Le 29 décembre 2019, la Ligue canadienne de football (LCF) publie sur son site officiel son top 10 des meilleures parties de la saison 2019. En ces temps de confinement et de pause sportive, la Ligue a décidé de condenser ces 10 matchs en un grand résumé d'une quarantaine de minutes, à l'image de ce que RDS fait avec Canadien express ou Alouettes express. La première vidéo a été mise en ligne sur le profil YouTube de la LCF et est disponible ici. Considérant que les temps sont assez moroses pour la LCF ces temps-ci et que je n'ose pas trop me mouiller à commenter l'alignement des neuf équipes à ce stade-ci, je me suis dit que je pourrais poursuivre la série de billets en traitant des dix parties sélectionnées par la Ligue et de décortiquer les moments forts de celles-ci.

 

10- Lions VS Tiger-Cats, semaine 9 (34-35)

Après avoir vaincu les Blue Bombers la semaine précédente,  les Tiger-Cats affrontent à domicile les Lions de la Colombie-Britannique, une des plus faibles équipes du circuit. Le match est beaucoup plus serré que prévu alors que le quart-arrière partant Jeremiah Masoli se blesse au point de rater le reste de la saison. Il est remplacé par Dane Evans qui avait bien paru lors du dernier match de la saison régulière 2018 contre les Alouettes. Les Lions ont l'avantage pour la majorité de la partie, mais les locaux marquent trois touchés au cours du quatrième quart pour l'emporter in extremis avec une marge d'un point. Cette partie mérite sa place dans le classement entre autres grâce à la remontée spectaculaire des Tiger-Cats et la détermination d'Evans, qui amènera son équipe en finale de Coupe Grey.

 

9- Roughriders VS Rouge et Noir, semaine 2 (44-41)

Au début de la saison 2019, nous n'étions pas en mesure de jauger l'étendue du désastre que sera la saison pour le Rouge et Noir d'Ottawa. Certes les pertes lors du marché des joueurs autonomes étaient importantes et nous anticipions une fiche moins bonne que les précédentes, mais la victoire contre les Stampeders au McMahon Stadium lors de la semaine 1 pouvait laisser présager un avenir plus radieux que prévu. Ce sentiment a été en quelque sorte renforcé suite à leur victoire contre les Roughriders la semaine suivante par la maque de 44-41, le plus haut pointage de la saison. Il s'agissait du premier match où le quart-arrière Cody Fajardo faisait office de partant suite à la commotion cérébrale de Zach Collaros au cours de la partie précédente. L'avance de 11 points du Rouge et Noir a été réduite à seulement trois lors du dernier quart, mais Ottawa réussit à contrôler le chronomètre dans les derniers instants et à l'emporter. Peu de gens pouvaient se douter à ce moment que l'équipe n'allait goûter à la victoire qu'à une seule autre occasion au cours de l'année.

 

8- Demi-finale de l'Est, Eskimos VS Alouettes (37-29)

La première participation aux séries éliminatoires pour les Alouettes s'est terminée dès la première ronde, alors que les Eskimos ont contrôlé le champ de bataille du début à la fin. J'ai personnellement de la misère à voir comment cette partie peut être dans le top 10. Certes le pointage a été relativement serré et le dénouement ne s'est décidé réellement qu'avec l'interception d'Adams Jr à la toute fin, mais Edmonton, et particulièrement l'attaque pilotée par Trevor Harris, n'a jamais été réellement gêné. Un manque d'opportunisme a empêché les Eskimos d'avoir une plus grande marge puisque la défense de Montréal s'est montrée inefficace contre le jeu aérien. Pour les partisans d'Edmonton, cela reste une performance incroyable d'Harris, qui a complété 36 passes sur 39 tentatives et a engrangé 421 verges.

 

7- Touchdown Atlantic, AlouettesVS Argonauts, semaine 11 (28-22)

Dans l'objectif de promouvoir l'intérêt de la population des Maritimes afin d'éventuellement amener une franchise à Halifax, un match de saison régulière s'est tenu dans cette région, le premier depuis 2013. Nous avons pu assister à une compétition serrée entre les Argonauts et les Alouettes, qui a vu la victoire in extremis de ces-derniers sur le tout dernier jeu du match, alors que SJ Green échappe une passe pour le touché. Cette montée d'adrénaline a certes été bénéfique pour le spectacle, mais s'est révélée être frustrante pour les partisans des Alouettes. En effet, la faiblesse de la défensive et l'incapacité de l'équipe à s'imposer comme la force dominante contre la pire équipe du circuit ont pu faire grincer bien des dents. Fort heureusement pour eux, la victoire a permis de faire digérer la pilule. Cette partie a aussi vu un triple-jeu renversé incroyablement réalisé par Adams Jr.

 

6- Stampeders VS Blue Bombers, semaine 20 (28-29)

Je faisais partie de ceux qui ne donnaient pas cher de la peau du quart-arrière Zach Collaros lorsqu'il est devenu partant pour Winnipeg. Non seulement il m'a surpris en remportant la victoire contre les Stampeders, mais il a en plus pavé la voie au succès ultime des Blue Bombers en 2019.  Tirant de l'arrière 19-28 au quatrième quart, les locaux parviennent à inscrire dix points et à l'emporter in extremis. Nous avons pu voir l'éclosion d'un système offensif redoutable où Collaros faisait les jeux de passe et Chris Streveler les jeux au sol.

 

5- Blue Bombers VS Argonauts, semaine 8 (27-28)

Nous nous demandions contre quelle équipe les Argonauts obtiendraient leur première victoire. Ayant une fiche de 0-6, ils affrontaient les Blue Bombers, qui venaient d'encaisser leur première défaite de la saison et qui ne demandaient qu'à la venger. Avec une avance de 20-0 à la mi-temps, les dés semblaient pipés. Grossière erreur. Les Argonauts ont réussi (je ne sais comment) à remonter la pente alors que McLeod Bethel-Thompson (MacBeth) complète une passe de touché à SJ Green à la toute fin. Le converti de un point permet à l'équipe torontoise d'obtenir sa première victoire de la saison, contre l'une des meilleures équipes du moment. Malheureusement pour les partisans de Toronto, ce match improbablement excitant n'a pas servi d'étincelle à l'équipe, qui a temriné la saison avec une fiche de 4-14.

 

4-Lions VS Stampeders, semaine 3 (32-36)

Les quarts-arrière réservistes ont été à l'honneur en 2019 suite aux nombreuses blessures subies par les quarts partants. L'un d'eux est Nick Arbuckle des Stampeders. Il reste trois minutes au match lorsque Bo Levi Mitchell est blessé. Les Lions mènent 32-21. La remontée semble impossible, mais ce n'est pas l'avis d'Arbuckle. Les Stampeders parviennent à inscrire un touché et un converti de deux points. Ensuite, les locaux récupèrent le ballon lors de leur propre botté de dégagement et inscrient un autre touché, pour l'emporter 36-32. Arbuckle parviendra à tenir le fort jusqu'au retour de Mitchell en automne. Ses performances lui ont permis d'obtenir un contrat de partant chez le Rouge et Noir pendant la saison morte.

 

3- Alouettes VS Stampeders, semaine 10 (40-34)

La dernière fois que les Alouettes l'avaient emporté au stade McMahon, c'était lors de la Coupe Grey 2009 suite au botté de Damon Duvall dont nous nous souviendrons longtemps. Lorsque la formation montréalaise y a foulé le pied en 2019, elle était loin de se douter qu'une des plus excitantes parties allait s'y dérouler. Malgré la performance extraordinaire de Reginald Begelton avec 173 verges et quatre touchés, elle fut éclipsée par celle de DeVier Posey et de Eugene Lewis qui ont permis une énième remontée des Alouettes pour l'emporter en prolongation. La décision des Stampeders de ne pas ramener Bo Levi Mitchell au jeu peut être critiqué, mais d'un autre côté, elle prenait en compte que l'équipe tombait en semaine de relâche par la suite et l'organisation comptait sur ce délais pour qu'il puisse revenir à 100 %. L'on parlait déjà du match de l'année, mais peu se doutaient que deux autres parties allaient être classées devant.

 

2- Finale de l'Ouest, Blue Bombers VS Roughriders (20-13)

Les enjeux sont grands. Un allé simple pour la Coupe Grey alors qu'une autre équipe que les Stampeders allait représenter l'Ouest, une première depuis 2015. L'offensive des deux équipes n'a pas été exceptionnelle malgré les bonnes statistiques. À défaut d'avoir eu un match à haut pointage, nous en avons eu un serré. Winnipeg a eu l'avantage pendant la majorité de la partie, mais la Saskatchewan traverse le terrain et se retrouve dans la zone payante en moins d'une minute. Au cours du tout dernier jeu, alors que les Roughriders se doivent de réussir un touché pour amener la partie en prolongation,  le ballon lancé par Cody Fajardo heurte les poteaux et tue le jeu. Ce dénouement dramatique a marqué les éliminatoires. Malgré tout, je n'aurais pas mis cette partie aussi haut dans le classement. Certes le résultat s'est décidé à la toute dernière seconde et les défensives ont fait le travail, mais l'absence d'opportunisme, surtout chez les Roughriders, peut laisser un certain arrière-goût de potentiel inachevé.

 

1- Blue Bombers VS Alouettes, semaine 15 (37-38)

Comment oublier ce magnifique match? J'avais déjà parlé de la victoire éclatante des Alouettes dans un précédent billet, mais les circonstances font en sorte que je doive mentionner une fois de plus cette partie extraordinaire qui a tenu tous les spectateurs sur le bout de leur siège. Andrew Harris avait faim après son retour de suspension et la première demie ne laissait entrevoir que peu d'espoir pour Montréal. La détermination et la résilience de nos Moineaux nous ont donné tort. Après avoir limité Winnipeg à un placement au 3e quart, la défensive a tenu le fort pendant que l'attaque, à coup d'attrapés spectaculaires et jeux impossibles, réussit à coiffer les Blue Bombers à la toute fin du match, comme ceux-ci l'avaient fait en 2017. Ce fut une prestation dont nous nous souviendrons longtemps. Cette partie mérite amplement d'être considérée comme le match de l'année dans la LCF.