Mot du rédacteur

Au cours des dernières années, je n’étais qu’un rédacteur qui écrivait à propos du hockey…vraiment que du hockey !! J’adorais cela et bien qu’il ne soit encore plus possible pour moi de le pratiquer sur glace, j’ai trouvé une autre façon tout aussi pertinente d’apprécier ma passion.J’ai découvert la natation et l’entraînement en salle, qui sont maintenant les deux disciplines que je pratique physiquement, mais le hockey n’est jamais trop loin dans mon esprit !! Aujourd’hui, j’essaie de découvrir d’autres sports moins communs. Je vais écrire une série d’articles sur des sports que nous entendons moins parler. Pour le moment, une joueuse d’Ultimate et un lutteur, entre autres, ont accepté de prendre part au projet. J’ai également ciblé la nage synchronisée et les billards.Tu pratiques un sport peu commun et que tu aimerais que j’écrive à ton sujet? Écris-moi en privé via ma page Facebook ou Twitter. Cet article est le deuxième d’une série de textes. Il concerne le témoignage de Kevin St-Onge, un joueur de grosses quilles âgé de 19 ans.

 

 Mise en contexte

Les quilles. Ce sport peut également vous paraître une activité ou l’objet d’une fête. C’est pourquoi beaucoup de gens qui lisent le présent article sont en mesure de connaître les quilles, et peut-être même capables de révéler quelques règlements qui permettent aux joueurs de quilles de prendre part à des parties justes et équitables.

Selon de nombreuses personnes, les quilles ne sont pas considérées comme un loisir « peu commun ». Il est toutefois captivant de s’intéresser au bowling qui se pratique non seulement de façon amicale, mais aussi de manière compétitive où les joueurs s’affrontent pour remporter des prix intéressants. Le parcours de Kevin St-Onge, un joueur de grosses quilles âgé de 19 ans, est sans aucun doute un bel équilibre entre le sport, le loisir, la passion ainsi que la compétition.

Le parcours de Kevin St-Onge

Ce n’est qu’à l’âge de 4 ans que Kevin St-Onge effectue ses premiers lancers sur une allée (ou une piste) de quilles. Alors qu’il consacre environ trois heures par semaine à l’entraînement au cours de sa jeunesse, cette durée hebdomadaire dédiée aux exercices a presque triplé aujourd’hui.

St-Onge ne possède non seulement de bonnes habiletés comme joueur de quilles, mais il connaît également une bonne progression, ce qui le mène vers des périodes de succès. En 2014 et 2016, St-Onge obtient le titre de champion provincial au sein de sa catégorie, soit les joueurs âgés entre 12 et 14 ans ainsi que ceux entre 15 et 17 ans, respectivement.

 

 Deux saisons plus tard, le natif de Saint-Pascal, dans la région du Bas St-Laurent, récolte une fois de plus les honneurs alors qu’il occupe toujours une place au sein de la catégorie « 15-17 ans ». St-Onge est également, à l’heure actuelle, le plus jeune joueur du salon de quilles de sa ville d’origine à avoir réalisé une partie parfaite.

 

 Malgré ses bonnes performances, Kevin St-Onge est loin d’affirmer qu’il est le joueur idéal. Il révèle notamment que la constance au niveau de ses résultats et son jeu de réserve sont deux aspects à améliorer comme joueur de quilles. Il tente d’ailleurs, aujourd’hui, de réviser ses lacunes de manière constante dans l’objectif de poursuivre sa carrière de quilleur ailleurs au Canada.

Le loisir, la passion et la compétition

L’objectif de St-Onge combine les trois aspects ci-dessus. Il aimerait quitter le Québec afin de découvrir le reste du pays et de représenter sa province. Tout en pratiquant sa passion, le quilleur de 19 ans aimerait réaliser son but pour y recueillir une expérience inoubliable.

Afin de mettre en œuvre son projet, Kevin St-Onge souhaite devenir un « prostaff », alors qu’une commandite lui fournirait son équipement mensuellement.

Les quilles, bien plus qu’un loisir

Tout comme le mentionnait Marika Noël, joueuse d’Ultimate, lors du premier reportage de cette série d’articles concernant sa passion, Kevin St-Onge ne croit pas que les quilles sont un sport reconnu à sa juste valeur. En effet, trop de gens pensent que les quilles sont une activité entre amis, où ces derniers boivent une boisson alcoolisée et n’ont que du plaisir. St-Onge confirme que cette manière de jouer au bowling existe, mais décrit plutôt les quilles comme un sport qui requiert de la concentration, une bonne endurance physique ainsi que de la détermination.

Pourquoi les quilles plus qu’un autre sport?

St-Onge mentionne qu’il a été élevé dans un salon de quilles. C’est son père qui lui a donné la piqûre du sport concerné. Le cercle d’amis de Kevin St-Onge a pour sa part influencé le principal intéressé à s’aligner au sein d’une formation compétitive, alors qu’il a découvert que les quilles pouvaient lui rapporter de généreux prix.

 Comment un joueur peut se distinguer des autres?

L’abat (faire tomber toutes les quilles en un seul lancer) semble très simple à effectuer pour les joueurs de niveau compétitif. Approché à ce sujet, St-Onge a approuvé cette hypothèse, tout en révélant quel est l’aspect qui distingue un joueur à un autre :

« L’abat est l’objectif le plus facile pour chaque quilleur. La différence est le jeu de réserve (lorsque toutes les quilles tombent après les deux premiers lancers). Une réserve est beaucoup plus importante afin d’augmenter le plus rapidement possible son score et c’est beaucoup plus dur à réaliser qu’un abat. Car dix quilles sont plus faciles à faire tomber qu’une seule petite quille dans le coin droit de l’allée, par exemple. »

 

Les recommandations de Kevin St-Onge

« N'hésitez pas à aller vous essayer dans une ligue amicale!  Si vous êtes âgés de 21 ans et moins, plusieurs salons de quille offrent une ligue de niveau junior avec un entraîneur présent chaque semaine pour vous aider à augmenter vos habiletés! »

 

Tu pratiques un sport peu commun et tu aimerais que j’écrive à ton sujet? Écris-moi en privé via ma page Facebook ou Twitter