Le 4 Février dernier, dans une victoire de 3 à 1 des Sharks de San Jose sur les Flames à Calgary, Joe Thornton obtenait deux passes. Pas une nouvelle, direz-vous, puisqu'avec 1087 passes au compteur aujourd'hui (10 Février 2020), le bon vieux Joe en a connu, des soirées aux passes multiples!

Par contre, sa deuxième passe sur le but d'assurance de Kevin Labanc était également le 1500ème point de sa longue carrière, qui s'étale maintenant sur vingt-trois ans! Ainsi donc, Jumbo Joe devenait le 14ème joueur de l'histoire de la LNH à atteindre cet important plateau. 

Il est devancé par des légendes comme Coffey, Bourque, Esposito, Lemieux, Yzerman, Jagr, Howe et Gretzky! Il devance maintenant les Stan Mikita, Teemu Selanne, Adam Oates, Doug Gilmour et Dale Hawerchuk...une légende parmi les légendes!

Pourtant, Joe Thornton n'a pas le CV de la plupart de ces joueurs mythiques qui l'entourent. Il n'a jamais remporté la Coupe Stanley, ni aucun honneur individuel à l'exception de deux, soit le Art Ross et le Hart en 2005-2006, année où il amasse un sommet en carrière de 125 points dans une saison rocambolesque qui le voit passer de Boston à San Jose dans un échange tout à l'avantage des Sharks.

Pourtant, il a été repêché à une époque pauvre en offensive. L'accrochage et les jeux défensifs douteux étaient permis et il était difficile de marquer des buts dans la LNH à l'époque. Pour vous donner une idée, aucun joueur d'impact repêché depuis Paul Kariya en 1993 n'a terminé sa carrière dans la LNH avec une moyenne d'un point par match, ce qui était bien plus courant lorsque patinaient les Lemieux, Gretzky, Dionne et Yzerman, par exemple.

La majorité des joueurs qui entourent Thornton au palmarès des pointeurs ont eu la chance de patiner durant les années '70, '80 et la première moitié des années '90, alors que les buts se marquaient encore fréquemment. Le numéro 19 des Sharks est de loin le meilleur pointeur des repêchages de 1994 à 2003, alors qu'il voit des talents générationnels se rapprocher de lui seulement, alors qu'une multitude d'autres excellents patineurs ont évolué dans la LNH depuis vingt-trois ans!

Il est évidemment trop tôt pour juger des joueurs repêchés ces 4-5 dernières années, mais il est facile de constater que l'ancien centre des Bruins a été une force offensive durant son temps dans la LNH. Il totalise pas moins de douze saisons de 70 points ou mieux durant sa longue carrière et de tous les joueurs repêchés depuis 1991, il est celui qui a affiché le plus de points au tableau. 

Il devance des joueurs illustres comme Pavel Bure, Eric Lindros, Peter Forsberg, Mike Gartner, Guy Lafleur et Gilbert Perreault. Il ne sera potentiellement devancé que par des joueurs actifs comme  Alexander Ovechkin, Sidney Crosby, Patrick Kane ou encore, peut-être des McDavid ou Matthews? 

Non, Joe Thornton n'a pas gagné un Calder, un Conn Smythe, un Maurice-Richard, un Ted Lindsay ou une Coupe Stanley. Il a cependant remporté deux coupes du monde (2004,2016), le championnat mondial junior (1997) et surtout, la médaille d'or aux jeux olympiques de Vancouver, en 2010. 

Le joueur de centre de 40 ans n'a jamais été le plus spectaculaire, le plus électrisant. Il n'a jamais été le plus décoré ou même, le plus respecté. On l'a longtemps pointé du doigt pour les insuccès de ses équipes en séries alors que malgré sa belle carrière, il n'a patiné qu'une fois en finale, en 2016. 

Il y a maintenant 31 équipes qui essaient de gagner chaque année. C'est dix de plus qu'à l'époque des Gretzky, Messier, Lemieux, Lafleur et vingt-cinq de plus qu'à l'époque de Gordie Howe et Stan Mikita. Peut-on vraiment en vouloir à Thornton de ne pas avoir gagné le Saint-Graal du hockey dans les circonstances actuelles du hockey de nos jours?

Il montre plus de 1600 parties, plus de 1500 points et près de 1100 assistances en carrière, ces statistiques à elles seules et ses championnats internationaux ne peuvent être ignorés. Thornton doit se retrouver au Temple et ce, dès sa première année d'admissibilité!

Bravo pour 1500 points, Joe!