Maxime Comtois, Jesperi Kotkaniemi et Cody Parkey ont fait la une des médias dans les derniers jours. Pour vous mettre en contexte voici la situation de chaque athlète.
 
Maxime Comtois, capitaine de la formation canadienne au championnat mondial de hockey junior U20, a « raté » un lancer de pénalité en prolongation contre la Finlande qui l’a finalement emporté éliminant par le fait même le Canada.
 
Jesperi Kotkaniemi, joueur de centre des Canadiens de Montréal, a accidentellement chuté sur la glace avec Elias Pettersson des Canucks de Vancouver, imposant ainsi une blessure non intentionnelle au genou de ce dernier.
 
Cody Parkey, botteur de ballon pour les Bears de Chicago, a raté son botté de placement dans un match éliminatoire contre les Eagles de Philadelphie qui se sont sauvés avec la victoire.
 
Qu’ont-ils en commun ? les trois athlètes ont été victime d’attaques virulentes sur les réseaux sociaux, notamment sur les plateformes Instagram et Twitter. Ce qui m’amène aujourd'hui à relancer la discussion sur la cyber-intimidation dans le monde du sport. 
 
Je tiens à préciser que l’intimidation sous toutes ses formes ne devrait jamais être passée sous silence et encore moins être tolérée. Le sport soulève des émotions fortes et parfois on se surprend sois-même lorsque l’on vit pleinement l’intensité de celles-ci. Automatiquement, lorsqu’on est « partisans » d’une équipe ou même d’une vedette on a envie de s’exprimer, de donner notre opinion sur les victoires, les défaites, les performances etc. Je suis entièrement d’accord avec la liberté d’expression, mais il y a une ligne à ne pas franchir. Porter préjudice à une personne c’est déplorable, mais se cacher derrière un écran anonymement pour écrire des propos irrespectueux c’est totalement inacceptable. 
 
I'm only human after all
Don't put your blame on me
 
Malheureusement, trop souvent on oublie que les athlètes professionnels sont avant tout des HUMAINS. Eux aussi ont des émotions et des sentiments et ce n'est certainement pas à prendre à la légère. N’allez pas croire qu’ils ne lisent pas ce qui est écrit dans les journaux ou sur les réseaux sociaux, en fait ils sont beaucoup plus au courant que ce qu’on pourrait penser.
 
« I hope you get HIV you french f* »
« You s*»
« You’re such an embarrassment for the team we should trade you f* l* »
 
Voilà ou nous en sommes en 2019. Sans limite, sans gêne et sans conscience. Certains internautes attaquent les athlètes sur les réseaux sociaux comme des bêtes de cirque. Le sport soulève les passions surtout lorsqu’on devient émotionnellement impliqué dans le moment, mais ce n’est pas une raison justifiée pour envoyer une vague de haine à un joueur. La minorité de gens qui se disent « partisans » et qui osent écrire de telles atrocitées sur le web sont ceux qui changeraient leur fusil d’épaule du jour au lendemain si l’équipe avait gagné. Le joueur disgracié serait le héros et personne n’en parlerait aujourd’hui.
 
C’est déplorable pour ces athlètes qui font le sport qu’ils aiment. Je suis convaincue qu'aucun joueur n’est heureux lorsqu’il se sent responsable de la défaite de son équipe. Ils en ont déjà plein la conscience. Certains vont dire qu’ils n’en ont absolument rien à faire puisqu’en bout de ligne ils sont pleins aux as ou qu’ils vont s’en remettrent puisque de toute façon ils ont accès à bien plus d'aide que monsieur, madame tout le monde. Oui peut-être bien, mais ce sont des joueurs qui avant tout sont passionnés de leur sport, assez pour dédier leur vie entière et faire tout les sacrifices qui viennent avec.
 
Si vous pensez que les conséquences sont moindres c’est loin d’être le cas. Pensez à ce joueur en question, à un Maxime Comtois à son prochain tir de pénalité ou à un Cody Parkey à son prochain botté. Peut-être qu’ils ne seront plus jamais les mêmes joueurs, personne ne peut prévoir à quel point ils seront affectés pour la suite des choses. Une confiance c’est facilement ébranlable et en une fraction de seconde la vie de cette personne peut être bouleversée. Mettez-vous à leur place, vous êtes déjà rongé par la culpabilité, vous sentez le poids de la défaite sur vos épaules et puis vous voyez environ une centaine de gens en colère contre vous qui vous suggèrent de mettre fin à vos jours ou encore se permettent de juger la personne que vous êtes, votre langue, votre couleur etc. Ils pensent tout connaître sur le sport que vous pratiquez depuis l’enfance, ca fait mal n’est-ce pas ?
 
C’est triste et personnellement ca me brise le coeur de voir ça. Même s’il s’agit d’une minorité d’internautes en tort je n’arrive pas à comprendre comment ils peuvent infliger des propos d’une cruauté immonde sans avoir de remord. Je le répète encore ce sont des humains. Oui ils sont payés à faire ce qu’ils aiment et oui en revêtant le chandail de leur équipe chaque soir ou de leur pays ils acceptent la pression qui vient avec, mais il y a une différence entre la pression exercée par les partisans et le respect d’autrui. La dernière semaine dans le monde du sport m’a vraiment choquée et je ne suis pas la seule. Malheureusement suite à ces incidents, Comtois a dû restreindre la section commentaires de son compte Instagram même chose pour Cody Parkey au lendemain de la défaite crève-coeur face aux Eagles. 
 
Bref, le meilleur conseil que j’aurais à donner de partisans à partisans, s’il vous plaît, pensez avant d’écrire, pensez avant de vous cacher derrière votre écran de téléphone ou d’ordinateur pour foudroyer quelqu’un de propos injurieux. L’intimidation n’a pas sa place dans aucun cas et cela incluant le sport. Ca pourrait être un proche, un ami et même votre enfant qui en sera victime un jour ! Soyez respectueux même si vous êtes fâché et rappelez-vous que ce ne sert à rien de tourner le fer dans la plaie!