Après une pause d’un peu plus de deux semaines, les Canadiennes reprendront le collier en se rendant dans le sud de l’Ontario pour y affronter le Thunder de Markham le samedi 2 décembre et le Furies de Toronto le lendemain, le 3 décembre. Les montréalaises ont disputé seulement sept parties jusqu’à maintenant, le plus bas total dans la Ligue Canadienne de Hockey Féminin.

Lors de la visite du Kunlun RedStar, l’entraîneur Dany Demers faisait remarquer que le calendrier ne favorise pas le développement d’un momentum et d’une cohésion dans le jeu de son équipe. Par contre, les choses s’activeront pour les Canadiennes qui joueront quatre parties lors des deux prochaines fin de semaine. Pour garder la forme, l’équipe travaille fort à l’entraînement pour simuler certaines situations et on a organisé un match intra-équipe samedi dernier.  

Avec l’absence de Marie-Philip Poulin, qui est actuellement au camp d’entraînement de l’équipe canadienne en vue des jeux olympiques de PyeongChang, les Canadiennes se retrouvaient sans capitaine depuis le début de la saison. Plus tôt cette semaine lors d’un entraînement, Dany Demers a annoncé que Ann-Sophie Bettez aura l’honneur de porter le C sur son chandail d'ici au retour des olympiennes. Il s’agit d’une belle marque de reconnaissance pour la vétérante de 30 ans qui évolue dans la LCHF depuis 2013.

Ann-Sophie Bettez portera le C de capitaine des Canadiennes.Source: Radio-Canada
Légende: Ann-Sophie Bettez portera le C de capitaine des Canadiennes.

L’attaquante connaît un bon début de saison avec cinq points, dont quatre buts, en sept parties. Elle avait d’ailleurs amorcé sa saison sur les chapeaux de roues en marquant deux buts lors du premier match de la saison contre les Blades de Boston à la mi-octobre.

La Super Serie a aussi permis à Noémie Marin et Mélanie Desrochers de se démarquer. Marin a d’ailleurs inscrit trois buts et ajouté une passe dans cette série de trois matchs, tandis que Desrochers récoltait deux buts et deux passes en trois matchs. Karell Émard quant à elle s’est démarqué par son intensité tout en ajoutant deux passes au passage. Une belle complicité semblait se développer entre Karell Émard, Noémie Marin et Tracy-Ann Lavigne, reste à voir si elles pourront reprendre leur rythme au cours de la fin de semaine.

Bien que les Canadiennes soient l’équipe ayant joué le moins de matchs, deux joueuses figurent parmi le top 20 des pointeuses. La défenseure Cathy Chartrand apparaît au deuxième rang chez les défenseures et au onzième rang pour l’ensemble des patineuses avec huits points. En plus d’exceller en offensive, son jeu défensif est solide comme le démontre son excellent ratio de +9. La nouvelle acquisition Kayla Tutino quant à elle occupe le 18e rang avec six points, trois buts et trois passes.

 

Premier arrêt : Markham

Il s’agira d’un troisième affrontement entre les Canadiennes et le Thunder, les deux premiers ayant été à l’avantage de l’équipe arborant le chandail tricolore. Les deux matchs furent très serrés et se sont réglés au-delà du temps régulier. Seule Cathy Chartrand avait réussi à déjouer Erica Howe lors du premier et Sarah Lefort avait inscrit deux buts face à Liz Knoz dans une victoire de 3-2 à la deuxième partie. Emerance Maschmeyer quant à elle fut solide accordant seulement deux buts en autant de matchs.

Le début de saison semble difficile à Markham, l’équipe affiche une décevante fiche de trois victoires, sept défaites et deux défaites en prolongation, ce qui les place au cinquième rang d’une ligue à sept équipes. C’est aussi celle ayant disputé le plus de matchs dans la Ligue Canadienne de Hockey Féminin avec douze.

Markham revient tout juste de son voyage annuel en Chine, où les filles ont affronté deux fois le Vanke Rays et deux fois le Kunlun RedStar. Le séjour fut passablement décevant avec quatre défaites. Subissant l’effet d’un décalage de treize heures, le Thunder a encaissé deux solides défaites par le compte de 6-1 (18 nov.) et 5-2 (19 nov.). Quelques jours plus tard, c’était au tour du Kunlun RedStar d’être les hôtesses d’une équipe nettement plus en possession de ses moyens. Le Thunder a subi une défaite de 4-2, mais il faut noter que le quatrième a été inscrit dans un filet désert par Kelli Stack. Souhaitant terminer son séjour sur une bonne note, Markham a resserré le jeu en défensive mais fut incapable d’inscrire un but et s’inclina 1-0.

En attaque, les joueuses à surveiller sont Jamie Lee Rattray (#26) et Kristen Richards (#9). Rattray (8-3-11) occupe le sixième rang des pointeuses et avait terminé dixième l’an dernier avec 21 points en 22 parties. Parmi les faits saillants de sa carrière, elle a joué un rôle important dans la conquête du championnat de la NCAA par l’université Clarkson en 2014, un premier pour cette institution. Certains se souviendront peut-être que Jamie Lee Rattray avait été impliquée dans l’une des rares bagarres au hockey féminin avec l’ex-membre de l’équipe olympique américaine Monique Lamoureux lors des séries de la Coupe Clarkson en 2015.

Jamie Lee Rattray apparaît au 6e rang des pointeuses de la LCHF avec 11 points.Source: Ligue Canadienne de Hockey Féminin
Légende: Jamie Lee Rattray apparaît au 6e rang des pointeuses de la LCHF avec 11 points.

Markham manque de punch en attaque cette saison avec le départ de deux piliers offensifs : Jess Jones et Rebecca Vint. Ces dernières, tout comme la défenseure Sarah Edney, ont décidé d’accepter l’offre des Beauts de Buffalo de la National Women Hockey League. La NWHL est la première ligue (semi) professionnelle et est constituée de quatre équipes du nord-est des États-Unis. La saison 2017-2018 est la troisième de son histoire. Kelli Stack a d’ailleurs joué pour le Whale du Connecticut il y a deux ans. La ligue garantit un minimum de 10 000$us à ses joueuses avec un maximum de 270 000$us par équipe. Avec la LCHF qui offre aussi dédommagement à ses joueuses, il ne faudrait pas se surprendre de voir des mouvements de personnels d’une ligue à une autre dans le futur.

En 2016-2017, Jones a connu une saison exceptionnelle avec 37 points en 24 matchs. Elle a devancé les Canadiennes Marie-Philip Poulin et Ann-Sophie Bettez en tête du tableau des pointeurs de la LCHF. Les carences offensives peuvent aussi s’expliquer avec le départ de Sarah Edney qui pouvait relancer rapidement l’attaque. Elle avait cumulé dix points en quatorze parties.

L’entraîneur du Thunder, Jim Jackson, prône le système de l’alternance avec ses gardiennes. Erica Howe (2-4 / 2.23 - 935) et Liz Knox (1-5 / 2.95 - 901) se sont partagées le travail jusqu’à maintenant. La même stratégie fut utilisée en 2016-2017 et Markham termina au troisième rang derrière Calgary et Montréal avec 26 points en 24 matchs.

Le Thunder a déménagé au Thornhill Community Center, un amphithéâtre de 1 000 places assises situé à Markham. L’an dernier la franchise évoluait à Brampton, une autre banlieue de Toronto à 50 kilomètres à l’est de Markham.

 

Deuxième arrêt : Etobicoke

Les Canadiennes termineront leur voyage en Ontario dimanche en affrontant le Furies à Toronto. La franchise dispute ses matchs locaux au Centre MasterCard de Etobicoke. Il s’agit d’un vaste complexe de quatre patinoires dont une olympique qui sert à l’organisation des Maple Leafs comme facilité d’entraînement pour son équipe de la LNH et son club-école, les Marlies.

L’équipe de la ville Reine connaît un début de campagne difficile avec seulement sept points en dix parties. Il y a eu beaucoup de changement en débutant par le haut de la pyramide. Nicole Latreille occupe maintenant le poste de directrice-générale et Jeff Flanagan est le nouvel entraîneur.

Sur la glace, le Furies doit tenter de pallier au départ de plusieurs joueuses clés dont Natalie Spooner, Erin Ambrose et Renato Fast qui sont au camp de sélection de l’équipe olympique canadienne. Spooner avait accumulé treize buts la saison dernière. Ambrose et Fast composaient quant à elles la première paire de défenseures. De plus, Toronto a intégré huit nouvelles attaquantes dont six recrues.

Tous ces facteurs peuvent expliquer le manque cruel d’attaque de cette équipe. Après dix matchs, seulement douze fois on a réussi à déjouer la gardienne adverse pour une faible moyenne de 1,2 buts par matchs. À titre de comparaison, les Canadiennes ont une moyenne de 2,3 et l’Inferno de Calgary 3,9. Sur les douze filets, Emily Fulton en compte quatre.

Le Furies doit aussi trouver une remplaçante à sa gardienne numéro un, Christina Kessler, qui a opté pour la retraite au terme de la dernière saison. L’entraîneur Flanagan fait confiance à Sonja Van Der Bliek en ce début d’année. Malgré une fiche de 2-5-1, elle présente des statistiques plus que respectables avec une moyenne de 2,49 et un pourcentage d’efficacité à ,925. Ce qui prouve que la grande lacune du Furies se trouve à l’attaque.

Sonja Van Der Bliek s'impose devant le filet du Furies malgré le début de saison difficile de son équipe.Source: Montreal Gazette
Légende: Sonja Van Der Bliek s'impose devant le filet du Furies malgré le début de saison difficile de son équipe.

Comme leurs voisines ontariennes de Markham, Toronto était de passage à Shenzen pour y disputer quatres parties. À l’instar du Thunder, elles sont revenues bredouilles de leur périple. Elles ont subi deux défaites contre le Kunlun RedStar par la marque de 3-1 et 2-0. Puis le Vanke Rays a démontré toute sa puissance en infligeant une cuisante défaite au Furies de 5-0. Les torontoises ont rebondi le lendemain en poussant leurs rivales chinoises à la limite pour finalement perdre en fusillade par le compte de 3 à 2. Comme mentionné précédemment, Toronto devra trouver le filet plus régulièrement si l’on veut connaître du succès. Trois buts en quatre matchs est nettement insuffisant, surtout contre la puissance offensive que démontre les deux équipes basées en Chine

Les Canadiennes seront de retour en action à domicile la fin de semaine suivante en recevant le Furies de Toronto pour une série de deux matchs à l’aréna Michel-Normandin du complexe sportif Claude-Robillard. Le match du samedi 9 décembre sera présenté à 17h30 tandis que celui du 10 décembre poursuivra la tradition du dimanche après-midi, la rondelle tombera à 13h30. Une cérémonie précédera le début de la rencontre de dimanche. L'organisation hissera les bannières des conquêtes des coupes Clarkson de 2009, 2011, 2012 et 2017 dans les auteurs de l'aréna Michel-Normandin. Caroline Ouellette et Julie Chu seront présentes pour l'occasion.