Depuis un peu plus d'un an, il faut se demander ce qui est arrivé à l'attaquant Bryan Rust, des Penguins de Pittsburgh, car il se prend pour Sidney Crosby !
 
En effet, après avoir connu un début de saison vraiment misérable en 2018-2019, ne pouvant faire mieux qu'un rendement de 1-6-7 avec un différentiel de moins quatre dans ses 29 premiers matchs disputés du 4 octobre au 10 décembre 2018, il a littéralement explosé par la suite, ayant eu un rendement de 17-11-28 avec un différentiel de plus 14 dans ses 43 derniers matchs joués du 12 décembre 2018 au 6 avril 2019.
 
 
Par contre, il n'avait pas été en mesure de poursuivre sur cette lancée dans les séries éliminatoires, ayant été rayé de la feuille de pointage (0-0-0) avec un différentiel de moins quatre dans la défaite en quatre rencontres de la première ronde, face aux Islanders de New York.
 
Il est plus explosif que jamais en cette saison 2019-2020 !
 
Dans la présente saison, il est plus en feu que jamais, ayant un excellent dossier de 21-22-43 avec un différentiel de plus 16 en seulement 35 matchs, lui qui domine son équipe pour les buts marqués (21), un de plus que Jake Guentzel, qui en totalise 20 en 36 rencontres et qui ratera le reste de la campagne. Dans le cas de Rust, il a raté plusieurs rencontres (14) et cela donne encore plus de lustre à sa fiche en attaque.
 
Globalement, cela lui fait un rendement de 38-33-71 avec un différentiel de plus 30 dans ses 78 derniers matchs réguliers disputés depuis le 12 décembre 2018, cela représentant une moyenne de tout près d'un point par match (0,910).
 
Il n'avait jamais marqué 20 buts en une saison même dans les mineures !
 
Sa production de 21 buts est plus que surprenante, car avant la présente saison, il n'avait jamais été très productif, même dans toutes ses saisons dans le hockey mineur ou la Ligue américaine de hockey, sa meilleure production ayant été celle de la saison 2013-2014, alors qu'il avait fait mouche 17 fois en 40 rencontres avec les Fighting Irish de l'Université Notre-Dame dans la CCHA.
 
Dans sa seule saison dans la Ligue américaine de hockey, il avait eu un dossier de 13-14-27 en 45 matchs, avec les Penguins de Wilkes-Barre-Scranton, en 2014-2015.
 
Son réveil est survenu après sa plus longue léthargie en carrière !
 
Cette surprenante volte-face a débuté le 12 décembre 2018, alors qu'il avait marqué trois buts, dans un revers de 6-3, face aux Blackhawks de Chicago, au United Center, lui qui n'avait pas marqué lors de ses 21 matchs précédents (0-4-4), ce qui représentait la plus longue disette de toute sa carrière !
 
Rust, qui aura 28 ans le 11 mai prochain et qui fut le 2e choix des Penguins, le 80e au total du repêchage de 2010, a mis du temps avant d'exploser, car il avait eu un dossier de 1-1-2 en 14 matchs en 2014-2015, de 4-7-11 en 41 matchs en 2015-2016, de 15-13-28 en 57 matchs en 2016-2017, de 13-25-38 en 69 matchs en 2017-2018 et de 18-17-35 en 72 matchs l'an dernier.
 
Il a été un excellent joueur de soutien dans les deux conquêtes de la Coupe Stanley de 2015-2016 (fiche de 6-3-9 en 23 matchs) et de 2016-2017 (7-2-9 en 23 matchs).
 
Il est difficile de prédire si Rust va terminer au premier rang de l'équipe pour les buts marqués cette saison, mais c'est une possibilité, car outre Guentzel qui est blessé, c'est Evgeni Malkin qui est celui qui le suit, ayant 15 buts en 35 matchs. 
 
Il tentera de poursuivre sur son excellente lancée, en affrontant ce soir, les Flyers de Philadelphie, au Wells Fargo Center, une équipe qui est impliquée dans une très chaude lutte pour une participation aux séries éliminatoires et contre laquelle il présente un dossier à vie de 2-3-5 en 12 rencontres régulières.
 
Quand on dit qu'un joueur connaît la meilleure saison de sa vie, c'est vraiment le cas pour Bryan Rust.