Salut Ohhhh Grand Club

Pour le 9ieme volet de la série Mon Histoire, je me risques pour la deuxieme fois avec Détroit. Cette fois-ci, je me conserverai 3 versions ailleurs, en espérant avoir reglé le probleme d‘hier. Mes sauvegarde n‘ayant rien sauvegardé, mon travail fut completement capout avant la fin.



La naissance d'un embleme

À la dissolution de l‘Association de hockey de la Côte du Pacifique, un accord fut conclu prévoyant que la meilleure équipe de la ligue, les Cougars de Victoria, pourrait rejoindre la Ligue nationale de hockey.



Le 15 mai 1926, les Cougars de Victoria de la Ligue de hockey de l‘Ouest étaient donc achetés au coût de 100 000 dollars américains et déménagés à Détroit. Art Duncan fut nommé directeur général, entraîneur et capitaine de l‘équipe, l‘année suivante, il cédait son poste de directeur-général et d‘entraîneur au désormais célèbre Jack Adams.



1iere saison particuliere

Ils terminèrent leur première saison à la dernière place dans la LNH, avec une fiche de 12 victoires seulement pour 28 défaites et 4 matchs nuls. Cependant, ils avaient évolué toute leur première saison à l‘étranger : en effet, aucune patinoire n‘était prête à accueillir l‘équipe dans la ville reine de l‘automobile et ils ont donc joué leur première saison à Windsor dans la province de l‘Ontario au Canada. Pour la saison 1927–1928 les Cougars trouvèrent un domicile au Detroit Olympia et ce jusqu‘au 15 décembre 1979. Ils jouèrent leur premier match dans cette enceinte le 22 novembre 1927.



Les séries

Ils participèrent aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley pour la première fois en 1929, mais sans grand succes. En 1930, le nom de Cougars fut changé pour celui de Falcons de Détroit, mais cela n‘améliora en rien les résultats sur la glace, les Falcons ratant les séries quatre fois lors de leur cinq premières saisons.



Vente

En 1932, l‘équipe fut achetée par James Norris, ancien membre de l‘Association athlétique amateur de Montréal, gagnant de la Coupe Stanley en 1892. Cette Association athlétique était renommée pour son équipe de cyclisme appelée les Winged Wheels et avait son propre emblème.



James Norris modifia le logo quelque peu et le 5 octobre 1932, l‘équipe de Détroit devenait officiellement les Red Wings de Détroit, avec nouvel uniforme et nouveau logo.





Les succes

Le 24 mars 1936, les Wings rencontraient les Maroons de Montréal en première ronde des éliminatoires. Lors du premier match, à la fin de la 9e période (3 périodes régulières et 6 périodes supplémentaires), à la 177e minute de jeu plus précisément, Mud Bruneteau battait le gardien Lorne Chabot des Maroons de Montréal pour mettre fin au plus long match de l‘histoire de la LNH.



Le gardien de Détroit, Normie Smith, blanchissant les Maroons dans le 2e match également, établissant un record de minutes consécutives sans avoir accordé de but (248 minutes et 32 secondes), un record qui tient toujours aujourd‘hui.



Les Wings allaient plus tard battre les Maple Leafs de Toronto en quatre parties pour remporter la première Coupe Stanley de leur histoire. Derrière le banc comme entraîneur-chef cette année-là, on pouvait retrouver Jack Adams, celui qui a ainsi donné son nom au Trophée Jack Adams.



L‘année suivante, Détroit battait les Rangers de New York en cinq rencontres en finale pour ainsi devenir la première équipe américaine à remporter deux Coupes Stanley consécutives.(*2ieme coupe*)

Jack Adams a connu sa part d‘ennuis en tant que directeur général, il sera toujours connu comme celui ayant échangé Turk Broda aux Maple Leafs de Toronto, le même Broda qui permit aux Leafs de revenir de l‘arrière d‘un déficit de 0–3 en finale de la Coupe Stanley (événement unique dans l‘histoire de la LNH) en 1942 contre les Red Wings de Détroit.



Après plusieurs tentatives et deux finales perdues, Détroit allait remporter une autre Coupe Stanley en 1943 en battant les Bruins de Boston en quatre matchs lors d‘une finale à sens unique.(*3ieme coupe*).

L'arrivé d'un grand

En 1946, arriva la future grande vedette du club, Gordie Howe.



Il allait marquer son premier but à son premier match laissant ainsi entrevoir un bel avenir. Lors de la saison 1949–1950, le trio composé de Ted Lindsay, Sid Abel et Gordie Howe, terrorisait les équipes adverses, cette année-là, ils terminèrent d‘ailleurs 1er, 2e et 3e au classement des pointeurs de la LNH. Cette ligne d‘attaque était d‘ailleurs surnommée la « Ligne de production » (Production Line).



Lors des séries de 1950, Gordie Howe allait gravement se blesser. En effet, au cours d'un match de demi-finale contre Toronto, il voulait mettre Ted Kennedy en échec, le ratait et se cognait durement la tête contre la balustrade. Toute la nuit, une station radio tenait ses auditeurs informés de l'état de santé du joueur. Howe allait survivre, mais devait manquer la suite des séries. Malgré cette blessure de Howe, les Wings remportèrent leur quatrième Coupe Stanley en battant en finale les Rangers.

En 1952, les Red Wings devenaient la première équipe à remporter huit matchs consécutifs en séries et la Coupe Stanley, sans avoir subi une seule défaite, pour battre finalement en finale les Canadiens de Montréal par 4 victoires à 0, portant ainsi le compteur de la franchise à cinq coupes Stanley.

En 1954 et 1955 Détroit rajouta deux nouvelles coupes Stanley à son palmarès (*6ieme et 7ieme coupe*) en battant par deux fois les Canadiens de Montréal. Mais les Red Wings étaient loin de se douter qu‘il s‘agissait là des deux dernières coupes Stanley de leur belle domination du début des années cinquante et qu‘il faudrait attendre plus de quarante ans avant de savourer de nouveau la victoire.

Le mauvais temps

Les années 1960 furent le début d‘une longue période de disette pour les Red Wings. En effet entre 1967 et 1983, les Red Wings ne participèrent que deux fois aux séries. Leur profond manque de vigueur, de succès et leurs déboires en tous genres leurs valurent les surnoms dérisoires de Dead Wings ou Dead Things, (« Ailes Mortes » et « Choses Mortes »).



En 1962, Jack Adams abandonnait son poste et devenait président de la Ligue centrale de hockey. Gordie Howe allait prendre sa retraite en 1971. Durant la saison LNH 1979-80, les Red Wings quittaient leur domicile du Detroit Olympia pour celui du Joe Louis Arena, où ils espéraient se reconstruire.



Nouveau patron

En 1982 la franchise fut vendue par Bruce Norris à Mike Ilitch pour environ huit millions de dollars américains.



En 1983, les Wings repêchèrent un certain Steve Yzerman. Il fut la meilleure recrue de l‘équipe et allait être le joueur dominant de cette franchise pour les années à venir, ce qui permit à l‘équipe de recommencer à avoir du succès. Cette saison, Détroit participa aux séries pour la première fois depuis six ans. Ils se feront sortir en quatre matchs par Saint-Louis. L‘année suivante c‘est Chicago qui sortit Détroit en trois matchs secs. Détroit allait mieux mais il manquait encore ce petit quelque chose.



En 1989, Détroit se tourna vers l‘Europe pour son repêchage, ainsi Sergueï Fiodorov, Vladimir Konstantinov et Nicklas Lidström, entre autres, devinrent des Wings et furent des éléments clés du succès de Hockeytown lors des années 1990.

Détroit se reconstruisait pour devenir l‘une des équipes dominantes des années 1990 et 2000.

L'équipe avec un grand É

L’entraîneur-chef avec le plus de victoires dans l’histoire de la LNH, Scotty Bowman, rejoignit l’équipe en 1993.



Sa mission était claire : ramener Détroit en finale de la Coupe Stanley, ce qui ne s‘était pas vu depuis 1966. Il eut les pleins pouvoirs et dès sa deuxième saison, il amena l’équipe au sommet de la LNH pour remporter le premier des cinq trophées Président en dix ans, et arriva jusqu‘en finale pour la première fois en 29 ans.



En 1996, les Red Wings battirent, avec 62 victoires , le record du plus grand nombre de victoires dans la LNH, mais s‘avouèrent vaincus contre l‘Avalanche du Colorado en 6 matchs lors des séries éliminatoires.

Bien aidé par la fameuse Grind Line, les Red Wings dominèrent les Flyers de Philadelphie d‘Eric Lindros et John LeClair et ceci en quatre matchs.

Quarante-deux ans après son dernier titre, Détroit décrocha enfin sa huitième coupe Stanley(1996–1997).

L‘année suivante et après une nouvelle saison régulière de grande qualité, Détroit fit la passe de deux, en remportant sa seconde coupe Stanley consécutive en dominant cette fois les Capitals de Washington en finale, et toujours en quatre matchs secs.(*9ieme coupe*).

Lendemain de veille

Le premier des deux championnats fut assombri par un grave accident automobile, au lendemain du titre, laissant des séquelles permanentes à Konstantinov et Sergei Manatsakanov, le thérapeute de l‘équipe. Vladimir Konstantinov souffrait de dommages irréversibles au cerveau. Lors de la saison 1997–1998 et après avoir balayé la finale de la coupe Stanley contre les Capitals de Washington, Konstantinov vint en chaise roulante sur la glace pour pouvoir toucher la coupe Stanley. Une image qui restera à jamais gravée dans les mémoires.



La Grind Line

La Grind Line était le nom de l‘une des lignes d‘attaque de la franchise dans les années 1990. L‘entraîneur de l‘époque, Scotty Bowman, a formé cette ligne, très rugueuse, après le naufrage de son équipe lors de la finale de la Coupe Stanley en 1995 face aux Devils du New Jersey.



À l‘origine, la Grind Line, ou ligne de harcèlement, était composé par trois joueurs, Kris Draper, Joe Kocur et Kirk Maltby.

The Russian Five

Sergueï Fiodorov, Igor Larionov, Viatcheslav Kozlov, Vladimir Konstantinov et Viatcheslav Fetissov formaient chez les Reds Wings une unité des Red Wings de cinq joueurs d‘origines russes surnommée les Russian Five.



A eux 5, ils comptent 10 bagues, soit 2 Coupes Stanley chacuns.

Faiblesse

Après son double sacre, Détroit domina toujours autant la saison régulière mais se découvrit des faiblesses lors des séries éliminatoires. Après le départ de Vernon, Détroit n‘arriva pas à tomber sur la perle rare pour défendre ses cages lors des séries éliminatoires.

Bowman et Ken Holland mirent alors sur pied une équipe de très haut niveau. Dans les cages, Détroit recruta Dominik Hasek, puis en attaque Brett Hull sans oublier Luc Robitaille plus ceux déja en place tel que Yzerman, Lidström, Fiodorov, Shanahan, Osgood.

Détroit pouvait difficilement ne pas glaner une dixième coupe Stanley. En finale, Détroit battit les Hurricanes de la Caroline en cinq matchs, Nicklas Lidström devenant au passage le premier joueur européen à remporter le trophée Conn Smythe.



Au terme de la saison, Dominik Hašek et Scotty Bowman prirent leur retraite et Luc Robitaille quitta la franchise en 2003 pour retourner à Los Angeles, après deux saisons difficiles.



Échec et encore échec

Nommé nouvel entraîneur-chef, Dave Lewis, entraîneur adjoint de Scotty Bowman les saisons précédentes ne réussit pas sa succession.



En effet, si Détroit domine toujours autant en saisons régulières, les Wings sont souvent balayés dès les premiers tours des séries éliminatoires. Lewis fut congédié pour manque de résultats.

Mike Babcock décida de relever le challenge de Détroit, c’est-à-dire gagner une onzième coupe Stanley dans l‘histoire de la franchise.



Après avoir dominé une fois de plus la saison régulière, remportant au passage leur cinquième Trophée Président en dix ans, les Wings se firent surprendre au premier tour.

Mike Babcock peut compter sur le retour de Dominik Hašek, qui fait un retour après une saison de retraite et un court passage aux Sénateurs d‘Ottawa, et sur Robert Lang venant des Capitals de Washington.

Mais l‘année 2006 restera sans doute aussi comme la dernière saison de Steve Yzerman qui jette l‘éponge après de nombreuses blessures mettant un terme à sa prestigieuse carrière.

La fin d'une ere

Vingt ans de capitanat pour 22 années jouées dans la même équipe, ce qui est un record de la Ligue nationale de hockey mais aussi des sports collectifs majeurs américain , l‘une des qualités qui convient à Steve Yzerman c‘est bien la fidélité. Yzerman restera sans doute le capitaine des Wings, considéré, avec Gordie Howe, comme le meilleur joueur ayant porté ce maillot ailé.

Son maillot fut retiré de la circulation à Détroit le 3 janvier 2007 avec, fait rare, le C de capitaine dessus, comme pour lui rendre un dernier hommage.



Apres Stevie

Quelques échanges et la signature de joueurs autonomes permettent au Wings de rester parmi l‘élite de la LNH et cela malgré la mise en place d‘un plafond salarial en 2005. En effet, la parfaite gestion de Ken Holland permet à Détroit, au contraire d‘autres formations, de conserver son rôle de place forte de la Ligue nationale de hockey.



Après un début de saison 2006–07 chaotique, les Red Wings, vont au fur et à mesure combler le retard sur leurs principaux concurrents.

Lors des séries éliminatoires, les Wings vont chuter en finale de conférence face aux Ducks.

11ieme Coupe Stanley

Battus la saison précédente en finale de conférence par les Ducks d'Anaheim, les Red Wings ont décidé de suivre avec la philosophie de la continuité. En séries éliminatoires, au premier tour, les Red Wings dominent les Predators. Lors du second tour la franchise du Michigan affronte son plus grand rival de la ligue, en l’occurrence l'Avalanche du Colorado. Et en fait il n’y a pas eu de match, Détroit s’impose facilement en 4 manches sèches face à une équipe de Denver dépassée. En finale de conférence les Red Wings affrontent les Stars de Dallas qu'ils battent en 6. Détroit rejoint la finale de la Ligue nationale où elle va retrouver les Penguins de Pittsburgh de Sidney Crosby. Les Wings mènent 3 buts à 2 à seulement 35 secondes de la fin du 5ieme match et pense tenir enfin son titre de champion mais les Penguins égalisent. Trois périodes de prolongation vont être nécessaire pour voir finalement Pittsburgh entrer le suspens dans cette finale. Le traumatisme du la défaite face aux Ducks lors du match 5 de la saison précédente resurgit. Toutefois, cette fois-ci les Red Wings de Détroit décrochent leur onzième coupe Stanley, se rapprochant des Maple Leafs de Toronto avec leur treize trophées.



Pittsburgh se vengera l‘année suivante. Cette génération de Détroit laisse peut être passer une de ses dernières chances de décrocher le titre qui aurait été le cinquième, avec les ailes rouges, pour quelques joueurs comme Kris Draper ou autres Nicklas Lidström.

Équipes affiliées

-Depuis 2002 Griffins de Grand Rapids LAH



-Depuis 2007 Generals de Flint LIH



-Depuis 2007 IceHawks de Port Huron LIH



-Depuis 2009 Storm de Toledo ECHL



Arenas

L’Olympia de Détroit (1927 à 1979)

Le Joe Louis Arena (1979 à nos jours)



Légende de la Pieuvre

Vous avez surement tous entendu parler de cette fameuse légende. Mais pourquoi au juste?

La légende du poulpe est une tradition des Red Wings de Détroit lors des matchs à domicile dans lesquels un poulpe est jeté sur la surface de glace pour porter chance pendant une course aux finales. Les origines de cette coutume remontent à la saison 1952 lors des séries éliminatoires face aux Maple Leafs de Toronto. Alors qu‘ils étaient dominés deux manches à zéro à huit matchs de la victoire finale, un supporter des Wings lança un poulpe ayant huit bras. Ce poulpe représentait les huit matchs qui séparaient Détroit du succès final ; ainsi après avoir battu Toronto les Wings battaient les Canadiens de Montréal en finale pour décrocher la coupe Stanley.

Depuis 1952, parce que le lancement en l‘air des pieuvres est généralement considéré comme le symbole de la réussite, la pratique a persisté tous les ans.



Mascotte

La mascotte des Wings est un poulpe, ou plus connue sous le nom de pieuvre. Ce poulpe a été surnommé « Al » (ce surnom est inspiré de Al Sobotka, alors responsable de la glace du Joe Louis Arena).



Al possède également son numéro de maillot, celui-ci étant évidemment le 8.



Je pourrais continuer en vous nommant tout les trophées, maillots retirés, grands joueurs passés, etc. Je crois avoir déja été assez long, je garde certaines infos pour d‘autres séries.

En espérant que plusieurs se rendront jusqu‘au bout. Ce fut super intéressant a faire. Meme la 2ieme fois a l‘écrire, je n‘ai pas vu le temps passer.

Alors, de mon bureau, je vous salut et souhaites que vous ayiez passé un bon moment avec moi.

Lien pour Atlanta : Mon Histoire

Lien pour Anaheim : Mon Histoire

Lien pour Boston : Mon Histoire

Lien pour Buffalo: Mon Histoire

Lien pour Caroline: Mon Histoire

Lien pour Calgary: Mon Histoire

Lien pour Chicago: Mon Histoire

Lien pour Colombus: Mon Histoire

Lien pour NHL:“Mon Histoire (NHL)”:http://legrandclub.rds.ca/profils/679957/posts/102275



Source pour le texte wikipedia + montage et images facon Martin