Par Martin Fournier

Dans moins d’une semaine, soit samedi le 19 mai au Air Canada Center de Toronto, Badou Jack « The Ripper » se mesurera finalement au champion WBC des mi-lourds, Adonis « superman » Stevenson. À noter que Jack en sera à son sixième combat de champion du monde et à son deuxième chez les mi-lourds et il pourrait être sacré pour une troisième fois en carrière champion du monde. Apprenons à mieux connaître le résidant de Las Vegas d’origine gambienne et suédoise.

Un parcours d’envergure chez les amateurs

Âgé de 34 ans, il a participé aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008 en étant notamment le porte-drapeau de la Gambie. À noter qu’il fut toutefois éliminé au premier tour chez les poids moyens par l’indien Vijender Singh qui a remporté par la suite la médaille de bronze. Chez les amateurs, Badou Jack a livré un total de 175 combats, il a récolté 150 victoires et subit 25 défaites. De plus, il a été champion national de la Suède de 2004 à 2008.

Déjà cinq combats en championnat du monde

Badou Jack a fait ses débuts chez les professionnels en 2009. Après cinq combats en Suéde et en Finlande, il a migré vers les États-Unis. Il a fait son apprentissage progressivement en se battant à quinze reprises chez l’Oncle Sam avant d’avoir sa champion pour un titre mondial. Il est devenu champion de la WBC en avril 2015 suite à une victoire majoritaire aux dépens de l’américain Anthony Dirrell. Fait à noter, Dirrell était invaincu avant ce combat et avait une fiche de 27 victoires dont 22 par KO. En septembre 2015, il a défait le Britannique George Groves par décision partagée. Depuis, il a défait Lucian Bute par disqualification; un verdict nul contre James DeGale et une victoire par TKO contre le britannique Nathan Cleverley en août 2017 en sous carte de Mayweather-McGregor.

Au total, il détient une fiche de 22 victoires dont 13 par KO, deux verdicts nuls, l’un contre Marco Antonio Periban en septembre 2013 et l’autre face à James DeGale en Janvier 2017 et une défaite survenue par TKO au premier round en février 2014 contre à Derek Edwards. À noter qu’Edwards avait perdu par KO au 3e round face à Adonis Stevenson en avril 2011 au Centre Bell. Depuis sa victoire contre Jack en 2014, Edwards a perdu ses cinq derniers combats contre les boxeurs suivants :Andre Dirrell; Gilberto Ramirez; Erik Skoglund; Lolenga Mock et Avni Yildirim.

Sur l’ensemble des 147 rounds disputés en carrière, Jack détient un pourcentage de KO de 52%. À noter qu’il est invaincu à ses sept derniers combats. Au niveau contractuel, il appartient au promoteur américain Floyd Mayweather. Il est actuellement entraîné par l’ancien champion du monde chez les mi-lourds de la WBA de 1980 à 81, Eddie Mustafa Muhammad qui a entraîné plusieurs champions du monde au cours de sa carrière dont les Chad Dawson; Johnny Tapia; James Toney et Zab Judah.

Les forces et faiblesses de Badou Jack « The Ripper »

Analysons de plus près les habiletés pugilistiques du droitier de 34 ans. Au niveau de l’offensive, Il possède une bonne droite. Sa force de frappe n’est pas à sous-estimer bien au contraire. Son jab est excessivement rapide et précis tout en variant bien ses coups à la tête et au corps. Il coupe bien le ring en mettant de la pression sur ses adversaires ayant pour effet de les faire reculer constamment et de les épuiser. Il aime aussi boxer à l’intérieur. Toutefois, face à Stevenson, il devra se méfier de sa puissance. De plus, Badou Jack est aussi efficace en contre-attaque.

En défensive, il n’est pas très mobile et est assez prévisible en restant devant son adversaire pouvant servir de bonne cible à Stevenson. Il a un style qui ressemble un peu à l’ancien champion du monde IBF des mi-lourds, Glen Johnson. Il se protège bien en gardant les mains hautes. Il devra toutefois se méfier du puissant crochet de gauche de Stevenson, coup de prédilection du champion. Au niveau de sa capacité à encaisser, il a su composer avec la puissance de ses adversaires au cours de sa carrière notamment contre George Groves qui est reconnu comme un bon cogneur des super-moyens. Il a bien composé avec la puissance du gaucher sans broncher. Toutefois, il n’est pas infaillible, sa défaite par KO contre Derek Edwards en 2014 a été marquante et il se battra pour une deuxième fois chez les mi-lourds et cette fois-ci contre un puissant cogneur qu’est Adonis Stevenson. Il devra alors se méfier continuellement de la puissance du champion qui pourrait mettre fin aux hostilités à tout moment.

En matière d’expérience, il en sera donc à son 26e combat chez les professionnels et à son sixième combat en championnat du monde contre dix pour Stevenson. En cinq combats de championnats du monde, il possède une fiche de 4 victoires et une nulle. Bon combat à tous, finalement il était temps que ce combat ait lieu.

Pour en apprendre sur le monde de la boxe, visitez 12 Rounds. ca