C’est peut-être ma profession de journaliste qui me pousse à agir ainsi. Je vois et j’étudie. Je jongle et je mijote.

 J’attendais récemment dans mon auto près d’un centre commercial et j’étudiais les comportements. Je scrutais attentivement les démarches, les attitudes et particulièrement, les figures des gens.

 Vous savez, un jour ou l’autre, le temps vous rattrape. Impossible d’y échapper. Tel un voleur, un jour, il sera pris au piège. On ignore à quel moment, mais viendra l’instant où il flanchera.

 J’imagine que la vie se veut similaire. Tout ce que l’on cultive lors des années initiales nous servira de base pour le futur. Plus important encore, ce comportement nous octroiera le tonus nécessaire pour mieux traverser les années.

 

J'ai assisté récemment à une initiation à la course à pied réservée aux 50 ans et plus, des personnes qui ont compris.

 

J’ai assisté récemment à une séance d’entraînement, qui impliquait des personnes âgées dans la cinquantaine qui s’initiaient à la course à pied. Je me suis dis : Eux, ils viennent de comprendre !

 Je revois souvent des camarades de classe. Des gars, des filles qui n’ont jamais cru bon d’investir dans l’activité physique. Si vous leur demandez des explications, ils vous étaleront toutes les raisons du monde pour tenter de vous exprimer qu’ils ne pouvaient pas. Que cela ne tienne, ils vieilliront difficilement.

 Parfois, on peut s’en apercevoir car leur souffrance devient tellement évidente. En d’autres occasions, ils parviendront à camoufler leurs petits bobos en public de sorte que vous serez porté à croire que finalement, ils ne se retrouvent pas en si mauvaise condition que vous l’imaginiez. Ce que vous ignorez et que surtout vous ne pouvez voir, c’est quand ils déposent leurs deux pieds entre les quatre murs et qu’ils relâchent. Là, on voit la vraie nature de ces êtres humains.

 

 

Il n'existe aucune recette miracle pour obtenir une bonne qualité de vie à part celle de bouger et de mieux s'alimenter après la cinquantaine.

 

Vous me direz que l’activité physique, en particulier la course à pied, signifie que nous allons vivre plus vieux que notre voisin qui fume par exemple. Aucunement, détrompez-vous. L’unique différence et je crois qu’elle vaut la peine d'être considérée, sera la qualité de vie que vous bénéficierez et que vous afficherez sans le moindre effort. J'ai perdu ma mère en septembre dernier. Elle était âgée de 87 ans. Elle fumait depuis lâge de 19 ans. Vous auriez dû voir sa piètre condition au cours des quinze dernières annéesde sa vie. Elle ne cessait de me féliciter et me supportait sans cesse à continuer de courir.

 Je vous raconte tout cela car cette réflexion m’a sauté aux yeux il y a peu de temps, lorsque j’ai croisé des personnes et que j’ai établi des parallèles. Ça ne ment pas. On doit obligatoirement y croire. Sauf que ce n’est pas donné à tout le monde de communiquer cette façon de faire.

 Il ne sera jamais trop tard pour un virage. J’en suis une preuve vivante.

 

 

Pour bien vieillir, on doit obligatoirement se prendre en main.

 

Aujourd’hui, quand je réalise la détresse que certains de mes confrères, amis(es), etc. traversent à chacune de leur journée, je me bombe le torse et je suis fier, non pas aux yeux des autres mais pour mon bien-être.

 La pratique de la course à pied me permet de vivre sainement et de vieillir beaucoup moins vite.

 Je peux offrir plus de résistance aux attaques de la vie qui viennent nous gruger lentement mais sûrement.

 

 

Bravo à ceux et celles qui s'activent. Ils seront récompensés.

 

Alors, continuez à courir et les journées où le goût d’enfiler vos espadrilles vous demanderont une surdose de courage, pensez à cet investissement que vous faites sur votre existence et vous verrez que cela vaudra les meilleurs profits que certaines sommes d’argent peuvent vous procurer.

 Car il n’y a rien de plus important que de pouvoir profiter de la vie avec un sourire sincère à vos lèvres.