On avait sûrement prévenu la direction des Raiders de ne pas mettre la main sur ce joueur.  Finalement, Oakland a pris la décision de faire l’acquisition d’Antonio Brown. Tout le monde sait qu’il est un joueur égocentrique. Mais le talent du receveur a séduit la direction de l’équipe. Jon Gruden, qui en mène large à Oakland, a sans doute jugé être en mesure de rendre Brown heureux. Les Raiders ont mal évalué l'athlète. La direction des Steelers, elle, est toute souriante.

 

L’homme a du talent. Les statistiques sont là pour le prouver. Il a atteint le plateau des 10 000 verges au début de la saison 2018. Il n’a eu besoin que de 116 matchs pour réaliser l’exploit. Seulement deux receveurs devancent Brown à ce chapitre (Julio Jones 102; Calvin Johnson 115). Pour mettre les choses en perspective, le grand Jerry Rice a réussi à amasser 10 000 verges en 121 rencontres. Brown a également réussi des choses impressionnantes depuis la saison 2013. Il a capté au moins 100 ballons, et accumulé plus de 1 200 verges par la passe à chaque saison. Il a aussi une moyenne dix touchés par saison. Malgré cette avalanche de statistiques, les Steelers ont décidé de signer les papiers de divorce avec le joueur étoile.

Migraines, maux de cœur et brûlures d’estomac

Si Jon Gruden et Mike Mayock étaient très heureux d’accueillir Brown le 9 mars dernier, c’est la direction des Steelers qui sourit aujourd’hui. Elle n’a plus à devoir gérer les enfantillages d’Antonio Brown, qui ont été à la source de migraines, de maux de cœur et de brûlures d’estomac chez les Steelers au cours des dernières années. Il y avait toujours quelque chose qui n’allait pas à son goût. Pour lui, il était normal que le livre de jeux soit organisé de façon à gonfler ses statistiques personnelles. Les réflecteurs devaient être braqués sur lui.

Comme Terrell Owens avant lui, Antonio Brown exige que l’équipe tourne autour de lui. Lorsque l’on fera le bilan de sa carrière, on ne pourra malheureusement pas dissocier ses frasques de son énorme talent.

Camp d’entraînement en montgolfière!

C’est à cause de la spectaculaire production offensive de Brown que les analystes de la NFL avaient majoritairement déclaré que les Steelers de Pittsburgh feraient une grave erreur en échangeant le receveur. Sur ESPN, FOX, CBS, NBC et ABC, les experts mettaient en garde Kevin Colbert. Mais le directeur général des Steelers savait déjà quoi faire. Les gens sont bien souvent aveuglés par le talent brut, les statistiques et le vedettariat. Avec Brown, les Raiders ont hérité de tout cela, et même plus. Ces mêmes analystes déchantent depuis un mois. Antonio Brown est tout un numéro, et il le sait très bien. Et si vous voulez savoir de quelle manière il se voit à l’intérieur d’une équipe, sachez qu’il s’est présenté à l’ouverture du camp d’entrainement des Raiders en montgolfière! J’aurais aimé voir le visage de Bill Belichick si Julian Edelman avait osé faire de même au camp des Patriots!

Antonio Brown arrivant au camp des Raiders le 26 juillet 2019.Source: Raiders Twitter
Légende: Antonio Brown arrivant au camp  d'entraînement des Raiders le 26 juillet 2019.

Le fameux casque

Au cours des dernières semaines, Brown a refusé de prendre part à plusieurs activités de l’équipe car il n’aime pas son nouveau casque. La ligue a instauré des règlements concernant cette pièce d’équipement. Les Raiders les ont tout simplement mis en application. Brown, furieux, a décidé de quitter l’entraînement. Il a dit qu’il n’aime pas ce modèle, et requiert son ancien casque. Il a d’ailleurs entrepris des démarches. Il serait très étonnant que la ligue fasse une exception pour Antonio Brown.

Il est bon de noter que le casque que Brown désire utiliser lui avait été remis par les Steelers il y a huit ans. Rich Eisen, de NFL Network, s’est penché sur le dossier. Il a indiqué que des sources lui ont confirmé que des tests menés par la NFL ont démontré que le modèle de casque que Brown veut toujours utiliser ne répond plus aux nouvelles normes de sécurité. Toujours selon ces mêmes sources, Brown aurait tenté d’effacer le logo des Steelers sur son casque, pour y ajouter les couleurs des Raiders; voulant ainsi s’assurer d’avoir le même casque qu’à Pittsburgh.

Avez-vous entendu d’autres joueurs se plaindre? Y-a-t-il des joueurs qui détestent ce nouveau modèle? Je crois qu’on pourrait en trouver plusieurs qui ne sont pas en amour avec ce modèle. Mais personne ne se comporte comme Brown. Il est évident que Brown préconise le confort à la sécurité lorsqu’il est question de son casque, et qu’il veut défier l’autorité. À ses yeux, on ne peut lui dire non. Il y a peut-être aussi une part de superstition dans tout cela.

Le casque d'Antonio BrownSource: Getty Images
Légende: Le casque d'Antonio Brown

Une mission impossible

Comment rendre heureux Antonio Brown? Je crois que même l’équipe de Mission Impossible ne pourrait remplir cette tâche. Il était dans le système parfait à Pittsburgh. On comptait sur lui pour l’attaque aérienne. Et malgré un traitement financier royal, il a demandé de changer d’environnement. À Oakland, il est assuré de recevoir des tas de ballons. Il a aussi paraphé une très lucrative entente salariale. Mais encore là, il y a des problèmes. Il est mécontent de son casque! Selon moi, ce n’est que le début.