Tout d'abord, je vais vous souhaiter une bonne année 2019. Je vous souhaite à toutes et à tous la santé et la prospérité et que vous ayez du bonheur dans votre vie.

Passons au sujet principal, c'est-à-dire mon bilan personnel de la mi-saison dans la Ligue Nationale de Hockey jusqu'à maintenant. La plupart des équipes savent déjà la direction qu'ils vont prendre à partir d'aujourd'hui, mais allons examiner leur situation de plus près, si vous le voulez bien.

ASSOCIATION EST

 

Bruins de Boston

Malgré le fait que les Bruins sont dans une division très compétitive qui inclus les Maple Leafs, le Lightning, le Canadien et même les Sabres, ils se tirent très bien d'affaire. Oubliez que les deux premières positions dans la division Atlantique appartiennent à Tampa Bay et Toronto, la véritable bataille se situe entre Montréal, Buffalo et Boston.

Je m'attendais à ce que les Bruins soient parmi les trois meilleures équipes dans leur division en début de saison, mais les Sabres avaient d'autres plans. Mais ce ne sera pas un résumé négatif que je réserve aux Bruins, bien au contraire. David Pastrnak est devenu l'élément-clé de l'attaque des Bruins, avec une récolte de 52 points en 42 matchs jusqu'à maintenant. Brad Marchand et Patrice Bergeron ne sont pas très loin derrière. David Krejci rebondi de belle façon avec 33 points en 42 matchs.

Charlie McAvoy a prouvé qu'il n'est pas un feu de paille, avec une récolte de 11 points en seulement 17 matchs. Malheureusement, il vient de retourner sur la liste des blessés. À ce stade-ci, les Bruins auront besoin que leurs meilleurs joueurs soient en santé s'ils veulent participer aux éliminatoires en 2019.

L'élément le plus inquiétant pour moi, c'est Tuukka Rask. Visiblement, c'est une première moitié de saison très difficile pour lui. En 19 matchs, il n'a récolté que 11 victoires contre 8 défaites, malgré une MBA respectable de 2,55 et un pourcentage d'arrêt de .917 %. Par chance qu'un certain Jaroslav Halak est là pour garder les Bruins sur le droit chemin, surtout que c'est lui qui a compilé des statistiques supérieurs. Mais si Rask veut faire partie de la solution également, il se doit de rebondir.

 

Sabres de Buffalo

Les Sabres connaissent une baisse de régime présentement, mais ça n'enlève rien à leur début de saison. Oui, j'ai prédit une certaine progression pour Buffalo, mais jamais je n'avais pensé que l'équipe serait des éliminatoires. Ça peut encore arriver que les Sabres ratent les séries, mais peu importe ce qui va arriver, l'organisation peut commencer à prévoir des jours meilleurs.

Jack Eichel est évidemment une des raisons de cette ascension inespérée, mais il n'est pas tout seul à contribuer, pour une fois. Prenez Jeff Skinner, par exemple. Il est en voie de connaître sa meilleure saison en carrière avec Eichel sur son trio et il a déjà battu la marque des 24 buts qu'il avait marqués en 2017-2018. Sam Reinhart n'a que 9 buts depuis le début de la saison, mais c'est avec ses talents de passeur qu'il se démarque, avec 31 assistances. Rasmus Dahlin contribue déjà à la cause à l'âge de seulement 18 ans.  Même le bon vieux Jason Pominville ajoute sa touche avec ses capacités de meneur et surtout, sa vaste expérience dans la LNH.

Est-ce que les Sabres peuvent résister aux assauts des équipes à leur poursuite ? Ça reste à voir. Mais juste pour cette moitié de saison, c'est déjà une réussite pour l'organisation des Sabres.

 

Hurricanes de la Caroline

On ne pourra pas blâmer les Hurricanes d'essayer d'attirer une nouvelle base de partisans. Leurs célébrations d'après-match après une victoire à domicile ne sont pas très orthodoxes, mais ceux qui assistent à ce mini-spectacle d'après-match semblent apprécier cette nouvelle façon de faire.

Malheureusement, malgré une certaine progression, la franchise a encore beaucoup de travail à faire. En ce moment, les Hurricanes se classent au 28e rang pour les assistances avec une moyenne de 13 495 personnes par match local. La franchise est encore en phase de reconstruction, ce qui explique en partie le manque d'intérêt des habitants de Raleigh. Vous pouvez parler de la conquête de la Coupe Stanley de 2006 à ces habitants et ils auront l'impression que vous êtes en train de raconter une fiction. 

L'équipe compte tout de même sur une bonne base de jeunes joueurs avec Sebastian Aho, Teuvo Teravainen et Andreï Svechnikov. Les défenseurs Dougie Hamilton, Jaccob Slavin et Justin Faulk sont encore relativement jeunes également. Par contre, ce que cette franchise a besoin, c'est des résultats. Si vous étiez Rod Brind'Amour, est-ce que vous auriez confiance avec Curtis McElhenney comme gardien #1 durant la grande majorité de la saison ?

 

Blue Jackets de Columbus

Les Blue Jackets sont en mission. Ils ont une fiche de 7-2-1 au cours des 10 derniers matchs. On commence à se rendre compte que les Blue Jackets sont déterminés à retourner en éliminatoires et à gagner au moins une ronde.

John Tortorella doit être très heureux de la progression du jeune Pierre-Luc Dubois. Il joue exactement comme espéré par l'organisation : Tel un centre #1. Il connaît une belle éclosion, avec une récolte de 37 points en 41 matchs, dont 16 buts. Clairement, il sera un élément important pour cette organisation pour les années à venir. Et il n'est pas le seul. N'oubliez pas la présence de Seth Jones et de Zach Werenski, encore des jeunes joueurs et déjà des piliers de cette unité.

Si les Jackets parviennent à montrer des signes de progression en éliminatoires, ils vont peut-être réussir à convaincre Artemi Panarin de rester à Columbus. Ça, ça reste voir. Il faut tout d'abord que Sergei Bobrovsky et ses coéquipiers poursuivent sur leur lancée. On se revoit en séries ?

 

Red Wings de Detroit

Tel est la vie d'une équipe en reconstruction. Malgré les prétentions de Ken Holland, les Red Wings ne semblent pas, et ne jouent pas comme une équipe qui a une chance de se qualifier pour les éliminatoires. Non seulement ils sont derrière le Canadien de Montréal au classement, tel que prévu, mais on est parti pour plusieurs années dans les bas fonds du classement général.

Dylan Larkin, avec ses 41 points en 44 matchs, est un des seuls points positifs de la saison des Wings. Andreas Athanasiou, Tyler Bertuzzi et Dennis Cholowski montrent des signes de progression. Mais à la moitié de la saison, on sent déjà qu'il faut penser au futur à Detroit.

On a déjà fait nos adieux à Henrik Zetterberg avant le début de la saison et Niklas Kronwall pourrait lui emboîter le pas à son tour. La question qu'on doit se poser, maintenant : Est-ce que Jeff Blashill sera l'homme de confiance derrière le banc pour cette reconstruction ? J'irais même plus loin encore : Est-ce que Ken Holland, l'architecte de cette dynastie désormais affaiblie, est digne de confiance pour gérer la reconstruction ?

 

Panthers de la Floride

La bonne nouvelle chez les Panthers, c'est que l'équipe demeure dans la course aux éliminatoires. La tache s'annonce toutefois difficile avec des équipes comme les Islanders, le Canadien, les Bruins et même les Rangers qui sont dans une bataille sans merci.

Le noyau dur de l'équipe a répondu présent. Jonathan Huberdeau, Mike Hoffman, Aleksander Barkov et Evgeny Dadonov ont été productifs. Keith Yandle a connu toute une première moitié de saison. Aaron Ekblad est encore jeune à 22 ans. On parle d'un noyau qui pourrait encore durer plusieurs saisons.

Ce qui m'attriste par contre, c'est que les partisans ne sont pas au rendez-vous. Les Panthers se classent au 30e rang de la LNH aven une moyenne de 13 074 personnes par match local, un chiffre qui est en baisse par rapport à la saison dernière. Évidemment, ce n'est pas une surprise pour personne, l'équipe continue de perdre de l'argent. En date du mois de décembre 2018, l'équipe enregistre déjà un déficit de 21 M $ cette saison. Pour faire une histoire courte, ça ne va pas très bien pour ce qui est des finances.

Une autre année sans séries pour les Panthers sera potentiellement catastrophique. On peut se demander combien de temps ça va prendre avant que les Panthers décident de lever le drapeau blanc et quitter Sunrise pour une autre ville... ou pire encore, tout simplement disparaître.

 

Canadien de Montréal

Que vous soyez des optimistes, des négatifs ou encore des réalistes, il faut reconnaître que le Canadien de Montréal a joué avec plus d'efforts et plus de passion. Ça se voit au classement jusqu'à maintenant. 

On peut évidemment trouver des éléments négatifs chez le Tricolore. Karl Alzner ? Un déclin tellement prononcé qu'il a été renvoyé à Laval pendant un bout. David Schlemko ? Un corps visiblement fait en verre. Andrew Shaw ? Tantôt aimé, tantôt détesté avec ses mauvaises pénalités. Jeff Petry ? Une machine à revirement malgré une bonne saison côté statistiques. Carey Price ? Parfois, il paraît chancelant et ne semble pas être le gardien des grandes occasions jusqu'à maintenant.

Mais pour le moment, ça ne paraît presque pas. Pourquoi ? Max Domi et Tomas.... TATAAAAARR... entre autres. On a aussi Jonathan Drouin qui est en train de débloquer. Brendan Gallagher est le meneur de l'équipe avec 15 buts. Phillip Danault est en feu depuis quelques matchs. Brett Kulak est une belle révélation en défensive. Jesperi Kotkaniemi est en voie d'être le centre #1 tant recherché. Bon, pas cette année, mais au cours des prochaines saisons.

Même si je pense encore que c'est une erreur d'échanger P.K. Subban en retour de Shea Weber, il faut admettre que la simple présence de Weber fait grandir ses coéquipiers d'au moins quatre pouces. Dès son retour au jeu, il a eu un impact immédiat et l'équipe ne fait que monter en confiance. Je dirais qu'on doit améliorer davantage la défensive avec un joueur qui joue le même style que Weber, et le travail de Price devra être plus facile à partir de là.

Honnêtement, même si le Canadien ne fait pas les séries, je ne serais pas fâché du tout. Parce qu'au moins, l'équipe montre qu'avec le travail et la bonne attitude, on est capable de faire des choses positives et déjà là, c'est un pas dans la bonne direction.

 

Devils du New Jersey

Ouin... disons que c'est plus difficile pour les Devils en cette première moitié de campagne.

Je pensais en toute honnêteté que les Devils peuvent bâtir autour de leur présence en éliminatoires la saison dernière. Mais la réalité est venue défoncer la porte de leur domicile et même s'ils jouent du meilleur hockey en ce moment, les questions demeurent. 

S'il existe un enfer pour les gardiens de but, c'est à cet endroit où on y retrouve Cory Schneider. De dire qu'il connaît un passage à vide est une insulte au dicton "passage à vide". Schneider n'a pas remporté un match depuis plus d'un an maintenant et sa série de malchance se poursuit cette saison alors qu'il est absent pour une période indéterminée pour soigner une blessure à l'abdomen. Ce qui veut dire qu'encore une fois, c'est Keith Kinkade qui va assumer le rôle de gardien #1 en son absence.

La bonne nouvelle, telle que mentionné plus tôt, c'est que les Devils performent mieux par les temps qui courent. La tâche s'annonce ardue, mais ce sera au noyau composé de Taylor Hall, Nico Hischier, Kyle Palmieri et Damon Severson pour tenter d'amener les Devils en éliminatoires pour une 2e année de suite.

 

Rangers de New York

Oui, les Rangers sont techniquement en reconstruction, mais ne le dites pas à Henrik Lundqvist. On ne peut pas lui demander de perdre des matchs de manière intentionnelle et ce n'est pas dans sa nature de toute façon. Surtout qu'il est un des éléments importants des Rangers une fois de plus et plus surprenant encore, ils sont dans la course pour l'obtention d'une place en série.

Il y a plus encore. Mika Zibanejad est en voie de connaître sa meilleure saison en carrière, de même que Kevin Hayes, Jimmy Vesey et Chris Kreider. Neal Pionk, défenseur non-repêché, est une révélation. Brett Howden, Filip Chytil, Brady Skjei et Anthony DeAngelo sont encore jeunes. 

Séries éliminatoires ou pas, c'est déjà un pas dans la bonne direction pour les Rangers. Oubliez Jack Hughes du côté du MSG, mais l'organisation doit être satisfaite de ce qu'elle voit en ce moment.

 

Islanders de New York

Vous vous souvenez quand je vous avais dit que les Islanders auront de la difficulté sans John Tavares ? En ce moment, je suis en train de manger mon chandail et j'ai déjà terminé d'avaler mes manches.

Au moment où j'écris ces lignes, les Islanders sont au plus fort de la course pour une place en séries éliminatoires. Une grande partie de ce succès revient à Matthew Barzal, qui mène l'équipe avec 38 points en 40 matchs. Mais on a eu droit à d'autres surprises, comme par exemple Ryan Pulock, qui mène les défenseurs de l'équipe avec 18 points. Ou bien Valterri Filppula, qui remplit à merveille son rôle de soutien en attaque. Ou encore Scott Mayfield, qui est une autre belle découverte en défensive. Mieux encore, que Thomas Greiss et Robin Lehner forment un bon duo de gardiens de but.

Alors qu'on se rapproche du nouvel amphithéâtre à Belmont Park, il faut croire que la situation n'est pas si catastrophique que ça, finalement. Pas de Tavares ? Foutaise ! On a Matt Barzal, on est capable de s'arranger ! Les Islanders vont-ils demeurer parmi les équipes aspirantes aux éliminatoires ? Une chose est sûr, c'est que je ne pense pas pouvoir digérer mon chandail...

 

Sénateurs d'Ottawa

Qu'est-ce qui n'a pas été dit au sujet des Sénateurs ? Cette équipe est en déroute. Les évènements hors-glace impliquant Eugene Melnyk sont tellement regrettables que ça affecte le jeu sur la glace. 

À quel niveau vous me dites ? Essayez les bas fonds du classement général. Une grande partie du blâme revient à une défensive inexpérimentée, qui a accordé 172 buts, le pire total de la LNH. À ce stade-ci, Craig Anderson serait sur le point de tomber en dépression, en voyant son équipe devenir une passoire extra large. Pire encore, Thomas Chabot, un des rares éléments positifs à Ottawa, est actuellement sur la liste des blessés en raison d'une blessure à une épaule.

Au moins, vous allez avoir un bon prospect au repêchage de cette année, pas vrai ? Comment ? Ah, oui, c'est vrai, c'est l'Avalanche du Colorado qui a votre premier choix de cette année ! Comment l'oublier ? Tant qu'à faire, je suis certain que Guy Boucher est déjà un train de vider son bureau, se préparant à un congédiement inévitable. À l'an prochain ?...

 

Flyers de Philadelphie

Bonne nouvelle : Dave Hakstol est finalement relevé de ses fonctions d'entraîneur-chef !

Mauvaise nouvelle : Ça n'a rien changé, même avec Carter Hart devant le filet.

On se rapproche dangereusement du drapeau blanc à Philadelphie. Pour l'instant, Claude Giroux est pas mal le seul élément positif chez les Flyers. La défensive n'aide pas la cause de Hart, elle qui a accordé un total de 148 buts jusqu'à maintenant. On peut toutefois les excuser en raison de la jeune défensive que Scott Gordon a sous la main.

Il reste que le nouveau directeur général des Flyers, Chuck Fletcher, aura de grosses décisions à prendre. On risque d'entendre pas mal de rumeurs de transactions à Philadelphie au cours des prochains mois. On va évidemment parler de Wayne Simmonds, mais est-ce que Fletcher aura l'audace de transiger un joueur de la trempe de Jakub Voracek ? Ou encore un Shayne Gostisbehere ? Il ne fait aucun doute que les Flyers ont beaucoup deçu jusqu'à maintenant et pour l'instant, on s'enligne pour un printemps sans séries. 

 

Penguins de Pittsburgh

Les voisins des Flyers se portent beaucoup mieux. Au moment où on pensait que les Penguins ne font plus partie de l'élite, l'équipe trouve le moyen d'entrer dans la course aux éliminatoires.

Matt Murray est de retour au jeu, mais il faut absolument souligner la performance de son remplaçant, Casey DeSmith. En 25 matchs, il a récolté 12 victoires, 7 défaites, 4 défaites en prolongation, a une MBA de 2.47 et un pourcentage d'arrêt de .924 %. Il est en grande partie responsable du retour en force des Penguins.

Il faut aussi croire que le noyau dur des Penguins n'a pas encore dit son dernier mot et certains joueurs s'approchent des plateaux importants. Phil Kessel n'est qu'à 12 points du plateau des 800 points en carrière et s'il ne se blesse pas, il devrait atteindre le plateau des 1000 matchs en carrière avant la fin de la saison. Sidney Crosby vient de jouer son 900e match et il se rapproche des 450 buts en carrière. Evgeni Malkin n'est qu'à 26 points du plateau des 1000 points et à 17 buts des 400 buts.

S'il y a une leçon à retenir, c'est qu'il ne faut jamais compter les Penguins pour battus. Ils risquent d'être une de ces équipes que personne ne voudra affronter en éliminatoires.

 

Lightning de Tampa Bay

Ce n'est pas pour rien que le Lightning est la meilleure équipe de la LNH en cette première moitié de campagne. L'équipe a marqué 176 buts, bon pour le premier rang de la LNH. Pour expliquer tout ça, il faut tout simplement regarder leur alignement. On a l'impression d'entrer dans le couloir de la mort.

Nikita Kucherov est en voie de fracasser son total de la dernière saison. Brayden Point a déjà 54 points à sa 2e saison seulement. Une défensive composée de Victor Hedman, Ryan McDonagh, Mikhail Sergachev et Anton Stralman. Steven Stamkos a dépassé la marque des 700 points en carrière à l'âge de 28 ans seulement. Pas de Vasilevsky ? Pas de problèmes ! Louis Domingue a pris la relève avec brio, comme si Vasilevsky ne s'était jamais blessé.

Le Lightning est parmi les favoris pour remporter la Coupe Stanley avec un noyau que tous les entraîneurs rêvent d'avoir. Pas pour rien que les habitants de la Floride préfèrent aller à Tampa plutôt que de se perdre à Sunrise...

 

Maple Leafs de Toronto

Les Maple Leafs sont une autre équipe qui fait beaucoup de bruit en cette première moitié de saison. Ce qui me surprend, c'est que le système défensif est plus efficace que prévu.

En effet, les Leafs ont accordé 113 buts, bon pour le 4e rang de la LNH. Comment ont-ils fait ? Bof, pas grand chose... simplement regarder Morgan Rielly, Jake Gardiner avoir une production digne des meilleurs attaquants de la ligue, tout en étant solide défensivement. De plus, la présence d'un vétéran comme Ron Hainsey semble bénéfique. Cela aide grandement Fredrik Andersen, qui connaît une très bonne saison en ce moment.

Et je n'ai même pas commencé à mentionner les noms de John Tavares, Auston Matthews, Mitch Marner, Patrick Marleau et Kasperi Kapanen. De toute façon, il n'y a pas grand chose à dire à leur sujet, mis à part le fait qu'ils produisent des points à la tonne.

Le seul élément inquiétant que je peux déceler, c'est William Nylander. Le jeune homme qui gagne désormais un salaire annuel de 7,5 M $ tarde à démarrer sa production offensive, lui qui n'a que 3 points en 13 matchs. Mais visiblement, ce n'est pas ce qui va ralentir la machine des Maple Leafs.

 

Capitals de Washington

Avec la manière dont les Capitals de Washington et plus particulièrement Alex Ovechkin ont célébré leur conquête de la Coupe Stanley, certains ont pensé que l'équipe aura un lendemain de veille exécrable.

Eh bien, laissez Ovechkin et compagnie vous prouver le contraire.

Les Capitals ne montrent aucun signe de ralentissement en cette première moitié de saison. Présentement en tête de la division Métropolitaine, la troupe de Todd Reirden a une fiche de 6-3-1 à ses 10 derniers matchs. Pour ce qui est de Ovie, il a déjà 30 buts en 41 parties et il est bien en voie de connaître une autre saison de 50 buts et plus. Il serait peut-être temps qu'on ajoute un compteur pour éventuellement souligner ses 700 buts en carrière. Ne vous inquiétez pas, sa plaque du temps de la renommée est déjà prête.

Les Capitals pourront-ils poursuivre sur leur belle lancée ? À suivre...

 

ASSOCIATION OUEST

Ducks d'Anaheim

Il est clair chez les Ducks que la longue absence de Corey Perry a laissé des traces sur l'attaque. L'équipe n'a marqué que 104 depuis le début de la saison, mais ce qui plus inquiétant encore, c'est que l'équipe est sur une séquence de 8 défaites de suite, ce qui amène les Ducks parmi les équipes repêchées dans l'Ouest.

Pour vous donner une idée de l'état de leur attaque, on ne retrouve aucun joueur qui a atteint le plateau des 30 points. Est-ce que je vous ai dit que c'est après 41 matchs ? Sans Perry, Ryan Getzlaf a de la difficulté à produire, avec 29 points en 37 matchs. Au moins, Brandon Montour est une belle découverte chez les défenseurs de l'équipe, mais le plus inquiétant, c'est que sans les services de Cam Fowler, les Ducks n'ont pas beaucoup de profondeur en défense.

La situation aurait-elle été différente si Maxime Comtois n'aurait pas été renvoyé à son club junior ?

 

Coyotes de l'Arizona

La saison avait pourtant bien commencé...

Les Coyotes avaient montré que malgré tout, il y a du potentiel dans leur organisation. Mais l'équipe a reçu tout un coup de massue : Leur gardien numéro un, Antti Raanta, risque de rater le reste de la saison après avoir subi une opération pour une blessure au bas du corps. Puis, tout s'est effondré.

Son remplaçant, Darcy Kuemper, connaît des difficultés. Encore une fois, Oliver Ekman-Larsson se sent bien seul en défensive. Jacob Chychrun est également sur la liste des blessés. L'attaque n'est pas épargnée par les blessures, avec les noms de Michael Grabner et Christian Dvorak s'y retrouvent.

Pour ce qui est d'Alex Galchenyuk, après un petit passage à vide, il recommence à produire, lui qui a maintenant 21 points en 32 matchs. Mais c'est certainement en deçà des attentes de l'état-major des Coyotes, qui espèrent plus de buts de sa part. De plus, on a eu droit à un débat "centre ou aile", ce qui explique l'acquisition de Nick Schmaltz en provenance de Chicago.

Les Coyotes pourront-ils rebondir ? À moins que même leur survie à Glendale va se retrouver sur la liste des blessés ?

 

Flames de Calgary

Les Flames sont en train de faire quelque chose d'intéressant en ce moment. Ils partagent le premier rang de la division Pacifique avec les Golden Knights de Vegas et ça peut s'expliquer en grande partie par l'émergence de David Rittich comme gardien #1

En effet, la performance de Rittich est tellement impressionnante que le vétéran Mike Smith a été relégué à un poste de second. Après tout, comment ne pas être convaincu par une fiche de 14 victoires, 4 défaites, 3 défaites en prolongation, une MBA de 2,37 et un pourcentage d'arrêt de .921 % ?

On peut aussi mettre en valeur l'attaque des Flames, qui a marqué 153 buts, la meilleure récolte de l'Ouest jusqu'à maintenant. Oubliez le fait que James Neal est une grosse déception. Johnny Gaudreault, Sean Monahan et Matthew Tkachuk ont évidemment leur mot à dire. Il ne faut toutefois pas oublier la contribution de Noah Hanifin et surtout, d'Elias Lindholm. Ce dernier est finalement parvenu à débloquer à Calgary avec une récolte de 48 points, dont 20 buts, en 43 matchs. Compte tenu de la production de Dougie Hamilton et de Mitch Ferland, je dirais que Calgary sort gagnant de la transaction avec la Caroline pour l'instant. 

Avec les Ducks qui peinent à rester en vie, je pense que la porte des éliminatoires est ouverte pour les Flames. Il reste à savoir si l'équipe sera en mesure de profiter de cette occasion.

 

Blackhawks de Chicago

Malgré la défaite contre les Bruins de Boston à la Classique Hivernale, les Blackhawks commencent à jouer du meilleur hockey récemment. Ils ont une fiche de 6-3-1 au cours des 10 derniers matchs et on commence à voir certains joueurs qui se réveillent.

Si Corey Crawford n'est plus l'ombre de lui-même, Cam Ward réussi au moins à permettre aux Hawks d'avoir un mince espoir d'accéder aux séries. Le mauvais début de saison a couté le poste d'entraîneur-chef à Joel Quenneville et l'arrivée de Jeremy Colliton n'a rien changé à première vue, mais l'équipe commence à acheter son système. Mais avec la compétition féroce dans la division Centrale, ce réveil arrive peut-être déjà trop tard. 

Est-ce que les Hawks pourraient potentiellement transiger un joueur comme Brandon Saad ? Il a déçu cette saison et à ce stade-ci, il pourrait être mieux utilisé sur un 3e trio. Visiblement, les Hawks auraient bien aimé retourner dans le temps et ne pas transiger Artemi Panarin vers Columbus... 

 

Avalanche du Colorado

L'Avalanche est encore parmi les 3 meilleures équipes de la division Centrale, mais ils sont présentement sur une séquence de cinq défaites de suite. Nathan MacKinnon et Mikko Rantanen n'ont aucun problème à porter l'équipe à bout de bras, mais des interrogations demeurent du côté de la défensive.

La blessure de Nikita Zadorov a assurément laissé des traces. La défensive a accordé 129 buts jusqu'à maintenant, mais elle aura définitivement besoin de renforts. Tyson Barrie est le seul défenseur de renom au Colorado et on a tendance à oublier que Samuel Girard est encore jeune. 

Pire encore, Semyon Varlamov est encore un brin inconstant. Est-ce que ce sera le moment de faire jouer Philip Grubauer plus souvent ? 

 

Stars de Dallas

Le positif, c'est que les Stars n'accordent pas beaucoup de buts. Le problème, c'est qu'ils n'en marquent pas beaucoup non plus. D'une certaine façon, on peut comprendre la frustration du président de l'équipe, Jim Littes.

Mais à mon opinion, il a tort de critiquer Jamie Benn et Tyler Seguin. S'ils ne sont pas des joueurs étoiles à ses yeux, alors les Stars sont foutus. Au contraire, Benn et Seguin font partie de la solution. Benn est le meilleur buteur de l'équipe et Seguin est le meilleur pointeur de l'équipe. Si j'étais lui, je me concentrerais plutôt à mieux entourer ces deux joueurs. 

Vous voulez des déceptions, M.Littes ? Je vais vous en montrer, moi. Valeri Nichushkin, qu'on croyait être la prochaine super vedette, n'a que 7 points en 33 matchs cette saison et il a été un pétard mouillé jusqu'à maintenant dans sa carrière. Jason Spezza, je le mentionne surtout pour l'ensemble de son oeuvre. Il n'est plus aussi productif que par le passé et il a été en grande partie un échec à Dallas.

Ce sera à Jim Nill, directeur général des Stars, d'améliorer son équipe s'il veut participer aux éliminatoires. S'il ne parvient pas à le faire, son siège risque de chauffer de plus en plus. Selon moi, toute la pression sera sur lui au cours des prochains mois.

 

Oilers d'Edmonton

Les Oilers d'Edmonton semblent se diriger vers une autre saison décevante, et ainsi, gaspiller le talent inouï de Connor McDavid. Cette contre-performance a ultimement couté le poste de Todd McLellan au profit du vétéran Ken Hitchcock. 

Au début, les Oilers ont connu du succès sous Hitchcock. Mais depuis quelques matchs, la réalité a décidé de leur donner une mise en échec par derrière. Et elle n'a pas encore été pénalisée sur la séquence. Avant leur victoire contre les Coyotes de l'Arizona, ils avaient subi 6 défaites consécutives. 

Encore une fois, tous les espoirs des Oilers de faires les éliminatoires reposent sur le duo McDavid-Draisaitl. Si vous voulez mon avis, je dirais que les Oilers doivent se donner une chance et aller chercher du renfort en défensive. Darnell Nurse fait le travail, mais ce n'est pas un défenseur de première paire. Au moins, Cam Talbot a un assistant qui fait le travail en la personne de Mikko Koskinen. Par contre, à moins d'aller chercher du renfort en défensive, les chances des Oilers d'aller en éliminatoires sont minces.

 

Kings de Los Angeles

J'espère qu'on va s'entendre sur une chose : Dans la LNH d'aujourd'hui, on ne verra pas beaucoup d'équipes qui ne marquent pas beaucoup de buts et qui font les éliminatoires. Les Kings ne font pas exception à la règle. Avec 98 buts pour, et le 4e pire différentiel de la LNH, ce n'est pas pour rien que les Kings sont dans la cave du classement général.

Tout ce que les Kings ont fait durant la saison morte et la saison régulière leur a explosé au visage. La signature d'Ilya Kovalchuk est déjà un échec. La transaction qui a amené Carl Hagelin à Los Angeles en retour de Tanner Pearson n'a rien donné. Alex Iafallo sur le premier trio ? Non, ce n'est pas du tout un signe de panique ! Pire encore, les jeunes de l'organisation affichent des rendements inquiétants. Adrien Kempe n'a que 12 points cette saison. Tyler Toffoli déçoit avec 16 points. Et Nikita Scherbak, vous vous souvenez de lui ? Même pas dix matchs de joués et il est déjà dans les mauvaises grâces de l'entraîneur (Note : Il a été soumis au ballotage). Et je ne mentionnerais pas les blessures à Jonathan Quick et à Kovalchuk pour ne nommer que ceux-là.

J'aurais pu dire que les Kings doivent faire de gros changements de personnels, mais avec les gros contrats aux joueurs comme Doughty, Brown, Carter, Kovalchuk et Quick, je ne m'attends pas à grand chose. Les prochaines années risquent d'être très longues à Los Angeles.

 

Wild du Minnesota

Est-ce que le Wild est déjà en train de s'effondrer ? 

L'équipe a une fiche de 4-5-1 dans les 10 derniers matchs et dans une division aussi mortelle que la Centrale, si tu donnes un minumum d'effort, oublie ça. Avec une équipe vieillissante, il faudra se demander si le Wild commence à manquer de temps.

Le meilleur buteur du Wild, Zach Parise, a déjà 34 ans et il en aura 35 en juillet. Ryan Suter, leur meilleur défenseur, aura 34 ans plus tard ce mois-ci. Eric Staal aura 34 ans la saison prochaine. Mikko Koivu, leur capitaine, aura 36 ans au mois de mars. Les jeunes de l'organisation ne poussent pas plus qu'il faut, avec Nino Niederreiter, Charlie Coyle et Jason Zucker qui n'ont que 20, 22 et 20  points chacun. Joel Eriksson Ek a été si décevant qu'il a été renvoyé dans la ligue américaine. Mikael Granlund est le meilleur pointeur de l'équipe avec 38 points en 40 matchs, mais considérant que sa meilleure saison était une de 69 points en 2016-2017, on était en droit de s'attendre à plus d'un ancien 9e choix au total en 2010.

De son côté, Bruce Boudreau devra commencer à craindre pour son poste. Si le Wild ne parvient pas à se qualifier pour les éliminatoires, il pourrait se voir sans travail à la fin de la saison. Considérant son historique, ce ne serait pas surprenant.

 

Predators de Nashville

Les Predators avaient connu un léger passage à vide, mais ils demeurent parmi les équipes de pointe dans l'Ouest.

Une des raisons de leur succès se retrouve en défensive. L'équipe a accordé 109 buts, le meilleur rendement de l'Ouest. Quand tu as une défensive composée de Roman Josi, Mattias Ekholm, Ryan Ellis et P.K. Subban, t'as une chance d'aller loin en séries éliminatoires. Ça aide aussi quand tu as un gardien comme Pekka Rinne. C'est sûr, il avance en âge, mais il est encore un élément important pour les Predators, comme fait foi sa MBA de 2,31 et son pourcentage d'arrêt de .919 %.

Et tout ça, c'est sans les services de leur meilleur attaquant, Filip Forsberg. Lorsqu'il sera de retour au jeu, l'attaque en sera améliorée. Déjà que Viktor Arvidsson vient de retourner au jeu.

 

Blues de Saint-Louis

Je crois que c'est maintenant officiel : Les Blues sont une équipe maudite. Il ne se passera rien de bon dans équipe. Tous les joueurs qui vont s'aligner avec cette équipe seront victime de la malédiction qui afflige cette franchise depuis sa création.

Le seul joueur qui a récolté 30 points et plus, c'est Ryan O'Reilly. Mais le reste de l'équipe, pour une raison ou une autre, ne l'a pas suivi. Résultat, Mike Yeo a été remercié et a été remplacé à l'intérim par Craig Berube. Mais les choses commencent à changer, toutefois. Ils ont une fiche de 5-5 dans les 10 dernières avec 5 matchs en main les Blackhawks, et des joueurs comme Vlad Tarasenko, David Perron, Alex Pietrangelo et Jake Allen commencent à se réveiller. 

Si seulement Allen aurait un meilleur auxiliaire que Chad Johnson...

 

Sharks de San Jose

Tout va comme prévu pour les requins de la Californie... sauf peut-être du côté des gardiens de but. Mais pour le reste, tout va bien. Brent Burns est à nouveau dans la conversation pour l'obtention du trophée Norris, Timo Meier est une révélation avec ses 37 points en 40 matchs, Tomas Hertl a retrouvé sa touche, Logan Couture et Joe Pavelski sont les leaders en attaque et même Erik Karlsson contribue aux succès de l'équipe. Et tout ça, sans les services du vieux Joe Thornton.

Parlant des gardiens, Martin Jones gagne sa part de matchs, mais il affiche des statistiques qui inquiètent. Il enregistre une MBA de 2,88 et un pourcentage d'arrêt en dessous des .900 %. Mais plus inquiétant encore, c'est que Marc-Édouard Vlasic risque de terminer la saison avec un différentiel dans les moins pour la première fois de sa carrière. Il affiche actuellement le pire rendement de l'équipe avec une fiche de -13.

Mais bien sûr, on va attendre en séries éliminatoires avant de porter un jugement définitif sur les Sharks. Connaissant les Sharks, ils vont probablement s'effondrer en éliminatoires une fois de plus...

 

Canucks de Vancouver

Les Canucks ne seront peut-être pas prêts pour les séries éliminatoires dès cette saison, mais au moins, ils ont de quoi bâtir autour. 

La retraite des jumeaux Sedin a évidemment laissé un vide béant à Vancouver, mais on peut déjà constater que leur successeur est déjà connu. Son nom : Elias Pettersson. Si sa saison recrue (42 PTS en 38 matchs, dont 22 buts) est un présage de ce qui s'en vient, l'avenir s'annonce prometteur pour les Canucks. 

C'est sans oublier les autres jeunes joueurs qui ont déjà un impact chez les Canucks. Brock Boeser (28 PTS en 32 matchs), Bo Horvat (36 points en 45 matchs) et Troy Stetcher (Différentiel de +9 en 41 matchs) ne sont que quelques exemples à mentionner. Même Jacob Markstrom commence à performer à la hauteur de son potentiel,  avec une fiche de 17 victoires et 12 défaites, mais les Canucks ont un gardien avec plus de potentiel en Thatcher Demko dans les mineures. Markstrom est encore sous contrat jusqu'à l'an prochain, mais je suis sûr que l'organisation voudra privilégier la jeunesse avec Demko dans un avenir rapproché.

Cette équipe n'est pas encore bâtie pour les éliminatoires, mais si Jim Benning, le DG des Canucks, sera capable de bien gérer ses effectifs et de bien entourer les jeunes Pettersson et Boeser, l'équipe pourrait enfin espérer sortir de la médiocrité et retrouver le goût des éliminatoires.

 

 

Golden Knights de Vegas

Vous avez encore des doutes sur les Golden Knights ? Il est temps de les mettre en dessous du hachoir à viande. 

Arrêtez-moi si vous avez déjà entendu cette histoire : Les Golden Knights continuent d'être parmi les meilleures équipes de la LNH avec des joueurs méconnus du public, mais qui connaissent désormais du succès. On commence à découvrir ses joueurs au fur et à mesure qu'on avance dans la saison.

Alex Tuch, carrément abandonné par le Wild, est le meilleur pointeur des Knights. William Karlsson, qui n'était qu'un joueur de 3e trio avec Columbus, a découvert une touche offensive que personne, sauf les Knights, n'ont réussi à voir. Shea Theodore, un défenseur qui n'a jamais vraiment eu sa chance avec les Ducks, est devenu le meilleur défenseur de Vegas. Brandon Pirri, vous vous souvenez de lui ? Je crois que c'est le cas, maintenant. 9 points en 7 matchs avant de retourner dans la ligue américaine.

Et comment oublier Marc-André Fleury ? On le croyait fini, que sa carrière était sur le déclin. Sa réaction ? 24 victoires, 10 défaites, 4 en prolongation, MBA de 2,47, pourcentage d'arrêt de .912 %. Le crédit revient également à Gerard Gallant, un rescapé au même niveau que ses joueurs, qui sait comment jouer les bonnes notes et mener son équipe au niveau où elle se situe en ce moment.

Avec tout ça, je me demande si je n'ai pas oublié un certain joueur. Vous savez, celui qui était un capitaine pour le Canadien ? Je ne me rappelle plus très bien de son nom...

 

Jets de Winnipeg

Si vous pensez encore que la présence des Jets de Winnipeg en finale de l'Ouest la saison dernière n'est qu'un feu de paille, détrompez-vous. De ce que je vois, c'est une équipe qui est bâtie pour être parmi les puissances de la LNH pendant plusieurs années.

Une attaque composée de Blake Wheeler, Patrik Laine, Mark Scheifele, Kyle Connor et Nikolaj Ehlers. Une défensive qui compte sûr Dustin Byfuglien, Jacob Trouba, Tyler Myers et Josh Morrissey. Un gardien solide en Connor Hellebuyck. Mis à part Wheeler et Byfuglien, le noyau des Jets est relativement jeune. Mais à voir leur rendement, l'équipe est en place pour être parmi les favoris pour remporter la Coupe Stanley cette année et pour les autres saisons à venir.

Et ça, ça veut dire qu'on devra s'attendre à plus de "Whiteout" pendant un bon bout de temps. Ça, et aussi Byfuglien qui montre des épreuves de force aussi.

-----

Maintenant que nous avons passé le cap de la moitié de la saison, la course aux séries éliminatoires va s'intensifier au cours des prochains mois. On a déjà quelques équipes qui ont perdu espoir aux séries pendant un bout de temps et d'autres qui sont bien en selle pour la danse du printemps. Par contre, pour le reste du peloton, les batailles seront féroces et pleines de rebondissements.

À ce stade-ci, de ce que je vois, mes prédictions de début de saison des équipes qui vont faire les séries vont bons train, mis à part quelques erreurs (Par exemple, pour ce qui est des Sabres, Islanders, Devils, et Wild, entres autres). Après la mi-saison, voici les équipes que je vois en éliminatoires au printemps, ci-dessous.

Et vous, quelles équipes voyez-vous faire les séries à la fin de la saison ?

EST Ouest
1- Lightning (Atlantique) 1- Predators (Centrale)
2- Maple Leafs (Atlantique)

2-Jets (Centrale)

3- Bruins (Atlantique) 3- Avalanche (Centrale)
1- Capitals (Métropolitaine) 1- Golden Knights (Pacifique)
2- Penguins (Métropilitaine) 2- Sharks (Pacifique)
3- Islanders (Métropolitaine) 3- Flames (Pacifique)
Blue Jackets (Repêché) Stars (Repêché)
Sabres (Repêché) Blues (Repêché)