Quelque chose s’était passé depuis la fin de la dernière saison. J’avais décroché de l’équipe, j’étais cynique face à ce logo que j’aime tant. Je me disais que je recommencerais à les suivre une fois le DG en place partie.

L’été me donnait raison. La procédure de l’échange du numéro 27, la saga entourant le capitaine, sincèrement, rien n’augurait de bon. De ce fait, je n’ai pas trop suivi le camp d’entrainement, je n’ai pas regardé les deux premières parties de la saison. Quelqu’un m’aurait dit cela il y a un an à peine, jamais je ne l’aurais cru.

Une attitude gagnante

On nous avait promis du changement, on martelait le mot attitude de tous bords, tout côtés. J’en riais, ça ne voulait rien dire. Le leadership et l’attitude partent du haut vers le bas et non l’inverse. Il faut l’incarner afin de le rendre contagieux, être ce vecteur de changement qui inspire l’autre à changer à son tour.

Eh bien, cette attitude a commencé dès le camp d’entrainement. Ça se voyait. La direction agissait différemment, le personnel d’entraîneur aussi. Pas d’excuses, pas d’intransigeance. Tu gagnes ton poste ou tu le perds, that’s it. Un bon vétéran comme Joel Ward invité pour un essai, retranché! Kotkaniemi qui se démène toujours plus à chaque match, on le garde et on le fait jouer, il a l’attitude gagnante que l’on recherche. On envoie un message clair.

La direction est allée chercher des joueurs en cohérence avec son plan, sa mentalité et son attitude renouvelée. Elle a donné la chance aux Ouellet, Peca, Armia, de démontrer leur attitude face à l’adversité.

Les dirigeants ont compris (enfin) que le hockey a changé. Il est axé sur la vitesse, la possession de rondelle et surtout la transition vers l’attaque. Le CH a les joueurs en cohérence avec cet aspect. Claude Julien a adapté son style de jeu cet effet. Son système et son attitude sont à l’air du temps, enfin !

Début de saison

Premier match à Toronto, breaking news, Plekanec, Alzner et Sherbak dans les estrades! Le message est fort, pour avoir une place dans l’alignement il faut la mériter, rien n’est acquis, même pas pour les vétérans. À ce moment, j’ai compris que l’attitude avait réellement changé…pour vrai! Idem pour le deuxième match à Pittsburgh. Les 20 joueurs en uniforme lors du match précédent n’ont rien fait pour justifier leur retrait de l’alignement. Ils ont mérité d’enfiler le chandail par leur attitude.

Le troisième match aura lieu jeudi à Montréal. Rien n’indique qu’un changement à la formation est justifié. Les joueurs ont démontré l’attitude gagnante lors des deux premiers matchs, ce qui manquait par rapport à la saison dernière.

Les dirigeants dirigent, le personnel d’entraineur est ferme, mais juste, et les joueurs font confiance au processus. Messieurs Molson, Bergevin et Julien, les gens des opérations hockey ainsi que le personnel administratif, chapeau! Les partisans comprennent enfin ce qu’était cette FAMEUSE ATTITUDE.

J’ai de nouveau envie d’aimer cette équipe, de la suivre et de l’encourager. Il y a une façon de gagner et surtout une de perdre. Si l’attitude y est, je vais y être aussi. J’y serai jeudi!