Impossible de les suivre.

 Exceptionnels, uniques, les membres de la tribu isolée des Tarahumaras vivent en retrait et ne veulent rien savoir de ce qui se déroule dans le monde de la civilisation.

 Des adeptes de la course à pied incroyables, ils courent pour vivre, pour survivre. Au fil des années, ils se transmettent leurs gènes, leurs habitudes, leurs traditions qui en font des êtres uniques.

 Plusieurs s’accordent pour dire qu’ils représentent les gens les plus rapides sur notre planète. Mais que penser de leur endurance ?

 

Courir avec des sandales semblables, doit-on se poser des questions avec nos souliers haute technologie ?

 

On les retrouve au Nord du Mexique, dans la région de Sierra Madre, là où ils combattent l’altitude  en tout temps. Ils courent pieds nus ou avec des sandales de cuir très minces. Ils affichent un haut taux de timidité de sorte qu’ils parlent très peu aux étrangers. Discrets, ils fuient habituellement les visiteurs car ils n’apprécient pas tellement être vus ou dérangés.

 La course à pied se traduit par une source de joie permanente pour eux. En fait, ils utilisent ce moyen naturel afin d’évacuer les tensions, la haine, les maladies cardio-vasculaires, les périostites tibiales, là où il n’y a pas de meurtre, de guerre, de vol, de corruption, d’obésité, de pédophilie, d’hypertension, de diabète, de dépression.

 Grâce à des recettes qui pourraient faire lever les cheveux de la plupart des humains, ils résistent à la douleur et par conséquent, il devient possible de voir des personnes très âgées courir de longues distances !

 

La course à pied, un moyen de transport pour les membres de cette tribu.

 

Des produits à base de serpents et de cactus deviennent la coutume car ils adorent faire la fête à toutes les semaines jusqu’à tomber dans les vapeurs. Rapidement, ils possèdent la force nécessaire pour reprendre leurs activités sans que rien ne laisse présager des veilles exagérées.

 Souvent, on peut les apercevoir courir en poussant une petite balle jusqu’à épuisement. Inutile de préciser qu’en agissant de cette façon, ils atteignent un état de grâce qui les incite à vivre dans une sérénité exemplaire provoquant assurément l’envie de toutes les autres civilisations de notre planète.

 N’allez pas leur parler de nos courses avec des médailles, des chronos, des postes de ravitaillement, des festivités, etc. Ils ne veulent rien savoir de ces méthodes car à leurs yeux, la course à pied représente un art que l’on doit respecter, tellement elle procure des sensations nécessaires à une vie paisible et intéressante.

 

Ils sont vraiment dans leur monde.

 

Impossible pour nous de suivre les Tarahumaras, tant sur le plan athlétique que dans la vie de tous les jours. Ils naissent dans de telles conditions que nous ne pourrions tolérer bien longtemps considérant tout le confort et les plaisirs dont nous pouvons profiter.

 Or, ne vous inquiétez pas, ils ne nous envient aucunement et justement, ils prennent les moyens pour s’éloigner de notre monde car on a l’impression qu’ils tiennent à préserver ce que leurs ancêtres ont construit antérieurement.

 Je dirais que les Kenyans ressemblent un peu à cette tribu mais de façon plus moderne. Les Tarahumaras fascinent et ils doivent obligatoirement poursuivre leur tradition afin de préserver l’équilibre sur notre terre. (Source : Le Point, Nathalie Lamoureux)