Soucieux de pouvoir transmettre la passion pour la course en sentier, tu décides du prix pour t’inscrire à nos épreuves ! Voilà la petite phrase inscrite dans la publicité.

 Quelles seront les répercussions de cette contribution volontaire créée par Ultra Trail Académie ?

 Olivier Le Méner dirige cette organisation. Dès les premiers instants de notre rencontre, je dénote son sourire, la diffusion d’une énergie positive. Voilà pourquoi plusieurs partenaires sautent immédiatement dans l’aventure avec lui. Je voulais le connaître, le découvrir, apprendre sur sa vie.

 Né à Brest en France, après un stage de huit ans à servir la Marine française, il voulait poursuivre l’aventure, susciter une reconversion. Il s’installe au Québec en 2007 avec sa femme Jessica et ses deux filles, Alyssa, aujourd’hui âgée de 15 ans et Awena, 13 ans.

 Source: Julien Hébert

Parlez-en à Evan, il possède le meilleur papa au monde !

 

On comprend rapidement la mentalité d’Olivier lorsqu’il nous explique son incursion chez les Marines. « La course en sentier, je l’ai apprise dans l’armée. Je voulais servir la France. L’esprit du trail m’y a intégré. »

 Investissement majeur dans cette aventure, il devait passer le test d’admissibilité. Après avoir échoué avec les courses sur la route et en cross, le trail représentait son unique lueur d’espoir. En fait, il jouait sa carrière. Durant la course, alors que tout fonctionne rondement, il se blesse à une cheville. Aux abords d’une rivière, surgit Jean-Marc (Il ne peut l’identifier, puisqu’il est encore dans la Marine), qui manifeste l’intention de prendre son sac de 20kg qu’il porte sur son dos. « Ce geste m’a émerveillé. Il m’a permis de passer l’examen haut la main. Cet esprit d’entraide m’a marqué pour la vie. »

 

Lors de son service militaire, une époque si lointaine mais toujours présente dans son esprit.

 

Toutefois, son arrivée au Québec ne fut pas une sinécure. Pour devenir courtier en immobilier, il a dû trimer dur pendant deux ans. Il se devait d’abandonner l’entraînement. Il s’est retrouvé avec un surplus de 50lbs sur le corps ! L’année suivante, il a repris son poids santé. « Je fus une inspiration pour les membres de ma famille. Jessica s’est fait prendre par ma passion et elle court aujourd’hui. Chez mes filles, la discipline fait maintenant partie intégrante de leur méthode de vie qui se reflète admirablement bien dans leurs études. »

 Olivier désire contribuer à aider les autres dans sa communauté. « Le message que j’ai reçu comme militaire est venu me toucher. Il m’importe de fournir tous les éléments nécessaires aux adeptes afin qu’ils puissent à leur tour porter le fardeau du sac ! »

 Cette contribution volontaire à son événement du 13 juillet 2019 au parc régional de Portneuf à Saint-Alban  rejoint sa philosophie de vie. L’an dernier, 200 inscriptions furent enregistrées. « Je n’ai rien à cacher. Je veux rendre tout simplement ces courses accessibles. Je suis reconnaissant pour ce que la vie m’a procuré jusqu’à présent. »

 Source: Muriel Leclerc

Olivier adore transmettre sa passion aux gens. Il n'hésite jamais à parler ou discuter de la course à pied.

 

Ce fut la folie pour les inscriptions dans la semaine qui a suivi cette annonce. « Le site internet a planté à deux reprises tellement l’achalandage était intense. De plus, habituellement, les gens ne s’inscrivent pas durant cette période. » Les dons variés permettent de croire que le succès, tant sur le plan de la participation que de l’organisation, est pratiquement assuré.

 La démocratisation de la course à pied passe par cette façon de faire, explique Olivier. « Si je peux constituer une porte ouverte envers d’autres organisations, c’est tant mieux. On parle d’une remise en question des valeurs rattachées aux autres responsables. J’ai déjà reçu la réponse des coureurs au moment où on se parle et elle s’avère très positive. »

 Il faudra maintenant voir comment cette première obtiendra comme impact à travers le Québec. Soit qu’elle passe dans l’indifférence totale ou que les participants apportent une pression qui pourrait faire basculer les colonnes de ce milieu.

 

Une belle petite famille en forme guidée par un leader exceptionnel.

 

Jovial, doté d’un état d’esprit positif, Olivier prend conscience qu’on a tous la chance de dormir dans un lit. « Les gens oublient combien la vie les gâte. Il faut relativiser notre état d’esprit. Cela me fournit une belle progression. Ma passion me propulse et m’enligne sur les valeurs essentielles. »

 Convaincu, il lui fallait l’audace pour passer de l’avant de cette façon et il s’engage dorénavant à poursuivre dans la même veine. La diffusion d’une énergie positive n’est pas étrangère à ce comportement

 Au parc régional de Portneuf, Olivier pourrait accueillir jusqu’à 1,000 coureurs pour ses courses de 2, 6, 16, 25, 47 et 57km.

 Source: Julien Hébert

Trail Académie, un beau projet qui n'a pas fini de grandir !

 

Conscient qu’il a besoin d’être entouré dans la vie, des gars tels Florent Bouguin, Blaise Dubois, Mathieu Blanchard, pour ne nommer que ceux-là, contribuent à l’émancipation du programme de Trail Académie, fondé en 2016. D’ailleurs, les 18 et 19 mai 2019, un week-end sera planifié à Québec dans le but de faire découvrir le trail par l’entremise de conférences et des sorties. Également en mai, on récidivera à Montréal.

 Quand on connaît Olivier, on prend les moyens pour le garder dans notre entourage.