Boxe Canada a dévoilé il y a un mois  l’équipe qui représentera le Canada aux Championnats du Monde féminin AIBA 2018, qui se dérouleront du 15 au 24 novembre à New Delhi en Inde. Six Canadiennes, dont quatre athlètes du Québec, prendront part au tournoi international. Rappelons que chaque édition des mondiaux alterne entre les hommes et les femmes, et la dernière édition féminine remonte à mai 2016.

51 kg   Sara Haghighat-Joo (Guelph, ON)

57 kg   Sabrina Aubin (Saint-Jean-sur-Richelieu QC)

60 kg   Caroline Veyre (Montréal, QC)

69 kg   Myriam Da Silva (Chambly, QC)

75 kg   Tammara Thibeault (Montréal, QC)

81 kg   Marija Curran (Ottawa, ON)

« Depuis le début de l’année 2018, nos athlètes connaissent de bons succès lors de tournois internationaux, ce qui nous permet de penser qu’il serait possible de voir certain de nos athlètes atteindre la ronde des médailles à Delhi », mentionne Daniel Trépanier, directeur Haute Performance de Boxe Canada.

« Les Championnats du monde sont une opportunité de démontrer nos talents dans le ring face aux meilleures boxeuses du monde et je sais que mon entraînement et ma préparation vont être récompensés. Je me suis fixé des objectifs importants et je suis prête à les réaliser », affirme pour sa part Caroline Veyre, championne aux Jeux panaméricains 2015 et médaillée d’argent aux Championnats Continentaux 2017.

Voici un coup d’oeil sur les Québécoises :

Sabrina Aubin – 57 kg

Âgée de 34 ans, Sabrina Aubin a découvert le noble art à 21 ans. C’est le film « Million dollar baby » et une blessure au genou qui l’ont amené à passer du basketball à la boxe. Depuis 2014, la protégée de Danielle Bouchard au club BoxeMontréal.com domine la scène canadienne chez les 57 kilos. Évidemment, la kinésiologue de formation a eu l’opportunité de se faire valoir à l’internationale.

Avec plus de 90 combats amateurs, la boxeuse originaire de Saint-Jean a remporté des tournois un peu partout sur la planète. Elle s’est notamment illustrée à Argenteuil en France en 2015 en remportant ses trois combats et la médaille d’or du tournoi Montana. Quelques mois plus tard, Sabrina obtient la même récompense aux Ringside aux États-Unis en dominant une Américaine puis une Russe.

L’année suivante, elle se rend aux mondiaux à Astana au Kazakhstan. Elle domine la représentante de l’Ouzbékistan en ouverture du tournoi, puis elle s’incline en huitième de finale contre la boxeuse originaire de l’Azerbaïdjan. Soulignons aussi qu’en 2017 elle remporte une médaille d’argent lors des Continentaux au Honduras et une médaille de bronze lors d’un tournoi en Bulgarie. En 2018, elle a remporté le bronze aux Jeux du Commonwealth.

Caroline Veyre – 60 kilos

Après avoir remporté la médaille d’or aux panaméricains de Toronto en 2015, la Montréalaise d’origine française était un espoir de qualification olympique légitime, malheureusement elle s’est inclinée dès son combat d’ouverture lors des qualifications en Argentine face à la boxeuse américaine.

Après avoir vécu les olympiques de Rio comme spectatrice et partenaire d’entraînement à Mandy Bujold et Ariane Fortin, Caroline, qui est âgée de 30 ans, souhaite transformer cette expérience en outil de motivation pour ces mondiaux. L’an dernier, elle a vengé sa défaite face à l’Américaine et elle a décroché des médailles d’argent aux Continentaux au Honduras et lors de tournois en Irelande et en Bulgarie.

Myriam Da Silva – 69 kilos

Myriam Da Silva a débuté sa carrière sportive au soccer à l’âge de 10 ans et à 12 ans, elle était une joueuse élite. Elle a joué au soccer pendant une décennie et avait l’intention de faire l’équipe nationale olympique, mais les blessures l’ont forcée à revoir ses plans. Elle s’est inscrite à un cours de cardioboxe à l’université et a immédiatement développé un goût pour la boxe. Au hasard, un entraîneur de boxe est entré dans le magasin où elle travaillait à l’époque, et lui a demandé si elle avait déjà envisagé d’essayer la boxe compétitive. Au début, Myriam était hésitante mais après deux semaines de réflexion, elle s’est inscrite dans un club de boxe et elle a fait ses débuts en ring six mois plus tard.

C’est dans un journal que sa mère et elle ont trouvé son entraîneure de boxe actuelle, Danielle Bouchard. Myriam est devenue sérieuse au sujet de la boxe, mais ce n’est qu’après sa première compétition aux gants d’argent qu’elle a informé ses parents. Pour Myriam, la boxe n’est pas un sport violent; il est question de discipline et c’est ce qu’elle inculque aux jeunes boxeurs.

Myriam Da Silva se voit devenir une boxeuse élite et son rêve est de participer aux Jeux olympiques. En plus de la boxe, elle est diplômée en éducation et en adaptation sociale de l’UQAM.

Championne canadienne 2018, la boxeuse de Chambly a obtenu le bronze au Balkan Tournament (2016) et l’argent aux Continentaux de 2014, au Mexique. Elle en sera à sa première participation à des mondiaux.

Tammara Thibeault – 75 kilos

Après les longs règnes d’Ariane Fortin et de Mary Spencer, c’est la boxeuse de Shawinigan Tammara Thibeault qui a pris la relève chez les 75 kilos. Âgée de seulement 21 ans, elle a remporté le titre de championne canadienne junior en 2014, puis elle a démontré qu’elle était réellement la relève en mettant la main sur les gants dorés canadiens en juillet 2014, et ce, malgré qu’elle n’était alors âgée que de 17 ans.

Depuis le printemps 2016, elle a gagné sa place au sein de l’équipe nationale en remportant les championnats canadiens cette année-là ainsi que ceux de 2017. Sur la scène internationale, elle se frotte déjà à d’excellentes boxeuses. À travers différentes compétitions, elle est montée dans le ring avec les représentantes de la Chine (3e au monde), la Russie (9e au monde), l’Irlande (20e au monde) et de l’Australie.

En juin 2017, l’étudiante en linguistiques à l’université, qui complète aussi deux mineurs en Mandarin et en Espagnol a remporté le titre de championne continentale après avoir dominé la Panaméricaine et l’Américaine. Comptant près de 40 combats amateurs, Tammara a remporté le bronze aux Commonwealth en 2018.