Une autre saison se termine avec déception pour le Canadien de Montréal. Une année qui était supposée nous offrir de grands changements au sein de l'organisation. Il faut croire qu'il y a eu une amélioration à l'an dernier, mais pas au point de nous donner espoir à une 25e Coupe Stanley. Que ce soit direct ou non, c'était là ou jamais pour le Tricolore. Nous pouvons maintenant dire que 2016-2017 a été un échec pour le CH. Plus que jamais, le travail de Marc Bergevin est en danger en vue de la prochaine saison. Je ne serais même pas surpris qu'on assiste à son congédiement. Dommage après tant de paroles dites, mais aucune action prouvée.

Encore une fois, l'attaque est le problème de cette équipe. Où était Max Pacioretty, Alex Galchenyuk et compagnie? Ils avaient plus la tête aux vacances que de marquer des buts importants. Même que Plekanec a été plus visible qu'eux.  Ça en dit long sur le soi-disant leadership de cette formation. La défensive, il y a toujours des changements qui doivent avoir lieu. Shea Weber est un très bon défenseur. Cependant, on va se le dire, sa vitesse va ralentir davantage l'an prochain. Nathan Beaulieu, que fait-il avec le bleu-blanc-rouge? Carey Price est le seul positif que l'on peut retenir. Il est efficace, mais il faut arrêter de se fier à lui. À quand une vraie équipe devant celui-ci? Un jour? Jamais?

On ne se fera aucune cachette, si rien ne change d'ici 2017-2018, on vivra encore la même frustration que cette année. Bravo à Claude Julien qui a eu tout un défi devant sa route, mais qui n'a pas su avoir les outils nécessaires, n'est-ce pas Marc Bergevin?

Que va-t-on nous raconter lors du bilan de fin de saison? Que l'objectif a été atteint, mais que tout est une question d'avoir de la chance par la suite? Nous sommes tannés d'entendre la même histoire. On veut du changement, mais on veut surtout qu'il soit bénéfique pour remporter les grands honneurs.

Chose certaine, merci Montréal d'avoir eu le courage d'avoir démontré à votre propre directeur général que ce n'est pas en se croisant les mains qu'on arrive à faire soulever le Québec de leur siège. Ceux qui savent qui je suis ont déjà eu conscience que j'ai eu de l'admriation pour Marc Bergevin dès son arrivée, mais cela est terminé, et ce, depuis l'éprouvante saison 2015-2016.

À l'an prochain! En espérant y voir de la passion, de la motivation et du désir cet automne jusqu'au printemps 2018.