À l’initiative de Don Majesky, agent-négociateur influent et du promoteur d’Eye of Tiger management, Camille Estephan,  feu Régis Lévesque pourrait faire son entrée parmi les immortels de la boxe en 2021 à titre posthume. Quel honneur en soi ça serait pour la mémoire du natif de Saint-Angèle de Laval, près de Bécancour, qui a vu le jour le 8 juillet 1935. Il a commencé sa carrière de promoteur au début des années 60 à Trois-Rivières après une brève carrière en boxe amateur et chez les professionnels. En 1962, il obtient un premier succès avec la promotion du combat entre Robert Cléroux et Jim Wiley au Colisée de Trois-Rivières, événement à guichets fermés. Le reste appartient à l’histoire. Une carrière qui s’est échelonnée sur cinq décennies jusqu’en 2007 officiellement avec la promotion du combat entre Davey Hilton et Adam Green, le 1er mai 2007 à l’aréna Maurice-Richard. Jusqu’à son dernier souffle, même s’il ne promotait plus comme disait Régis, il est toujours resté promoteur dans l’âme jusqu’à la fin. Il était unique en soi. Il a marqué le monde de la boxe québécoise et ne sera jamais oublié et pour cette raison, son admission au Temple de la renommée de la boxe internationale pourrait se concrétiser en 2021 ou dans les années suivantes. Il pourrait à cet effet rejoindre les Jack Delaney; Lou Brouillard; Arturo Gatti et Guy Jutras, seuls québécois ayant reçu pareil honneur.

 

Au cours de ses cinq décennies de promotion, outre Robert Cléroux, il fut associé à la carrière de plusieurs boxeurs dont les Donato Paduano; Fernand Marcotte; Jean-Claude Leclerc; Gérald Bouchard; Eddie Melo; Gaétan Hart; Mario Cusson et la famille Hilton pour ne nommer que ceux-là. Il priorisait davantage la promotion de galas locaux qui ont marqué les années 70 et 80 principalement au Centre Paul-Sauvé et au Forum de Montréal. Des années tout simplement inoubliables pour tout amateur de boxe. Bien que très jeune à l’époque, je garde des souvenirs mémorables des galas du mardi soir au Centre Paul- Sauvé. Qui ne se rappelle pas de son projet en 1985 d’organiser un combat entre les poids lourds Robert Cléroux et l’ancien champion du monde, Joe Frazier, dans un avion militaire qui aurait réuni plusieurs centaines de journalistes. Surréaliste en soi ! On vous aimait comme çà Monsieur Lévesque puisque vous étiez authentique avec un grand A.

 

À ne pas en douter, il aura marqué sa profession et la boxe québécoise à tout jamais en raison de sa personnalité; de ses qualités humaines et de sa vision. Tous les boxeurs vous le diront, il a bien pris soin de ses boxeurs durant ces années. Reposez-en paix Monsieur Lévesque, je ne vous oublierai jamais. En espérant que vous allez rejoindre les immortels de la boxe au Temple de la renommée internationale de la boxe. Vous le méritez en vertu de vos cinquante années de promotion du noble art. Merci pour votre contribution inestimable.

 

Source : Régis Lévesque : mes 50 ans de promotion en province et ici.radio-canada.ca/sports : 28 octobre 2020.