Alors que le marché des joueurs autonomes s’ouvrira officiellement à 16h00 cet après-midi, et que Le’Veon Bell a accepté l’offre des Jets, les Giants ont posé un geste d’envergure hier soir. Ils ont convenu d’échanger Odell Beckham Jr. aux Browns de Cleveland. Le receveur avait mentionné au cours des dernières semaines qu’il était prêt à quitter le «Big Apple». Tout comme Antonio Brown, Beckham est un joueur d’une très grande qualité qui attire les réflecteurs sur lui. Mais en bout de ligne, cette transaction propulse les Browns, longtemps la risée de la NFL, dans le peloton de tête de la Conférence Américaine.

C’est NFL Network qui a annoncé en primeur la transaction Giants-Browns. La transaction, confirmée par Mike Garafolo en soirée mardi, a eu l’effet d’une onde de choc dans le monde du football. Les Giants recevront des choix de 1ère et 3e ronde en 2019. Et le demi de sûreté Jabrill Peppers poursuivra sa carrière à New York.

Plusieurs rumeurs circulaient depuis la fin de la saison. Certaines envoyaient Beckham à San Francisco. D’autres faisaient état d’un possible marché avec les Rams de Los Angeles. Et même si l’option de Cleveland avait été soulevée, rien n’indiquait que le tout allait se matérialiser. Après tout, les Browns de Cleveland reviennent de loin. Et les amateurs de football sont septiques en regard de la viabilité des Browns. Mais ils ont dorénavant Baker Mayfield dans l’alignement. Cela prouve l’importance du jeune quart-arrière pour la concession de l’Ohio. On peut dire, sans se tromper, que l’on vient d’assister à la première manifestation de «l’Effet Mayfield». Car Beckham, tout comme Antonio Brown avec Buffalo, aurait pu bloquer la transaction. Il ne l’a pas fait.

Baker MayfieldSource: Cary Edmondson, Cary Edmondson-USA TODAY Sports
Légende: Baker Mayfield

Les Browns comptent maintenant sur deux très grosses personnalités. Si Mayfield a démontré de quel bois il se chauffe au cours de la dernière campagne, la réputation de Beckham n’est plus à faire. Il est talentueux. Il est aussi imbu de lui-même. Il faut dire les choses comme elles le sont. Il pourrait ainsi y avoir des étincelles sur le terrain, sur les lignes de côtés et dans le vestiaire. Mais strictement sur le terrain, on assistera vraisemblablement à des jeux spectaculaires, et des festivals offensifs.

Les Browns ne pouvaient conclure un plus gros marché. Et si personne ne peut prédire de quelle manière la chimie s’installera entre les deux bonhommes, tout le monde s’entend pour dire que les matchs des Browns ne seront pas ennuyant à compter de septembre prochain. Le défi du nouvel entraîneur-chef Freddie Kitchens sera de faire en sorte d’avoir la combinaison Mayfield-Beckham sur la même longueur d’onde. En bout de ligne, malgré un alignement qui n’a plus rien à envier aux autres formations de la ligue, les succès de l’équipe passeront en grande partie par la relation entre le quart-arrière et le receveur.

À moins d’un désastre, on assistera à un changement de garde la saison prochaine. Pittsburgh devra se passer dorénavant de Le’Veon Bell et d’Antonio Brown. À Baltimore, les pertes via l’autonomie changeront le visage de l’équipe. Les deux formations ont exercé un véritable monopole sur la division Nord de la Conférence Américaine depuis le début du siècle. Cependant, Steelers et Ravens ne peuvent plus prendre les Browns à la légère. Identifié en fin de saison comme un club à surveiller en 2019, Cleveland devient automatiquement une équipe redoutable avec Odell Beckham Jr. dans l’alignement. Mais une fois de plus, la relation Mayfield-Beckham sera au centre des succès ou à la base des mésaventures de l’équipe la saison prochaine.