Encore aujourd'hui, ma connaissance du basketball est limitée. Mais s'il y a une chose que je commence à comprendre, c'est que le basketball, surtout la NBA, commence à regagner en popularité.

On peut s'entendre que les Warriors de Golden State sont encore parmi les très bonnes équipes de la NBA, mais on peut aussi s'entendre qu'ils ne sont désormais plus seuls au sommet de la pyramide. En fait, au moment d'écrire ces lignes, ils ne sont même pas au premier rang de leur propre division, mais j'y reviendrais plus tard dans ce billet.

À part les Warriors, comment se comportent les 29 autres équipes de la ligue ?

-----

CONFÉRENCE EST

Division Atlantique

Les Celtics de Bostons connaissent un lent départ pour leurs standards. Avec une fiche de 10 victoires et 10 défaites jusqu'à maintenant, et avec des équipes comme les Raptors de Toronto et les 76ers de Philadelphie devant eux, on pourrait se demander si on est en train d'assister à un retour du balancier dans la Conférence Est.

Après tout, on parle d'une équipe qui compte sur des joueurs comme Kyrie Irving, un Gordon Hayward en santé, un jeune noyau mettant en vedette Jaylen Brown et le vétéran Al Horford. Le problème de cette équipe, c'est qu'elle ne marque pas beaucoup de points. Les Celtics marquent en moyenne 106,3 points par match, ce qui leur donne le 24e rang de la NBA. Ils se classent au 19e rang pour ce qui est du pourcentage de tir de 3 points réussis. Donc, de les voir au 3e rang de leur division avec une fiche de .500, on est en droit de s'attendre à mieux. 

Au moins, ils peuvent se dire qu'ils ne sont pas les Nets de Brooklyn ou les Kincks de New York, pas vrai ?

À Philadelphie, on vient de s'améliorer avec l'acquisition de Jimmy Butler en provenance des Timberwolves du Minnesota en retour notamment, de Dario Saric. L'impact de Butler est immédiat pour les 76ers, eux qui ont une fiche de 7 victoires et 3 défaites à leurs 10 derniers matchs.

Mais la véritable supervedette de l'équipe demeure Joel Embiid. Il est le meneur des 76ers avec 28,1 points par match et 13,3 rebonds par match. Il y en a au moins un dans "The Process" qui s'est bien développé pour cette équipe.

S'il y a un point d'interrogation chez les 76ers, c'est Markell Fultz. Après être ennuyé par des blessures, il est de retour avec l'équipe, mais il semble clair qu'il y a quelque chose qui cloche. Croyez-moi, ça n'a rien à voir avec Jimmy Butler. C'est comme s'il a oublié comment faire pour tirer un ballon de basket dans le panier. Le problème s'est empiré à un point tel que les 76ers songent à le transiger à une autre équipe. 

Vous savez quoi ? Desfois, tout ce qu'un joueur à besoin, c'est un changement d'environnement pour pouvoir se ressaisir. Au baseball, dans le cas de Rick Ankiel, il a connu des ennuis comme releveurs et il a décidé de devenir un très bon voltigeur de centre avec un bras canon. Est-ce que j'ai mentionné qu'il peut frapper des circuits également ?

Mais s'il y a une équipe dans la division qui frappe des coups de circuit presque à chaque match, c'est les Raptors de Toronto. Est-ce qu'il y a encore des gens qui pensent que d'acquérir Kawhi Leonard en retour de Demar Derozan va ruiner cette franchise ? Je crois que M.Leonard veut leur dire quelques mots.

Les Raptors sont sur une séquence de 5 victoires d'affilés et leur succès s'explique en grande partie avec la performance de Leonard. Sa moyenne de 24,7 points par match et de 8,5 rebonds par match fait de lui le meneur de son équipe dans ces catégories. On a tendance à oublier que les Raptors comptent aussi sur Kyle Lowry, Serge Ibaka, Danny Green, Pascal Siakam et Jonas Valanciunas pour mener la franchise vers les grands honneurs.

Par contre, ils sont en quelque sorte les Sharks de San José de la NBA ; ils sont parmi les meilleures équipes de la saison régulière, mais ils trouvent le moyen de s'éffondrer en rondes éliminatoires. Espérons pour eux que cette tendance va changer très bientôt, en même temps que la perception des gens sur Kawhi Leonard.

 

Division Centrale

Dans cette division, il y a une équipe qui retient mon attention pour les mauvaises raisons. Cette équipe, c'est les Cavaliers de Cleveland.  Maintenant que LeBron James est parti pour ramener les Lakers de Los Angeles vers les plus hauts sommets, il était de voir comment les Cavaliers vont se comporter sans sa simple présence sur le court.

Ce qu'on a vu, c'est une démonstration d'incompétence qui n'a pas été vu depuis que les Nets de Brooklyn ont été les victimes de la présence de Billy King.

En fait, les Cavaliers ne sont pas retombés sur terre ; ils sont plutôt étés enterrés vivants, à environ une cinquantaine de pieds sous terre dans une division qui ne leur appartiennent plus. Résultat, Tyronne Lue a payé de son emploi d'entraîneur-chef. 

Présentement, on voit une équipe qui est créée par LeBron, pour LeBron, mais sans LeBron. Et ça a paru sur le court. Kevin Love a raté une grande partie de la saison en raison des blessures, ce qui n'a pas aidé la cause de son équipe. À la place, on voit une équipe menée par des noms comme Tristan Thomspon, Cedi Osman, Jordan Clarkson et Rodney Hood. Non, ça ne ressemble pas à une équipe qui aspire au trophée Larry O'Brian.

Et le ménage a commencé assez tôt à Cleveland, avec le départ de J.R. Smith. C'est le temps de sortir les tanks, Cleveland !

À Chicago, les tanks sont sortis depuis la présaison, donc on ne va pas les déranger.

Concentrons-nous plutôt sur la bataille à trois qui mettent en vedette les Bucks de Milwaukee, les Pistons de Detroit et les Pacers de l'Indiana. Pour le moment, ce sont les Bucks qui sont les meneurs, et ce n'est pas pour rien. Ils sont actuellement la meilleure attaque de la NBA avec 121,7 points marqués par match. Ils mènent également la ligue pour ce qui est des rebonds par match avec une moyenne de 50,7 rebonds.

Giannis Antetokounmpo (J'espère que j'ai bien prononcé son nom !) est la raison principale des succès de son équipe, lui qui mène les Bucks pour ce qui est des points par match et des rebonds par match. Il a une bonne équipe de soutien avec des noms comme Malcolm Brogdon, Khris Middleton et Eric Bledsoe, qui est bien heureux de ne pas jouer à Pheonix en ce moment.

Du côté des Pistons et des Pacers, la bataille sera tout aussi féroce. Pendant que Blake Griffin tente tant bien que mal à porter son équipe sur ses épaules, Victor Oladipo fait la même chose avec les Pacers.

 

Division Sud-Est

On passe de deux divisions suffisamment compétitives, à la division la plus faible de la NBA en ce moment. On a des équipes comme les Hawks d'Atlanta et le Heat de Miami qui sont clairement en période de reconstruction. Ça, ça veut dire qu'on n'entendra pas beaucoup parler de la tournée d'adieux de Dwayne Wade. Dommage, mais c'est comme ça.

Il y a toutefois une équipe qui m'inquiète sérieusement. C'est une équipe qui est supposé être dans le portrait des séries éliminatoires cette année, du moins, selon moi, mais qui visiblement, risque elle aussi de tomber dans la phase de la reconstruction.

Chers Wizards de Washington, vous vous rendez compte que vous êtes en train de gâcher les belles années de John Wall ? La ville a déjà vu les Nationals faire de même avec Bryce Harper et votre performance jusqu'à maintenant me laisse sur mon appétit. Avec Bradley Beal, Otto Porter et Markieff Morris pour le supporter, vous n'étiez pas supposé vous envoler avec la division, par hasard ? 

Ah, et maintenant, vous songez à échanger John Wall ET Bradley Beal ? De ce que je vois, ça ressemble de plus en plus à une équipe qui est prête à hisser le drapeau blanc et à voir leur fenêtre d'opportunité se refermer au nez. Considérez-vous chanceux que les Capitals ont remporté la Coupe Stanley, car sinon, j'aurais été beaucoup plus dur envers vous !

Résultat, on se retrouve avec une... "bataile"... entre les Hornets de Charlotte et le Magic d'Orlando.

La seule affaire qui garde les Hornets dans la course, c'est leur attaque qui s'est classée au 5e rang pour ce qui est des points par match, avec Kemba Walker qui mène la charge. Pour ce qui est du Magic d'Orlando, même s'ils vont quand même bien, l'équipe ne m'inspire par confiance. On pourra dire qu'en ce moment, l'équipe qui gagne cette division sera la seule équipe qualifiée pour les éliminatoires et sera également massacrée par une équipe plus forte qu'elle en première ronde. Je vais être gentil et dire que les 76ers vont faire ce travail avec plaisir.

 

CONFÉRENCE OUEST

Division Nord-Ouest

Dans la Conférence Ouest, vous allez voir que ce sera un copié-collé de ce qui se passe dans l'Est, mais avec quelques surprises.

On commence d'abord dans la division Nord-Ouest avec en tête les Nuggets de Denver. Oui, les Nuggets. Ils mènent leur division par un demi-match du Thunder d'Oklahoma City au moment d'écrire ces lignes et ils connaissent un bon début de saison avec des joueurs comme Nikola Jokic, Jamal Murray et Will Barton qui mènent la charge. Les Nuggets ont actuellement la 3e meilleure défensive de la NBA avec une moyenne de 103,2 points accordés par match, ce qui explique en partie leur succès.

Les Nuggets ont aussi compris que les victoires contre les équipes de leur division, c'est important. Ils sont d'ailleurs invaincus en trois parties face à ces équipes. Cette performance pourrait en fait de compte leur être utile plus tard en saison, alors que la course aux éliminatoires commencera à s'activer.

Le Thunder d'Oklahoma City est encore parmi les meilleures équipes de la division Nord-Ouest, mais comme vous pouvez le voir, ils ne sont plus seuls. En plus des Nuggets, on peut voir les Trail Blazers de Portland leur chauffer le derrière. Heureusement que Russell Westbrook est encore là pour mener son équipe à bon port ! 

Parlons justement des Trail Blazers. Oui, ils sont sur une séquence de trois défaites de suite, mais ça ne les empêchent pas d'être dans le portrait. Mené par Damian Lillard, CJ McCollum et Evan Turner, entre autres, l'équipe est classée au 2e rang des rebonds par match avec 50,3. Jusuf Nurcic est le meneur de son équipe avec 10,4 rebonds par match jusqu'à maintenant.

Même si les Timberwolves du Minnesota et le Jazz de l'Utah sont les deux dernières équipes de leur division, ils trouvent le moyen de demeurer compétitifs. Les Timberwolves semblent s'être remis de fiasco Jimmy Butler et ils sont sur une séquence de deux victoires de suite. Ah, si seulement ils peuvent gagner des matchs sur la route, ce serait super. Le Jazz n'est pas en reste non plus, alors que l'équipe compte sur Donovan Mitchell, Ricky Rubio, Rudy Gobert et Jae Crowder pour demeurer dans la course aux éliminatoires.

 

Division Pacifique

On a présentement une équipe de Los Angeles qui mène la division Pacifique. Pour une fois, cette équipe ne s'appelle pas les Lakers. 

Pardon ? Les Clippers mènent la division Pacifique ? Est-ce qu'on est dans une réalité alternative, ici ?

Le plus drôle dans tout ça, c'est que l'équipe n'a ni Chris Paul, ni Blake Griffin, ni même DeAndre Jordan pour mener cette équipe. À la place, on a des noms comme Tobias Harris, Lou Williams et Avery Bradley qui sont responsables des succès de l'équipe. 

Harris est celui qui se démarque le plus chez les Clippers présentement. Il mène l'équipe pour ce qui est des points par match avec 24,5 points et également pour les rebonds avec 8,7 rebonds par match.

Donc, vous êtes en train de me dire que même avec LeBron James dans l'alignement, les Lakers demeurent une équipe de deuxième ordre ? À un point tel qu'ils ne sont même pas la meilleure équipe de basketball dans leur propre ville ? Pour l'instant, je me dois d'être d'accord avec vous. On est en train de voir un thème assez familier : LeBron contre le monde. On a vu cette histoire avec les Cavaliers et on est en train de le voir avec les Lakers cette année. 

James est encore parmi les meilleurs joueurs de la NBA avec une moyenne de 28,3 points par match, mais encore une fois, on a l'impression que LeBron est encore bien seul. Et ce, malgré des acteurs de soutien comme Lonzo Ball, Brandon Ingram et Rajon Rondo.  Si jamais les Lakers veulent retourner au sommet de la NBA, les joueurs que j'ai nommés, ainsi que les autres réservistes doivent bien complimenter le meilleur joueur de sa génération.

Et on n'a pas encore parlé en fond et en large des Warriors, encore ! Ce qui n'a pas changé dans leur cas, c'est que Steph Curry est encore un dieu des tirs de 3 points et que les Warriors sont parmi les meilleures équipes de la NBA encore une fois. Ce qui a changé, c'est qu'on commence à voir des fissures dans leur bouclier et les partisans des 29 autres équipes de la NBA en sont ravis.

On a eu droit à un affrontement des personnalités entre Kevin Durant et Draymond Green, qui mène à un climat malsain chez les champions en titre. On est rendu à un point tel que Green ou Durant, ou peut-être même les deux, risquent de partir de Golden State à la fin de la saison. Pire encore, Klay Thompson va demander beaucoup d'argent aux Warriors pour son prochain contrat, lui qui pourrait devenir joueur autonome à la fin de la présente saison. Les prochains mois risquent d'être fort intéressants en Californie !

Attendez... les Kings de Sacramento n'ont pas sorti les tanks ? Ça va leur couter cher à un moment donné. Au moins, ils ne sont pas les Suns de Phoenix ?...

 

Division Sud-Ouest

Si vous pensez que cette division est la moins compétitive de la NBA, détrompez-vous. Les cinq équipes impliquées n'ont peut-être pas des fiches très réluisantes, mais ils demeurent bel et bien dans la course aux éliminatoires.

Commençons tout d'abord par les Grizzlies de Memphis. Une des raisons de leur première position de la division Sud-Ouest en ce moment, c'est leur structure défensive. Au cours des récentes années, c'est une équipe qui est surtout reconnue pour son jeu défensif et c'est encore le cas cette saison. Ils mènent actuellement la NBA avec 100,9 points accordés par match, avec l'aide des joueurs comme Marc Gasol, Jaren Jackson et Kyle Anderson. 

Pour ce qui est du reste de la division, on risque d'assister à une course folle. Les quatre autres équipes vont se battre becs, ongles et paniers de 3 points pour espérer assister aux séries d'après-saison.

Anthony Davis est de loin le meneur de jeu chez les Pelicans, qui ont une fiche de 10 victoires et 10 défaites, mais je suis certain qu'il n'aime pas ce qu'il voit derrière lui. Il voit des équipes comme les Rockets de Houston qui connaissent un lent départ, mais qui demeurent une équipe très dangereuse. Peut-être que le congédiement de Carmelo Anthony va aider à améliorer leurs chances d'aller loin en éliminatoires. Les Mavericks de Dallas ne sont pas loin derrière avec DeAndre Jordan, Wesley Matthews, et le bon vieux Dirk Nowitzki à partir du banc pour mener l'équipe à bon port.

Puis, il y a les Spurs de San Antonio, eux aussi bien vivants dans le portrait, malgré une fiche perdante en ce moment. Bien honnêtement, même avec la présence de Demar Derozan et de LaMarcus Aldridge dans l'alignenent, je doute fort des chances des Spurs de participer aux séries. Cette fois, Tim Duncan, Tony Parker et Manu Ginobili ne vont pas leur porter secours. 

Les Spurs ne sont plus la puissance qu'on avait jadis connue, même s'ils trouvent encore le moyen de se qualifier aux éliminatoires. Est-ce que Gregg Popovich a encore un autre tour de magie dans son sac ? On verra en temps et lieu.

-----

Et c'est ainsi que se termine mon tour d'horizon dans la NBA. Au moins, ça m'a permi d'apprendre plusieurs choses à propos de basketball, comme...

Donc les Flyers de Philadelphie en ont assez de Ron Hextall et ils viennent de le congédier ? C'est bien beau tout ça, mais comment Dave Hakstol fait-il pour préserver son emploi ?

Quelque chose de positif pour terminer ce billet, SVP ?

(NOUVELLE DE DERNIÈRE HEURE : KARL ALZNER SERA SOUMI AU BALLOTAGE PAR LE CANADIEN DE MONTRÉAL)

Est-ce que ça veut dire que Shea Weber va revenir au jeu pour le match de mardi ?