Hier, j’ai écouté la conférence sur le rebranding. Bon, nous étions au courant du changement de nom depuis un bout de temps. Malgré tout, le deuil n’était pas commencé, comme si j’espérais un miracle, un retournement de situation.

 

J’ai écouté la conférence de presse pour écouter leurs arguments, connaître leur motivation. Je suis capable de comprendre, mais donnez-moi quelque chose de concret, pas des mots vide. Constat : échec sur toute la ligne. Des arguments bidon, voire contradictoire n’auront fait que me refouler dans ma première impression : quelle mauvaise idée.

 

Évidemment, vous pourrez dire que je n’ai pas la culture du football qui coule dans mes veines et vous auriez raison. Pourtant, j’aime le socer… football… J’y suis mes enfants depuis huit ans maintenant, m’impliquant dans les équipes, mais aussi dans l’organisation. J’aime l’impact et ce qu’il représente pour moi. Même de loin, je le suis dans son évolution constamment. Maintenant que mes enfants sont plus vieux, il était plus facile d’aller au stade au moins une fois par année, ce que je faisais depuis deux ans, excepté Covid. Mais là, je n’en suis pas convaincu.

 

En fait, j’essais encore de comprendre l’objectif derrière ce changement de nom. Gilmore a dit vouloir démontrer notre unicité en utilisant le mot « foot » au lieu de football. Mais à la base, Impact Montréal Football club était unique et pas un frein pour obtenir des joueurs élites, preuve à l’appui. Et puis, nous avions déjà le FC dans le nom…

 

Justin a dit ceci : Bonjour je suis l’impact, ça ne veut rien dire, mais que bonjour je suis Montréal, là c’est évocateur… Vraiment ? J’ai de la difficulté avec ce genre de commentaire, celui qui affecte mon intelligence. Peut importe le nom, tu choisis comment tu te présentes.

 

Si on cherche à s’internationaliser, je dis assume-toi! Prend le nom comme il faut. Si tu ne veux plus impact, soit, mais dit Football, pas juste foot. Car pour moi, ça ne fait pas plus professionnel de cette façon. D’ailleurs, j’aimerais qu’on m’explique pourquoi Impact créait un frein ou était un si gros problème.

 

Une chose est certaine, CFM, ce n’est pas beau et ne m’évoque pas un club de football. Lorsque j’ai vu les chandails, j’ai pensé à une marque de linge. Après tout, c’est peut-être ça l’objectif : vendre de la marchandise neutre qui peut être porté n’importe quand. Mais le downside est que personne ne le remarque et ta marque passe sous le silence.

 

Évidemment, le logo divise les gens du Québec. Pour ma part, je l’ai détesté au premier regard. Froid. Quelconque. Sans saveur. Sombre. L’explication de tous les détails est bien faite, mais le logo manque son but : unir. Il créer une barrière entre Montréal et le reste du Québec. Loin de Montréal, je ne me sens plus interpellé, impliqué.

 

La fleur de Lys qui représente notre belle province à été mis de côté, probablement une première étape avant de l’enlever complètement. Le reste, ressembler à une île concentre les efforts vers Montréal, pas le Québec. Il parle de gaulois comme analogie, mais ils excluent le Québec… Il me semble que d’intégrer le flocon de neige était une bonne idée, mais qu’ils ont pris la mauvaise direction. Surtout quand on pense qu’ils ont travaillé sur ce modèle pendant deux ans.

 

D’ailleurs, les couleurs sont… juste fade. Je préférais le blanc au gris. Le bleu du Québec ne rassemble plus, il forme désormais une barrière. Et je n’embarquerais pas dans le nom des couleurs choisi.

 

Déjà, différents logos ont été sorti par des fans, sur le même modèle, mais qui fait un peu plus tape à l’œil. Le problème il est là : je ne suis pas capable à m’attacher à ce logo. Pas du tout.

 

À chercher à plaire au reste du monde, l’équipe de conception à oublier son mandat principal : Plaire à son public de base, c’est-à-dire, ici au Québec. J’espère que le CF Montréal trouvera plein de nouveau fan dans le monde, enfin pour remplacer ceux qu’ils vont certainement perdre. Présentement, ils vont devoir travailler pour me regagner, car j’ai déjà mal à voir lire ce que je lis ailleurs qu’au Québec sur le flocon…

 

Donc, hier j’ai eu l’impression que les arguments ont été trouvé après la conception, au lieu d’avant. Que les arguments servaient à justifier les plaintes qui ont suivi les fuites. D’ailleurs, c’est assez bizarre ces fuites…

 

Maintenant, je suis en deuil de mon équipe de soccer/football. Reste à savoir si je suis prêt à embarquer dans ce nouveau projet qu’on m’a si mal vendu….

 

Prière, expliquez-vous si vous laissez un commentaire. J’aimerais des discussions constructives, même si nous ne sommes pas d’accord 😊

Merci