Malgré l’évolution de la technologie, force est d’admettre que parfois, on doit se poser des questions sur son efficacité.

 Avec les grands froids qui sévissent depuis quelques jours, ça n’a pas empêché certains coureurs de poursuivre leur entraînement régulier.

 Nombreux sont ceux et celles qui prennent une grande satisfaction à publier des photos de leurs visages gelés qui témoignent véritablement de leur détermination et de leur courage.

 J’ai tenté l’expérience et je dois vous dire que ce n’est pas la première fois que je pose ce geste. Toutefois, j’ai remarqué que ces derniers jours, j’ai dû apporter quelques ajustements.

 

On peut se demander si les souliers de course à pied sont conçus pour les grands froids d'hiver.

 

Mes deux gros orteils n’aiment vraiment pas le froid et ils me le laissent savoir. Malheureusement, je dois combattre des engelures qui m’inquiètent toujours et qui rendent mes entraînements inconfortables.

 Pourtant, je viens tout juste d’acheter mes souliers et je pense qu’il est justement là le problème. J’utilise le même modèle depuis mes débuts et je n’ai jamais autant souffert du froid. Le vent cause particulièrement les dommages.

 Après un examen sommaire qui ne recommande pas tellement de connaissances techniques, j’ai remarqué que le tissu qui recouvre ces souliers est plus mince que celui de mes vieilles godasses. J’imagine que le syndicat des Chinois est intervenu et que les grandes compagnies américaines ont dû augmenter leur salaire. Alors, pour compenser et ne pas nuire à leurs profits, ils ont sûrement eu l’ingénieuse idée de couper sur le matériel. Qu’en pensez-vous ?

 

Mon prochain défi de courir un marathon l'hiver m'inquiète.

 

Heureusement, mon coach (ma compagne) a trouvé une solution.

 Du bon vieux Duck Tape apporte un bémol sur ce handicap. Imaginez, je dois coller ce produit à l’intérieur de mes souliers afin de couper le vent, un geste que je n’avais jamais posé auparavant.

 Oui, il m’est déjà arrivé de me geler le gros orteil mais pas à répétition ! Il y a quand même des limites.

 Cet aspect me chatouille car je viens de m’inscrire au Winterman Marathon d’Ottawa qui se déroulera le 18 février prochain. Je n’ai jamais couru un marathon l’hiver et je tenais à relever ce défi. Par les années antérieures, j’ai déjà voulu y prendre part et finalement, je déclinais.

 

Que pensez-vous de la qualité des souliers pour la course à pied ?

 

D’ici là, je devrai trouver une solution permanente à cet ennui. J’ai bien peur que l’ajout de ce ruban adhésif ne tienne pas le coup pour 42km car jusqu’à présent, je l’ai testé uniquement sur le demi.

 Vive la technologie mais je crois que la plupart des souliers de course à pied ne sont vraiment pas conçus pour les grands froids. Je vais donc me croiser les doigts afin que mon prochain marathon soit couru par une température hivernale normale ce qui me permettrait de passer au travers dans l’appréciation.

 Il faut croire que les Américains et les Chinois n’en n’ont rien à cirer des gros froids du Québec !