À écouter de nombreux partisans du Canadien, le DG Marc Bergevin a effectué une transaction avec le plus grand voleur au monde. Il ne s’appelle pas Bonnie ou Clyde, il s’appelle John Chayka et il travaille pour les Coyotes de l’Arizona. Après avoir vu l’un de leurs favoris quitter en P.K. Subban dans une transaction effectuée il y a près de deux ans mais qui semble aussi pénible à digérer qu’un sac de frites graisseux, voilà qu’un autre jeune ayant grandi dans l’organisation du tricolore, prend son baluchon et quitte pour une autre destination. Tout comme Subban, Alex Galchenyuk semblait autant aimé que détesté à Montréal.

Oui, il est talentueux, il est spectaculaire et des marqueurs à Montréal depuis 25 ans, ça se fait aussi rare qu’une météorite dans votre cour, alors pourquoi le laisser partir?

Si l’on se fie aux premiers commentaires sur les réseaux sociaux, la majorité des fans ne sont pas en train de relaxer dans leur piscine, ils grimpent plutôt dans les rideaux. On peut les comprendre. Il y avait encore tellement d’espoir pour Galchenyuk qui avait été l’un des rares joueurs de l’histoire du CH à se faire repêcher dans le Top 3. Par contre, le CH ne savait pas quoi en faire. Centre, ailier, centre, ailier?  Pis? La tête tourne encore quand on y pense. Déception, c’est le mot qui vient en tête quand on pense au #27. Il était une patate chaude dans les mains de Claude Julien qui ne semblait pas savoir quoi en faire. La preuve, il l’utilisait parfois sur un 4e trio! Quand on a un rare marqueur de 30 buts sous la main et qu’on l’utilise de cette façon, ça en dit long...

À un contre un Domi-Galchenyuk sur papier, ça semble un peu injuste pour Montréal. Par contre, les deux sont encore jeunes et ils ont le même ratio de points par matchs, avec 0,61. La comparaison peut s’arrêter ici. Ce sont deux joueurs complètement différents! Galchenyuk est un marqueur mais il ne garde pas longtemps la rondelle. Domi est un passeur, il est plus physique et il aime contrôler la rondelle.

Ok, contrairement à Galchenyuk, Domi n’a jamais marqué 30 buts dans la LNH, on le sait. Par contre, Domi est un spectaculaire passeur, ce qui manquait au CH la saison dernière.  À l’instar du Canadien et Galchenyuk, Domi a connu une saison difficile en Arizona mais il a terminé la saison en force, amassant 20 points à ses 25 derniers matchs.  

Avec le CH qui repêche 3e dans quelques jours, ça devient intéressant si l’heureux élu parvient à percer la formation la saison prochaine mais il reste encore bien des postes à combler, dont celui du joueur de centre tant attendu.

Alors Montréal, on se calme! Il faudra attendre avant de juger cette transaction.

RAPPEL IMPORTANT : Le Canadien n’est pas allé chercher Tie Domi. C’est son fils Max qui s’amène. Il faudrait lui donner une chance avant de crier « Au vol ».