Des coureurs nous font parfois sourire. Pour terminer 2017 dans la joie et le bonheur, quoi de mieux qu’un événement particulier. Voilà ce qu’on a vécu il y a quelques semaines lors de la présentation de la 35e édition du marathon de Jacksonville en Floride.

 Parlons de Mick Lacofano, 19 ans.

 Qui est-il ?

 Un parfait inconnu. Effectivement, sauf que depuis qu’il a décroché les grands honneurs de cet événement, disons qu’il s’est fait plusieurs amis.

 Pourquoi ?

 Bon. Son temps de passage de 2h18:39 se veut des plus intéressants. Un chrono qui est venu bien près de fracasser le record du parcours. Vous me direz que ça ne vaut pas la peine de s’y attarder. Vous avez raison.

 

Courir pieds nus, c'est une normalité pour Apryl Sabadosa (à gauche)

 

Or, ce que l’on doit retenir de cette participation, c’est la présence du papa, Michaël, âgé de 49 ans. Lui, il a tout chambardé. Le 6e rang de ce dernier au classement général confirme que fiston suit admirablement bien les traces du paternel. Une performance père-fils qui a épaté la galerie puisqu’elle se retrouve dans les hauteurs du classement de ces duos sur le plan de la performance en Amérique. Quand même !

 Considérant l’âge des deux athlètes, on doit reconnaître que les étoiles devaient vraiment s’aligner pour arriver à un tel rendement. Surtout que c’est fiston qui a ravi les grands honneurs.

 Du côté féminin, nullement question d’être laissé pour compte.

 

Jacksonville, un marathon modeste où la dernière édition fut particulière.

 

Diplômée de l’université du Kentucky et originaire de Westfield dans le Massachussetts, Apryl Sabadosa de Medina en Ohio a signé le premier échelon, un 3e gain en carrière sur cette distance, avec un temps de 2h53:27. Et puis après ?

 Le marathon, elle l’a couru pieds nus !

 Ce n’était pas la première fois qu’elle s’impliquait de la sorte sans souliers puisqu’elle s’est déjà présentée au marathon de Boston dans des conditions identiques.

 J’ose croire qu’elle retrouve une facilité et une sensation agréable, à condition bien sûr qu’elle regarde attentivement où elle dépose ses pieds. Je veux bien comprendre qu’elle a su s’acclimater au fil du temps mais on doit considérer le risque de franchir un parcours urbain ou rural sans aucune protection.

 Source: Brian Brochet

Je vous dis un énorme MERCI pour votre fidèlité et la confiance que vous m'apportez.

 

Force est d’admettre qu’elle économise des sous sur l’achat de souliers…. et de bas !

 Un total de 2500 participants pour l’ensemble de cette journée et seulement 583 coureurs pour le 42km. Une compétition de moindre envergure mais qui aura permis de vivre des moments exceptionnels.

 En terminant, je profite de l’occasion pour vous souhaiter une Bonne et Heureuse Année 2018. Santé et plaisir à courir et surtout l’appréciation de réaliser le privilège que vous disposez et que la vie vous accorde.

 Un énorme MERCI pour votre fidélité à me lire à chaque semaine. Grâce à votre intérêt, je retrouve la motivation et la joie de rencontrer des gens uniques avec leurs histoires captivantes qui viennent agrémenter mes interventions.

 Continuez de prendre un soin précieux à préserver votre santé et à offrir un exemple parmi votre entourage.

 Je vous aime.