Qu’est-ce que les deux équipes devront faire pour mettre la main sur le  trophée Vince Lombardi? Elles devront être opportunistes. En défensive, la pression sur le quart-arrière adverse sera vitale. Il y aura aussi les petits détails tels qu’un plaqué raté, une passe incomplète, un dégagement manqué, un premier jeu à un moment clef ou même un revirement. Mais en bout de ligne, le match se jouera entre la ligne offensive des Patriots et la ligne défensive des Rams.

SI LES RAMS VEULENT GAGNER…

Si la troupe de Sean McVay veut gagner le match, mettre de la pression sur Tom Brady est le point numéro un à l’agenda. En forçant le quart-arrière des Patriots à précipiter ses passes, c’est toute la dynamique du match qui pourrait basculer en faveur des Rams. Mais le défi sera d’atteindre Brady en moins de 2,5 secondes. C’est le temps que le quintuple vainqueur du Super Bowl a besoin pour dégainer. Et c’est là que les demis défensifs Aqib Talib et Marcus Peters entre en ligne de compte. S’ils peuvent simplement ralentir Edelman, Hogan et Gronkowski à la ligne de mêlée, Brady devra se débarrasser du ballon. Mais il faut que Donald et Suh soient en mesure de s’approcher de Brady. Tout comme les Eagles l’an dernier, les joueurs intérieurs de la ligne défensive des Rams ont frappé plus de 100 fois les quarts-arrières adverses cette saison.

En attaque, les Rams doivent compter sur le jeu au sol. Cela enlèverait beaucoup de pression sur les épaules de Jared Goff. Mais il y a un hic. L’état de santé de Todd Gurley demeure un mystère. Analyste sur le réseau Fox, Shannon Sharpe a déclaré que le demi offensif n’est pas en santé. Certes il y a CJ Anderson. Mais Gurley apporte un élément explosif qu’Anderson ne possède pas. Le jeu aérien avec Brandin Cooks et Robert Woods est également une possibilité. Mais la prudence sera de mise. Précisons que Cooks était avec la Nouvelle-Angleterre la saison dernière. L’unité de Brian Flores connait donc très bien le receveur des Rams. Pour ce qui est de Woods, il était coéquipier de Stephon Gilmore à Buffalo. Le demi défensif des Patriots a été choisi sur la première équipe d’étoile (All-Pro) en 2018, et pourrait être assigné à la couverture de son ex-coéquipier, dimanche. Sean McVay devra trouver une façon de déjouer la couverture ennemie.

Aaron DonaldSource: Raj Mehta-USA TODAY Sports
Légende: Aaron Donald

SI LES PATRIOTS VEULENT GAGNER…

Le travail de la ligne à l’attaque fera foi de tout chez les Patriots. L’unité de Dante Scarnecchia a été parfaite face aux Chargers et aux Chiefs. En l’espace de deux semaines, Trent Brown, Joe Thunney, David Andrews, Shaq Masson et Marcus Cannon n’ont rien donné. Ils ont affronté Joey Bosa, Melvin Ingram, Chris Jones, Dee Ford et Justin Houston. Ces messieurs ont totalisé 50 sacks du quart-arrière en saison régulière. Mais la ligne à l’attaque des Patriots a complètement neutralisé leurs efforts. Cependant, cette ligne fera face dimanche à Aaron Donald et Ndamukong Suh.

Si la ligne est en mesure de donner le même rendement que lors des deux matchs précédents, le match devra aller à l’avantage de la Nouvelle-Angleterre. Membre du Temple de la Renommée, le regretté Gene Upshaw, qui a évolué 15 saisons au poste de garde du côté gauche avec les Raiders d’Oakland, a déjà déclaré que la ligne offensive est le rythme cardiaque d’une équipe football. Alors si la ligne à l’attaque fonctionne à un rythme régulier, l’offensive pourra convertir des troisièmes essais, et écouler le temps. Dans un tel contexte, Brady distribuera les ballons à gauche, au centre et à droite. Edelman pourrait être visé une douzaine de fois. Même chose pour James White. Les Rams devront prévoir aussi une surveillance spéciale pour Rob Gronkowski.

L’équipe qui gagnera le match sera celle qui aura réussi à imposer sa volonté sur l’adversaire. Est-ce que la stratégie offensive de Josh McDaniels réussira à tromper le vieux routier qu’est Wade Phillips? Comment réagira Sean McVay si son équipe accuse un retard tôt dans le match? Est-ce que Bill Belichick nous réserve une surprise à la Malcolm Butler? Et jusqu’à quel point le facteur humain viendra influencer le match?

Trent Brown (77), David Andrews (60)Source: Jim Davis/Globe Staff
Légende: Trent Brown (77), David Andrews (60)

Je pense que la Nouvelle-Angleterre sera en mesure de dominer suffisamment la ligne de mêlée pour ouvrir le jeu au sol. Brady décochera rapidement ses passes pour des gains de 5 à 10 verges, et les conversions au troisième essai s’accumuleront. Et en défensive, attendez-vous à voir les Patriots jouer de façon physique. En bout de ligne, les Patriots profiteront de leurs chances, et devraient dominer le temps de possession.

PRÉDICTIONS : Nouvelle-Angleterre 31 Los Angeles 26

Bon Super Bowl!