Jadis, je le contrôlais.

 Je me disais que pour une 4e présence là-bas, l’affaire était ketchup !

 Déjà qualifié par les experts comme étant un marathon de fou, cette fois-ci, j’ai dû payer la note. Catastrophique ! J’entendais ma mère me souffler dans mon esprit de ne pas abuser, qu’aujourd’hui, il fallait passer outre.

 Comme d’habitude depuis son décès, ma camisole arborait sa photo. J’ai posé ma main dessus et je lui ai dit : «OK maman, tu as raison, je vais prendre les moyens pour contrôler la situation ».

 

Épuisés, il fallait bien retrouver le sourire pour la postérité !

 

Dans les derniers milles,  les jambes ne poussaient plus. Les énormes pentes des Montagnes Vertes, je les regardais avec frayeur. J’ai dû les marcher, pas le choix. Pour descendre, tout allait pour le mieux.

 Un marathon de misère et misérable. Mon ami Patrice Albert m’accompagnait. Une première pour lui au Vermont. À mi-parcours, je constatais son surplus d’énergie. Je lui ai dit de partir. Je me sentais mal à l’aise de le ralentir. Hésitant, il a fini par comprendre mon inconfort.  Son chrono fut de 20 minutes inférieur au mien ! Combien fier pour Patou !

 Ce marathon se veut exceptionnel par sa beauté, ses décors à couper le souffle et bien sûr, son extrême difficulté. Par conséquent, sur 300 inscrits, on constate que les participants arrivent de différents états américains et certains, très lointains.

 

Source: Patrice Albert

Seulement 300 coureurs étaient inscrits à ce marathon et 247 ont terminé. Le dernier aura pris 8h07 pour franchir la distance !

 

J’en ai croisé un qui arrivait de l’Oklahoma. Il souffrait le martyre mais savait avant le départ qu’il allait traverser ce genre de passage. Il m’a demandé ce que je pensais de la folie de Trump ? Rapidement, je lui ai répondu que je ne disposais d’aucun commentaire à ce sujet, tout en lui faisait un beau sourire. Il n’a pas insisté.

 Honnêtement, je ne me souviens pas d'avoir traversé un 42km aussi ardu. J’ai de nouveau refait connaissance avec l’état de souffrance. Vous savez, quand arrive le temps d’utiliser vos dernières ressources physiques lors d’une telle expérience, quand votre cerveau s’enligne parfois vers des aspects souvent inexplorés.

 Un tel voyage provoque des réflexions et des sensations qui viendront modifier votre vision de la vie et de l’être humain. Je vivais ce sentiment une autre fois et je me suis dit que finalement, courir un marathon pouvait me servir à améliorer mon attitude en général après avoir dispensé un effort aussi suprême.

 

Source: Patrice Albert

Petite balade dans la ville de Montpelier la veille, nous ignorions ce qui nous attendait le lendemain !

 

Après quatre présences à Waitsfield, je ne crois plus y retourner. Il vient de me servir toute une leçon et dorénavant, il n’a plus besoin de me revoir. En blague, mon confrère m’a dit une fois que nous reprenions nos esprits après avoir franchi le fil d’arrivée : « Faut vraiment pas avoir beaucoup à faire pour venir courir ici, un dimanche ! »

 Difficile de comprendre que peu de Québécois(es) y participent car il est à seulement 2h30 de Montréal ! Le fait qu’il soit en juillet et sa grande difficulté sont  certes des éléments qui viennent décourager les adeptes.

 Quand Bart Yasso, 62 ans, membre du magazine Runner’s World depuis 1987, termine avec un temps de 5h59 :15, ça vous donne une bonne idée de la complexité du parcours.

 

Source: Patrice Albert

 

 

Il ne manquait que les jumelles du film Shining au bout du couloir !

 

En terminant, je dois vous raconter une petite anecdote. Lorsque nous avons mis les pieds dans notre hôtel à Montpelier et que nous avons pris la direction de notre chambre, nous sommes arrivés  dans un long couloir recouvert d’un tapis rouge. Immédiatement, j’ai songé au film Shining, l’enfant lumière,  vous savez la séquence où l’on aperçoit justement les deux jumelles au fond d’un couloir !

 Ce fut l’unique moment de ce séjour où j’ai ressenti un p’tit frisson !

 

 Statistiques de mon 87e marathon

 

Temps : 4h37 :46

Classement  général : 130 sur 240

Classement catégorie d’âge : 4e sur 10

 

Prochain marathon: Gaspé le 18 août