Après l’arrivée de Rod Fanni sur l’Ile, les observateurs bavaient déjà, et espéraient encore la venue d’autres recrues aux noms encore plus ronflants que l’ancien marseillais.

Mais au vu des deux premières défaites de la saison, d’abord face au Whitecaps la semaine dernière, puis contre le Crew samedi, un défilé de recrues même avec tout l'argent du monde n’amènera pas un supplément d’âme et un QI football à cette équipe.

Demandez au PSG tout juste éliminé de la Ligue des Champions par le Real Madrid après avoir dépensé 400 millions d’euros cet été.

Les puceaux de Saputo

Dans ces deux matches, la naïveté affichée par les Québécois est saisissante. 5 buts encaissés. Une vulnérabilité dans le jeu aérien défensif matérialisé par le but de Kei Kamara d’une superbe tête au premier poteau lors du match d’ouverture. Et confirmer cette fin de semaine face au Crew. Après un corner, si Zardes ou Martinez avaient ou sauté moins tôt pour le premier, ou montré plus d’agilité pour le second, le score aurait déjà pu être de 1-0. Mais c’était sans compter sur la générosité/naïveté des puceaux de Saputo et Raitala qui offrent un penalty à leurs adversaires.

Plus tard ces lacunes aériennes seront confirmées. Un but suite à un ballon aérien, et un pénalty dans le temps additionnel. Le Crew a dit : « Merci ! »

Le chemin sera long, mais une bonne saison se construit sur une base défensive solide. Et une base défensive solide se construit grâce au caractère et à la discipline tactique inculquée par un coach. Rémi Garde a été recruté pour inculquer rigueur et discipline à une équipe qui en manque cruellement.

Et le derby face à Toronto, ce samedi, sera le match parfait pour observer les progrès de l’Impact. Ou pas…