Première de quatre parties sur l’histoire du Super Bowl. Aujourd’hui Super Bowl I. À l’époque on parlait du Match de championnat du monde AFL-NFL. Il faudra attendre 1969 avant de voir l’appellation Super Bowl faire son apparition. Et le trophée sera baptisé Vince Lombardi suite à la mort du célèbre entraîneur-chef des Packers, en 1970. 

 

C’était le 15 janvier 1967. Les champions de la NFL, les Packers de Green Bay, s’étaient mesurés aux Chiefs de Kansas City, les champions de la AFL (American Football League). Il est à noter que le terme Super Bowl n’existait pas encore. Il s’agissait du match de championnat du monde AFL-NFL. Disputé au Memorial Coliseum de Los Angeles, ce match était présenté avec en toile de fond la rivalité entre les deux ligues. La NFL voulait gagner. Pour sa part, Vince Lombardi n’avait aucun respect pour l’autre circuit. Pour la AFL, ce match était vital. La ligue, qui avait débuté ses activités en 1960, voulait un coup d’éclat. Une victoire face aux légendaires Packers était le but premier. Et malgré l'émergence de la AFL, le sentiment général donnait la victoire aux Packers. Les deux équipes avaient des philosophies très différentes. Les Packers représentaient l’establishment du football, et utilisait grandement le jeu au sol. Les Chiefs venaient d’un circuit qui n’avait pas froid aux yeux, où le jeu aérien était beaucoup plus fréquent.

Dans son livre Birth of the New NFL: How the 1966 NFL/AFL Merger Transformed Pro Football, Larry Felser écrit que beaucoup de rédacteurs sportifs et d’amateurs croyaient que les équipes de la NFL était largement supérieures à n’importe quel club dans la AFL, et que les Packers allaient écraser les Chiefs.

En regard du match en tant que tel, les Packers menaient 14-10 à la mi-temps. Et même si les Chiefs avaient dominé au niveau des verges gagnées 181-164, la troupe de Vince Lombardi allait rebondir en deuxième demie. L’attaque des Packers avait inscrit 21 points dans les deux derniers quarts, et la défensive n’avait rien donné à l’équipe d’Hank Stram. La NFL remportait ainsi le premier championnat opposant les deux ligues (35-10). Le quart-arrière des Packers, Bart Starr, avait été nommé joueur le plus utile de la rencontre.

Len Dawson (16)Source: Associated Press
Légende: Len Dawson (16)

Quelques faits intéressants de cette rencontre historique…

C’est le seul Match de championnat du Monde/Super Bowl télédiffusé sur deux réseaux (CBS, NBC).

Alors que tous les billets ont été vendus pour le Super Bowl LIII, on pouvait voir des bancs vides lors de l’affrontement Packers-Chiefs. Il s’agit du seul Super Bowl qui n’était à guichets fermés. En fait, 33 000 des 94 000 sièges du Memorial Coliseum de Los Angeles étaient inoccupés.

Les journaux de Los Angeles avaient qualifié d’exorbitant le prix des billets. Certains d’entre eux se vendaient 10 dollars.

Il n’y avait pas de semaine de festivités. Aucune vedette ne s’était donné en spectacle à la mi-temps. On avait invité des fanfares.

Une publicité de 30 secondes coûtait 42 000$. Les réseaux avaient payé 9,5 millions de dollars pour télédiffuser la rencontre. Nous sommes loin des sommes d’argents exigées en 2019.

Les joueurs des Packers avaient reçu 8600 $ chacun, ceux des Chiefs 5308 $. En comparaison, les joueurs des Eagles ont reçu 112 000 $ chacun  au dernier Super Bowl.

15 joueurs (4 Chiefs, 11 Packers) allaient se retrouver un jour au Temple de la Renommée. Même chose pour les deux entraîneurs-chefs (Lombardi, Stram) et le propriétaire des Chiefs, Lamar Hunt, fondateur également de la AFL.

Bart Starr (15), Andy Rice (58) et Jim Taylor (31)Source: Getty Images
Légende: Bart Starr (15), Andy Rice (58) et Jim Taylor (31)

Le football américain a fait bien du chemin depuis janvier 67. Les montants reliés à la présentation du Super Bowl sont maintenant astronomiques. Le match a pris aussi une importance capitale chez les amateurs, la ligue, les annonceurs publicitaires et l’industrie de la restauration. On peut dire aussi que le Super Bowl est beaucoup plus qu’une rencontre sportive. Pour plusieurs personnes, il est question d’un événement social.

Dans le prochain article j’aborderai la place des grandes équipes qui ont marqué le Super Bowl. Je ferai la nomenclature des meilleures équipes. Il sera question aussi de celles qui ont connu des ennuis au Super Sunday, et des défaites crève-cœurs.