En cette saison 2019-2020, les Red Wings de Detroit connaissent une saison misérable, mais ils ne briseront pas de records de médiocrité de l'histoire de la LNH.
 
En effet, la formation dirigée par Jeff Blashill, qui présente un dossier de 15-43-4 pour 34 points en 62 matchs, une moyenne d'efficacité de seulement ,274, va se retrouver parmi les équipes qui ont été ordinaires, sans avoir été dans le pire groupe du circuit, car plusieurs autres équipes ont été de loin plus médiocres que les Red Wings de 2019-2020.
 
Dans l'histoire de la LNH, ce sont les Capitals de Washington de 1974-1975 qui ont la pire moyenne de victoires-défaites, ayant eu un rendement de ,131, affichant un dossier de 8-67-5 pour seulement 21 points en 80 rencontres.
 
En deuxième position, deux équipes sont à égalité avec une moyenne de ,143, les deux lors de la saison 1992-1993, alors qu'en 84 rencontres, les Sénateurs (2) d'Ottawa avaient eu un dossier de 11-71-4 pour 24 points et les Sharks de San Jose, un rendement de 11-71-2 pour 24 points également. Ces deux équipes sont les seules à avoir subi 70 défaites ou plus dans une saison, alors que les Sharks avaient réalisé la marque de tous les temps avec 71 revers.
 
Deux autres équipes ont présenté une moyenne inférieure à ,200 en une saison, les Islanders de New York, qui avaient eu une fiche de 12-60-6 pour 30 points en 78 matchs (moyenne de ,192) en 1972-1973 et aussi les Nordiques de Québec, qui avaient eu un dossier de 12-61-7 pour 31 points en 80 matchs (moyenne de ,194) lors de la saison 1989-1990.
 
Deux autres équipes ont présenté une moyenne de ,200 en une saison, les Capitals de Washington de 1975-1976, qui avaient eu un rendement de 11-59-10 pour 32 points en 80 matchs et les Jets (1) de Winnipeg de 1980-1981, dont la fiche avait été de 9-57-14 pour 32 points en 80 parties.
 
Pour les Capitals de Washington, cela faisait un atroce rendement de 19-126-15 pour seulement 53 points en 160 matchs disputés lors de leurs deux premières saisons dans la LNH, en 1974-1975 et 1975-1976, une médiocrité jamais égalée pour une séquence de deux saisons de suite de l'histoire du circuit.
 
La dernière saison de Michel Bergeron comme entraîneur-chef
 
Soulignons que les Nordiques de 1989-1990, qui étaient dans une phase de reconstruction, étaient dirigés par Michel Bergeron, lui qui avait été remercié par les Rangers de New York, le 1er avril 1989, deux matchs avant la fin du calendrier régulier, avant de revenir derrière le banc de l'équipe de Québec et cette saison a été sa dernière en tant qu'entraîneur-chef d'une formation.
 
Bergeron, qui avait succédé à Jean Perron, avait été remplacé par Dave Chambers en 1990-1991 et il n'avait pas fait beaucoup mieux, affichant un dossier de 16-50-14 pour 46 points, une moyenne de ,288 en 80 rencontres.
 
LES PIRES SAISONS DE L'HISTOIRE DE LA LNH (MOYENNE)
ÉQUIPE-----------------SAISON-PJ-V-D-N-PTS-MOY.
Capitals de Washington--1974-1975-80-8-67- 5-21 (,131)
Sénateurs (2) d'Ottawa--1992-1993-84-10-70- 4-24 (,143)
Sharks de San Jose------1992-1993-84-11-71- 2-24 (,143)
Islanders de New York---1972-1973-78-12-60-6-30 (,192)
Nordiques de Québec----1989-1990-80-12-61- 7-31 (,194)
Capitals de Washington--1975-1976-80-11- 59-10-32 (,200)
Jets (1) de Winnipeg-----1980-1981-80-9- 57-14-32 (,200)