Il est le propriétaire de la concession sportive la plus en vue du 21e siècle, et un homme d’affaires respecté. Cependant, le propriétaire des Patriots de la Nouvelle-Angleterre, Robert Kraft, devra faire face à la justice pour une histoire présumée de prostitution dans un salon de massage de la Floride. Et si des détails de l’enquête policière ont filtré dans les médias américains, beaucoup reste encore à découvrir. Mais Kraft n’est pas le premier propriétaire à éprouver de tels ennuis. Cette histoire nous rappelle aussi qu’il n’y a pas que les joueurs qui peuvent avoir des démêlés avec la justice.

Robert Kraft fait face à des accusations de sollicitation à la prostitution alors qu’il se trouvait au Orchids of Asia Day Spa à Jupiter, en Floride. Selon les forces policières, Kraft apparaît sur deux enregistrements vidéo de l’établissement. Il aurait payé pour au moins un acte sexuel. L’histoire a éclaté au grand jour la semaine dernière.

Le point important à retenir dans cette affaire est que Kraft n’a pas encore été reconnu coupable. Il est pour le moment accusé de sollicitation, et le sera jusqu’à preuve du contraire. Certaines personnes pourraient penser que Kraft a pris part au fonctionnement d’un présumé réseau de trafic humain. Il n’y a rien de plus faux pour l’instant. Et d’ailleurs, des réseaux tels que FOX, ESPN et NBC ont rappelé l’opinion publique à l’ordre. Notons cependant que des individus ont été appréhendés en regard d’allégations d’un possible trafic.

Ceci étant dit, le propriétaire des champions du Super Bowl LIII n’est pas le premier à se faire prendre pour des infractions au code criminel. Plusieurs de ses homologues ont dû répondre de leurs actes dans la passé.

Jerry Richardson, qui était propriétaire des Panthers de la Caroline en 2018, avait vendu son équipe suite à des allégations d’inconduites sexuelles et raciales en milieu de travail. La ligue avait imposé une amende de 2,7 millions de dollars à Richardson après plusieurs semaines d’enquête. Il a depuis vendu son équipe pour le rondelette somme de 2,2 milliards de dollars à David Tepper.

Jerry RichardsonSource: Kirby Lee-USA TODAY Sports
Légende: Jerry Richardson

En 2014, Jim Irsay, propriétaire des Colts d’Indianapolis, fut suspendu pour six matchs pour des accusations reliées aux drogues, et conduite d’un véhicule moteur sous l’influence de médicaments prescrits. La NFL l’avait également obligé à payer une amende de 500 000 dollars.

Suite à une perquisition du FBI en avril 2013, le propriétaire des Browns de Cleveland, Jim Haslam, s’était retrouvé avec des problèmes juridiques sur les bras alors qu’il occupait également le poste de chef de direction de l’entreprise Pilot Flying J. Haslam avait invoqué l’ignorance en regard d’une fraude de 50 millions de dollars dans l’entreprise.

Et il y a le cas d’Ed DeBartolo Jr. Il était propriétaire des 49ers de San Francisco à l’époque Walsh-Montana-Young. Il avait plaidé coupable pour avoir omis de signaler un paiement de 400 000 dollars, qu’il avait fait lui-même, à l’ancien gouverneur de la Louisiane Edwin Edwards en échange d’une licence de jeu sur un bateau. La NFL avait suspendue DeBartolo pendant un an en 1999. Il avait ensuite cédé le contrôle de l’équipe à sa sœur, Denise DeBartolo York. Il n’est jamais revenu avec l’équipe.

Roger Craig (33), Ed DeBartolo Jr. , Joe Montana (16)Source: AP Photo
Légende: Roger Craig (33), Ed DeBartolo Jr. , Joe Montana (16)

Les autorités policières ont confirmé aux médias depuis quelques jours que des centaines de mandats d’arrêt ont été émis dans le cadre d’une enquête de six mois. Notons aussi que dix établissements, similaires à celui où se trouvait Robert Kraft, ont été fermés depuis le weekend dernier. Des personnes sont présentement en état d’arrestation. Difficile d’anticiper la suite des événements pour Kraft. La chose que l’on sait toutefois, c’est que son image publique ne sera plus jamais la même pour des millions de personnes.