Décidément il n’y a pas de justice pour l’Atletico, enfin débarrassé de celui qui leur avait fait tant souffrir du côté de l’ennemi, le Real Madrid, les joueurs de Diego Simeone vont devoir à nouveau faire face à l’extraterrestre CR7. Et ce à l’issu d’un tirage « malchanceux » pour les huitième de finale de la Ligue des Champions. Une occasion pour l’ancien merengue de retourner à Madrid en tant que joueur depuis son transfert pour la Juve l’été dernier pour 100 millions d’euros. Puisqu’en effet, Ronaldo le contribuable lui, est déjà repassé par la capitale espagnole, le 22 janvier. Il y a été condamné pour fraude fiscale à deux ans de prison, peine qu'il n'aura bien évidement pas à purger, et à plus de trois millions d'euros d'amende. Mais ce soir, CR7 sera bel et bien à Madrid, sur le terrain de l’Atletico, l’un de ses souffre-douleur préférés.

Un retour inquiétant pour les colchoneros : Quatre élimination !

En 31 matches face à "l'autre" club madrilène, Ronaldo a inscrit 22 buts, et a délivré huit passes décisives avec le Real. En véritable bourreau, Ronaldo a aussi éliminé l’Atletico Madrid.… en Ligue des champions, avec quatre éliminations consécutives, de 2014 à 2017, qui toutes ont d'une façon ou d'une autre porté la marque du Portugais.

Lors de la finale de Lisbone, chez lui, au Portugal, en 2014 (4-1 a.p.), il a marqué. A Milan en 2016, une autre final, il a inscrit le tir au but victorieux (1-1, 5 t.a.b. à 3). En 2015, il avait donné à "Chicharito" Hernandez la passe décisive pour le seul but de la double confrontation (0-0; 1-0). Et en 2017, il avait plié la rencontre en inscrivant un triplé au match aller (3-0; 1-2). En neuf saisons à Madrid, CR7 est donc devenu l’ennemi public N.1 pour ses voisins.

La bonne année pour la Juventus ?

"Depuis qu'Allegri est là, la Juve fait partie du groupe de ceux qui peuvent gagner chaque année. Et avec Ronaldo, ça pourrait être la bonne année. Il est l'un des deux joueurs les plus décisifs du monde", a ainsi jugé mardi dans la Gazzetta dello Sport Marcello Lippi, l'entraîneur du dernier sacre turinois en C1, en 1996. "Il y a toujours eu une mentalité de gagnants à la Juve. Mais lui a apporté ce petit quelque chose qui a rendu ses équipiers encore plus confiants", a de son côté expliqué Pavel Nedved, l'ancien meneur de jeu désormais vice-président du club, dans une interview au quotidien britannique The Telegraph.

C’est évident, si la Juventus est allée le chercher à Madrid l'été dernier pour y casser sa tirelire, ce n’est pas seulement pour ses statistiques monstrueuses contre l’Atletico, qui est au passage, un autre prétendant crédible pour la victoire finale en C1. Non, si la Juve à miser autant sur Cristiano Ronaldo, c’est aussi pour y revenir, en Juin, puisqu’en effet l’Atletico Madrid aura l’honneur d’accueillir la finale de la Ligue des Champions dans son stade, le Wanda Metropolitano. La Juve qui a vécu une terrible période de disette en C1, a perdues cinq finale depuis 1997, l’une c’était justement face à Cristiano Ronaldo, en 2017, le génial portugais avait alors crucifié la Vielle Dame en marquant un doublé. Mais cette fois, l’ogre est du côté de la Juve, meilleur buteur de l’histoire de la compétition avec 122 buts, et surtout avec cinq titres de champion d’Europe, Ronaldo avec, seulement 1 but depuis le début de la compétition, aura à cœur de se rappeler au bon souvenir de ses anciens voisins madrilènes.

Ils ont tous foie en lui.

Ronaldo célébré par son équipeLégende: Ronaldo célébré par son équipe

Après trois matchs sans marquer, Ronaldo 34 ans, est actuellement le meilleur buteur de la Serie A avec 19 buts en 24 matchs. Ses coéquipiers sont unanimes.

« Seul un imbécile pouvait douter sur ses capacités à pouvoir marquer ou délivrer des passes décisives. C’était important pour nous, un exemple qui peut nous améliorer » a confié Giorgio Chiellini. « Il nous aide dans la culture du travail parce que nous ressentons tous de l’admiration, et nous essayons toujours de, entre guillemets, lui prendre quelque chose de ce qu’il a parce que c’est un exemple ».

« Cristiano Ronaldo? C’est une machine, il ne s’arrête jamais!»

Après le capitaine de la Juventus, c’est au tour de Leonardo Bonucci de s’enflammer pour l’arrivée de Cristiano Ronaldo. « Quand il est arrivé je ne me suis pas vraiment emballé… parce qu’à l’époque j’étais encore un rival ! (rire) » a déclaré à AS le défenseur, qui portait les couleurs du Milan AC et qui a retrouvé La Vieille Dame quelque semaines après le Portugais. « C’est quelque chose de très bien pour tout le football italien. On apprécie tous sa constance et sa simplicité. Il est venu, s'est mis à la disposition du groupe et a toujours un mot de soutien pour chaque partenaire. J’ai été impressionné par sa façon de travailler : tous les jours, avant et après l'entraînement, on le trouve au gymnase. Je fais aussi ça, mais il y a des moments où tu as besoin de repos… Pas lui ! C’est une machine, il ne s’arrête jamais ! On ne peut que l’admirer ».

 Atletico Madrid vs Juventus Turin, un match qui s’annonce fantastique, entre deux prétendent directe à la victoire finale. Aux grands matchs les grands joueurs. Et pour celui qui incarne très certainement le mieux la Ligue des Champions avec ses cinq titres et ses 122 buts dans la compétition, ce sera sûrement une occasion d’illuminer encore fois de sa lumière le ciel de la C1.