shaw, ont fait en sorte que les Mets ont répliqué avec 4 points, avant que Caroll Sambrera ne vienne sauvegarder ce match historique pour les Expos.

La victoire est malgré tout allée à… Don Shaw (qui n'en remportera qu'une seule autre en 1969), la victoire protégée à Sambrera, qui ne répétera l'exploit qu'une seule autre fois en carrière. Quant à Tom Seaver (qui n'a pas été crédité de la défaite lors de ce match), il connaîtra la saison de sa vie avec une fiche de 25 victoires contre 7 petits revers en 1969…. Tsé ?!?

Dès lors, les nouveaux partisans de cette équipe savaient bien que les Expos représentaient une équipe spéciale !... Et les années à venir leur donneront raison.

PAS DE CHAMPIONNAT, MAIS C'EST PAS GRAVE !

Si on fait un parallèle avec le Canadien de Montréal où les partisans, historiquement très gâtés par les succès du CH, demandaient à leur équipe des Coupes Stanley à chaque année, il en était tout autrement dans la relation des Expos via leurs fans. Les gens voulaient avoir du bon baseball… Surtout !

En boni, les Expos leur ont donné de belles histoires. Des joueurs avec des difficultés personnels "repris" par la formation montréalaise comme Tim Raines et Dennis Martinez par exemple, que les amateurs québécois ont immédiatement aimé et adopté, les motivant du coup à connaître de formidables carrières. Plein d'autres joueurs sont venus à Montréal et y ont accumulé leurs meilleurs souvenirs.

Et du spectacle, on en a eu avec, en tête de liste, Bill Lee et Pascual Perez !

Chris Speier, FP Santangelo, Pascual Perez, Bill Lee, Wallace Johnson, Tom Foley, John Boccabella et plein d'autres joueurs ont probablement reçu leurs seules ovations en carrière à Montréal ! Même Youppi en a eu ! Les gens appréciaient l'effort des joueurs des Expos, peu importe leur statut au sein de l'équipe.

Il y avait bien des vedettes dans la formation, mais chacun des joueurs aspiraient à en être une à chaque match à domicile et ça, ils le savaient.

Pas de championnat ? Pas grave. Les vrais amateurs de baseball venaient au Parc Jarry et plus tard au Stade Olympique pour découvrir qui deviendrait leur joueur préféré, ne serait-ce que l'instant d'un match.

L'APPORT DES ANALYSTES ET DESCRIPTEURS

Oui, l'apport des analystes et descripteurs (télé ou radio) ont joué un rôle important dans cette fameuse relation Expos-partisans…. Pourquoi je dis ça ?

Dans bien des villes de baseball, les descripteurs et les analystes parlent des grandes vedettes dans 80% de leurs interventions et sont souvent très critiques envers les joueurs… À Montréal, c'était autre chose.

Au fil des ans, les Jacques Doucet, Raymond Lebrun, Camille Dubé, Jean-Pierre Roy, Claude Raymond, Rodger Brulotte, Marc Griffin et autres, ont tous contribué à notre compréhension de ce magnifique sport mais aussi, à connaître l'ensemble des joueurs de l'équipe, pas juste les vedettes. Ajoutez à cela la colorée et magnifique plume de Serge Touchette dans le journal, et vous aviez un suivi de très haute classe.

Oui, on a beau parler des mauvais coups des dirigeants des Expos comme l'échange de Randy Johnson contre Mark Langston ou les nombreuses ventes de feu, il reste que nous avions toujours hâte de voir les Expos à l'œuvre.

Le plus grand coup des Expos selon moi, est d'avoir remplacé l'horrible mascotte Souki par Youppi !... Pour le reste, c'est du vrai bon baseball que l'on voulait voir.

Aujourd'hui, les Expos sont partis mais encore, ils font des choses pas comme les autres… On parle d'une équipe à garde partagée… Sacrés Expos va !

Vos  souvenirs et commentaires sont les bienvenus ;)