Tout un weekend de sport mes amis!

 

Samedi souper d’action de grâce avec familles et amis. En soupant le match du CH en toile de fond. Quel match! Les deux premiers matchs ne font pas une saison, il n’y a qu’à se souvenir du début de saison record d’il y a deux ans pour s’en rendre compte. Par contre, ça fait du bien de voir ça! Un CH rapide et travaillant. Combien de fois parle-t-on d’un joueur au talent limité qui se démarque par son travail acharné? Voici comment je décris le CH des deux premiers matchs. Cela vient-il de l’ajout de Dominique Ducharme? La belle surprise Kotkaniemi? Le changement d’air du vestiaire? J’aime penser que c’est un joyeux mélange de tout ça. Même Price, qui a été très ordinaire l’an passé, semble revigoré. Souhaitons que ça continue dans un sens et souhaitons-nous un long printemps à Montréal. Au moins le club semble s’en aller dans la bonne direction.

 

Après le match, j’ai changé de poste pour le gala de boxe qui se tenait au centre Vidéotron. Juste à temps pour le combat Butler-Balmir. J’étais excité par ce combat, beaucoup plus que pour la finale, j’y reviendrai. Ce combat-là, c’était un choc de deux québécois de la même écurie, un qui lorgne les rangs mondiaux, et l’autre qui veut faire sa place. Sans exagérations, Balmir sautait beaucoup d’étapes en défiant Butler, un peu comme Butler l’avait fait plus tôt en affrontant Cook. Mais c’est correct, ça permet au boxeur et son équipe de voir ou celui-ci se situe. A la boxe, on le sait, un coup fait la différence. Par contre pour Balmir, ce coup n’est jamais venu. C’est une véritable leçon de boxe que Butler a servi a Balmir samedi soir. Butler a remporter sa 7ieme victoire depuis sa défaite par KO contre Cook, il n’est plus au même niveau et ca parait. Des coups puissants et rapides, il ne cherche plus la grosse ‘’claque’’ à chaque occasion comme auparavant. Il semble même avoir une très bonne chimie avec Jean-François Bergeron que l’on peut entendre tout au long du combat. Content pour Butler, dommage pour Balmir, mais d’un côté comme l’autre, nous allons les revoir.

 

Place maintenant a la finale du gala, Kean contre Carman. J’avoue d’entrée de jeu que je ne connaissais pas du tout Carman. La division poids lourds n’est pas une division que je suivais beaucoup avant l’arrivée de Kean. De combats en combats, je voyais Kean explosé ses adversaires et je me demandais : est-il si bon ou les adversaires laisse t il a désiré? Je voyais d’un autre œil Braidwood détruire tout sur son passage en me disant qu’il serait une bonne opposition à Kean. Force est d’admettre que Kean a facilement détruit Braidwood. Contre Carman samedi soir, ça ne me semblait pas être le même Kean. Il semblait lourd sur ses jambes, imprécis, complètement déstabilisé par la pression de Carman. Carman me faisait penser à un vieux routier malgré seulement 17 combats. Ne frappait pas pour rien, attendait le bon moment. Dans ses autres combats, Kean a souvent été sauvé par sa main arrière, qui semblait inefficace samedi soir. Le transfert de poids était là mais sans plus. Je vais être franc, je souhaitais que Kean tombe contre Braidwood et il m’a surpris. Contre Carman après le premier round c’était évident que Kean aurait beaucoup à faire pour gagner. Même la chute au tapis de Carman semble plus a une jambette qu’un coup qui l’aurait sonné. Bref beaucoup de travail à faire du coté de Kean pour nous faire avaler qu’il est près d’un top 10 mondial.

 

Ca faisait un bon moment que je n’avais pas écrit de texte ici, j’espère que vous avez apprécié! A la prochaine!!