Avec leur mauvais début de saison, les Kings de Los Angeles ont congédié leur entraineur-chef John Stevens après seulement 13 rencontres.

En effet, la formation californienne occupe actuellement le dernier rang de l’association de l’ouest avec un maigre total de 11 points. En 14 matchs, les Kings montrent une fiche de 5 victoires et 8 défaites ainsi qu’un différentiel de -14, soit l’avant-dernier de la LNH. De plus, aucun joueur de l’équipe n’affiche un différentiel positif.

Après trois victoires à leurs quatre premiers matchs, la situation est devenue toute autre pour les Kings. Des 8 rencontres suivantes, ceux-ci en ont perdu 7 dont 6 consécutives. Par ailleurs, la blessure au gardien Jonathan Quick en début de saison n’a pas aidé la cause de l’équipe qui s’est vue fragilisée, lui qui est à l’écart du jeu pour une période de 3 à 6 semaines dû à une blessure au genou. Malgré tout, il faut dire que le gardien de 32 ans connaissait un début de saison assez difficile avec quatre défaites en autant de départs, une moyenne de buts alloués de 4,55 et un taux d’efficacité de .845.

Contrairement à des équipes comme les Flames de Calgary, l’Avalanche du Colorado, les Jets de Winnipeg ou encore le Canadien de Montréal, le noyau des Kings n’est pas bâti autour de la jeunesse, de la vitesse et de la fouge. En effet, ce dernier est pratiquement le même que lors des conquêtes de la Coupe Stanley en 2012 et 2014, avec les Drew Doughty (28 ans), Jeff Carter (33 ans), Anze Kopitar (31 ans) et Dustin Brown (34 ans).

Force est d’admettre que la formation californienne ne se rajeunit pas et que ses meilleurs joueurs ont presque tous plus que 30 ans et que leurs belles années sont derrière eux ou presque. De plus, les seuls attaquants d’impact de moins de 30 ans chez les Kings sont Alex Iafallo et Tyler Toffoli.

Concernant le poste d’entraîneur-chef, c’est Willie Desjardins qui en assurera l’intérim. Or, celui qui a été entraîneur des Canucks de Vancouver de 2014 à 2017 et de l’équipe canadienne masculine de hockey aux Jeux Olympiques de Pyeongchang en 2018 ne possède pas une impressionnante feuille de route dans la LNH. En trois saisons, il affiche un dossier de 109 victoires et 110 défaites, soit deux saisons sous la barre des .500. Sous son règne, l’équipe a raté les séries éliminatoires deux fois en trois ans. La seule fois que les Canucks y ont participé, ils ont été éliminés par les Flames de Calgary en première ronde.

On verra donc dans les prochaines semaines si Willie Desjardins pourra redresser la situation à Los Angeles.

Suivez La Première Ronde sur Facebook

 

Crédit photo: NBC Los Angeles