Le second affrontement de la saison entre les Eagles (6-6) et les Cowboys  (7-5) aura lieu en fin d’après-midi, dimanche. Déjà, les réseaux d’information américains parlent d’un match crucial pour les Eagles. Une défaite serait catastrophique pour les champions en titre. À l’inverse, une cinquième victoire de suite des Boys assurerait pratiquement ces derniers du championnat de la division Est de la Conférence Nationale. Mais au-delà du match en tant que tel, la rivalité entre ces deux équipes est très intense. Les deux équipes se vouent une haine viscérale depuis des décennies.

https://www.youtube.com/watch?v=HLJGrXQrUoE&feature=youtu.be

Tom Landry, Dick Vermeil, Roger Staubach, Ron Jaworski, Reggie White et Herschel Walker ont tous pris part à cette rivalité qui remonte à l’arrivée des Cowboys dans la NFL, en septembre 1960. Jimmy Johnson et Buddy Ryan se lançaient des insultes publiques. Sur le terrain, Micheal Irvin  se faisait toujours un devoir d’avoir ses meilleurs matchs face aux Eagles. Donovan McNabb faisait de même au début des années 2000. Et cette rivalité s’est transportée jusqu’à aujourd’hui. La rivalité est aussi bien  présente chez les supporteurs des équipes.

Jimm y John son a été entraîneur-chef à dallas de 1989 à 1993Source: STAR-TELEGRAM ARCHIVES
Légende: Jimm y John son a été entraîneur-chef à dallas de 1989 à 1993

Le match de dimanche sera disputé au A&T Stadium, à Arlington. Le public américain est friand de football. Mais cet amour prend des allures de fanatisme au Texas. Les supporteurs des Cowboys manifesteront chaque once de ce fanatisme qu’ils ont en eux pour encourager leurs favoris. On peut s’attendre à un match âprement disputé. L’enjeu est tel, qu’aucun joueur ne voudra être pointé du doigt pour avoir fait preuve de mollesse. Il n’y aura aucune demi-mesure, et les jeux seront épiés par les 90 000 spectateurs qui s’entasseront dans le temple de Jerry Jones!

Buddy Ryan a dirigé les Eagles de 1986 à 1990Source: Associated Press
Légende: Buddy Ryan a dirigé les Eagles de 1986 à 1990

Vanté par les médias américains comme étant ce quart-arrière de concession sur qui les Eagles bâtiront pour l’avenir, Carson Wentz devra prouver qu’il est bel et bien ce joueur. Ayant raté la fin de saison en 2017, et toutes les séries éliminatoires, Wentz voudra faire amande honorable. Il aura l’occasion de montrer, pour la première fois de sa jeune carrière, qu’il a l’étoffe d’être ce joueur de haut calibre. Cependant, il aura en face de lui l’une des meilleures défensives de la ligue. Dallas présente la septième défensive contre la passe. Au sol, les hommes de Jason Garrett arrivent en quatrième place.

Plusieurs joueurs seront à surveiller, mais si les Cowboys veulent gagner ils s’en remettront aux secondeurs Jaylen Smith et Leighton Vander Esch. Ce sont deux joueurs avec beaucoup de vitesse, qui pourraient embourber le jeu au sol des Eagles, déficient depuis la blessure de Jay Ajayi.

Maintenant, est-ce que Dak Prescott pourra réussir des jeux? Tout le monde connaît l’efficacité d’Ezekiel Elliott. Le porteur de ballon domine dans plusieurs catégories, et profitera de sa ligne offensive pour faire avancer l’attaque. Le jeu terrestre des cowboys amasse en moyenne 131,1 verges par match. Concernant Prescott, il dirige la 27e attaque aérienne. Est-ce que la défensive des Eagles, décimée par la blessure, sera à même de freiner Prescott? Les Eagles sont 26e contre la passe.

Étant donné que peu de gens s’attendent à un pointage élevé, il est possible que les petites choses viennent faire la déférence en bout de ligne. Le département des revirements est l’une de ces choses. Et qui dit  revirement dit avantage Dallas. Les Cowboys présentent une fiche de +2, alors que Philadelphie en arrache avec un -8.

En conclusion, les Eagles ont davantage besoin de cette victoire que les Cowboys. Une victoire des Eagles viendrait mettre du piquant de cette course aux éliminatoires. À l’inverse, si Dallas gagne, Philadelphia devra faire fort probablement une croix sur son rêve de remporter in deuxième Super Bowl de suite.