Dans la Ligue nationale de hockey, les unités spéciales ont permis à plusieurs joueurs de récolter beaucoup de points, en avantage numérique et aussi en désavantage numérique.
 
Il y a eu certains joueurs offensifs qui ont été très productifs en infériorité numérique, mais la plupart sont des joueurs qui excellaient à écouler le temps durant les punitions et parvenaient à produire, profitant souvent d'échappées durant les infériorités.
 
C'est nul autre que Wayne Gretzky, qui détient le record pour le plus de buts en désavantage numérique (73), dix de plus que Mark Messier (63), 23 de plus que Steve Yzerman (50) et 24 de plus que le grand Mario Lemieux, auteur de 49 filets à ce chapitre.
 
Par la suite, trois joueurs se partagent la cinquième position avec 39, Jari Kurri, Butch Goring, et aussi Dave Poulin, qui avait réussi un total de 205 buts lors de sa carrière, de 1982-1983 à 1994-1995, dont seulement 12 en avantage numérique.
 
Mario Lemieux a déjà marqué 13 buts en désavantage lors d'une saison
 
En une saison, c'est Mario Lemieux qui détient le record, ayant réussi pas moins de 13 buts en infériorité numérique, avec les Penguins de Pittsburgh, lors de la saison 1988-1989, un de plus que Wayne Gretzky, qui avait marqué 12 fois dans ces circonstances, lors de la saison 1983-1984, dans l'uniforme des Oilers d'Edmonton.
 
Dans le cas de Gretzky, il avait aussi réussi 11 buts en désavantage numérique lors de la saison suivante, en 1984-1985, toujours avec les Oilers.
 
Sur Mario Lemieux, il avait réussi 10 buts en infériorité lors de la saison 1987-1988 et l'attaquant Dirk Graham, des Blackhawks de Chicago, avait aussi atteint ce plateau (10), lors de la saison 1988-1989.
 
C'est Marcel Dionne qui a été le premier joueur de l'histoire de la LNH à réussir 10 buts en désavantage numérique, lors de la saison 1974-1975, alors qu'il portait les couleurs des Red Wings de Detroit.
 
Trois joueurs ont totalisé neuf buts en désavantage numérique, les attaquant Kent Nilsson, avec les Flames de Calgary, lors de la saison 1983-1984 et Brian Rolston, avec les Bruins de Boston, en 2001-2002, alors que le défenseur Paul Coffey avait fait de même, en 1985-1986, dans l'uniforme des Oilers d'Edmonton, un record par un défenseur sur ce plan.
 
Au chapitre des défenseurs, Coffey devance tous les autres à cette position, car dans l'histoire du circuit, il y a eu Mark Howe, qui a totalisé sept buts en 1985-1986, et aussi cinq buts en 1982-1983, dans l'uniforme des Flyers de Philadelphie, alors que le seul autre défenseur qui est dans cette catégorie, est Steve Duchesne, qui a fait mouche cinq fois en désavantage, lors de la saison 1988-1989, avec les Kings de Los Angeles.
 
Soulignons que l'illustre Bobby Orr a marqué quatre buts en désavantage numérique en deux occasions, en 1969-1970 et 1971-1972, alors qu'il portait les couleurs des Bruins de Boston.
 
Guy Carbonneau est le meneur de l'histoire du Canadien de Montréal
 
Sur cette facette du jeu, c'est l'attaquant Guy Carbonneau qui est le meneur de toute l'histoire du Canadien de Montréal, ayant totalisé 28 buts en désavantage numérique en carrière, huit de plus que Bob Gainey (20) et Tomas Plekanec (20), alors que Peter Mahovlich (17) se retrouve au 4e rang et que Don Marshall et Claude Provost (15), se partagent la cinquième place.
 
Par la suite, il y a eu Floyd Curry (12) et aussi Vincent Damphousse (12), qui ont atteint la douzaine sur ce plan.
 
En une saison, c'est encore Carbonneau qui est au sommet, ayant réussi sept buts en infériorité lors de la saison 1983-1984, lui qui avait fait mouche cinq fois, lors de la saison 1982-1983 et quatre fois lors de la saison 1984-1985. Ce qui lui faisait un total de 16 buts en désavantage sur trois saisons de suite.
 
Sur ce plan, trois autres joueurs ont réussi quatre buts en infériorité en une saison, mais le grand Peter Mahovlich a réalisé l'exploit trois fois, de 1971-1972 à 1973-1974, alors que son frère Frank a réussi ce tour de force en 1971-1972 et plus récemment, Vincent Damphousse, lors de la saison 1995-1996.
 
LES JOUEURS AVEC LE PLUS DE BUTS EN DÉSAVANTAGE NUMÉRIQUE
(TOTAUX À VIE)
JOUEUR-PJ-BUTS-BAN-BDN
1-Wayne Gretzky, 1487-894-204-73
2-Mark Messier, 1756-694-179-63
3-Steve Yzerman, 1514-692-202-50
4-Mario Lemieux, 915-690-236-49
5-Butch Goring, 1107-375-102-71
6-Jari Kurri, 1251-601-155-39
7-Dave Poulin, 724-205-12-39
8-Sergei Fedorov, 1248-483-144-36
9-Theo Fleury, 1084-455-125-35
10-Dirk Graham, 772-219-39-35
11-Derek Sanderson, 598-202-26-34
12-Pavel Bure, 702-437-121-34
13-Marian Hossa, 1309-525-143-34
14-Guy Carbonneau, 1318-260-12-33
15-Brian Rolston, 1256-342-98-33
16-Peter Bondra, 1081-503-149-32
17-Bobby Clarke, 1144-358-99-32
18-Dave Keon, 1296-396-67-32
19-Joe Sakic, 1378-625-205-32
20-Bill Barber, 903-420-104-31
21-Mats Sundin, 1346-564-160-31
22-Bob Pulford, 1079-281-48-30
 
LES JOUEURS AVEC LE PLUS DE BUTS EN DÉSAVANTAGE NUMÉRIQUE
(DANS UNE SAISON)
JOUEUR-ÉQUIPE-SAISON-PJ-BUTS-BDN
Mario Lemieux, Pittsburgh, 1988-1989-76-85-13
Wayne Gretzky, Edmonton, 1983-1984-74-87-12
Wayne Gretzky, Edmonton, 1984-1985-80-73-11
Marcel Dionne, Detroit, 1974-1975-80-47-10
Mario Lemieux, Pittsburgh, 1987-1988-77-70-10
Dirk Graham, Chicago, 1988-1989-80-33-10
Kent Nilsson, Calgary, 1983-1984-67-31-9
Paul Coffey, Edmonton, 1985-1986-79-48-9
Brian Rolston, Boston, 2001-2002-82-31-9
(LES DÉFENSEURS)
Paul Coffey, Edmonton, 1985-1986-79-48-9 
Mark Howe, Philadelphie, 1985-1986-77-24-7
Mark Howe, Philadelphie, 1982-1983-76-20-5
Steve Duchesne, Los Angeles, 1988-1989-79-25-5
Bobby Orr, Boston, 1969-1970-76-33-4
Bobby Orr, Boston, 1971-1972-76-37-4
Lee Fogolin J., Edmonton, 1980-1981-80-13-4
Mark Howe, Philadelphie, 1986-1987-69-15-4
Nicklas Lidstrom, Detroit, 1999-2000-81-20-4
Mark Giordano, Calgary, 2018-2019-78-17-4