Les joueurs du Canadien de Montréal doivent être contents de voir que la Ligue nationale de hockey n'ait pas suspendu le défenseur Tyler Myers, des Canucks de Vancouver, car ce dernier a connu son pire match à vie samedi soir !
 
En effet, le grand numéro 57 de la formation dirigée par Travis Green, qui avait frappé vicieusement l'attaquant Joel Armia vers la fin du match de jeudi dernier, a terminé la rencontre de samedi soir avec un différentiel de moins quatre, ce qui égale la pire performance de toute sa carrière à ce chapitre !
 
Il a connu un tel rendement en trois autres occasions auparavant, dans l'uniforme des Sabres de Buffalo, dans un revers de 7-1, face à l'Avalanche du Colorado, le 1er février 2014, avec les Jets (2) de Winnipeg, dans une défaite de 4-1, face aux Kings de Los Angeles, le 27 octobre 2015 et avec les Canucks de Vancouver, dans un revers de 5-2, face aux Sénateurs (2) d'Ottawa, le 27 février 2020.
 
Dans la défaite de 5-2 de samedi, face au Canadien de Montréal, Myers a été sur la glace pour quatre des cinq buts du Canadien, ceux de Nick Suzuki, Corey Perry, Jonathan Drouin et du défenseur Joel Edmundson (celui-ci dans un filet désert), avec lequel il a engagé un combat tôt en première période.
 
À l'image de son équipe, Myers ne connaît pas un très bon début de saison, affichant un dossier de 1-3-4 en sept matchs et son différentiel de moins six est l'un des pires de toute la LNH actuellement.
 
LES PIRES DIFFÉRENTIELS DE TYLER MYERS
1 février 2014-Buffalo 1 à Colorado 7 (0-0-0 et moins quatre)
27 octobre 2015-Los Angeles 4 à Winnipeg 1 (0-0-0 et moins quatre)
27 février 2020-Vancouver 2 à Ottawa 5 (0-0-0 et moins quatre)
23 janvier 2021-Montréal 5 à Vancouver 2 (0-0-0 et moins quatre)
 
-----------------------------------------
L'attaque des Oilers en panne sèche
 
Les Oilers d'Edmonton connaissent un début de saison ordinaire et leur attaque est dans l'ensemble très silencieuse, car elle ne réussit pas à exploser depuis quelques rencontres.
 
En effet, la formation dirigée par Dave Tippett, qui affiche un dossier de 2-4-0 après six rencontres, n'a réussi que 15 buts, une moyenne de 2,50 par rencontre et pis, elle n'a fait mouche que sept fois (dont un but dans une cage déserte) lors des quatre dernières parties, une moyenne de 1,75 par match.
 
Soulignons que certains des buts n'ont été d'aucune utilité, car dans les deux matchs perdus 5-1 et 3-1 contre le Canadien, ils accusaient des retards de 5-0 et 3-0, avant de sauver les meubles vers la toute fin de la troisième période dans les deux cas.
 
En défense, ce n'est pas plus reluisant, car les Oilers ont concédé 20 buts (dont un dans une cage déserte), une moyenne de 3,33 par rencontre.
 
Dans les quatre derniers matchs, les Oilers ont perdu 5-1 et 3-1 dans leurs deux matchs disputés contre le Canadien, à domicile, samedi et lundi derniers, et triomphé 3-1 et perdu 4-2, contre les Maple Leafs de Toronto, mercredi et vendredi, au Scotiabank Arena.
 
Sur le plan de l'attaque, ils n'ont marqué que 10 buts à forces égales (dont aucun par Leon Draisaitl), trois en avantage numérique et deux en désavantage numérique.
 
Connor McDavid a réussi quatre buts (un en avantage), alors que trois autres joueurs en totalisent deux chacun, Leon Draisaitl (un en avantage et un en désavantage), Ryan Nugent-Hopkins (un en avantage) et Kailer Yamamoto.
 
Cinq autres joueurs ont réussi un but, les défenseurs Darnell Nurse, Adam Larsson et Slaket Koekkoek et les attaquants Devin Shore (en désavantage numérique) et Josh Archibald, ce dernier dans une cage déserte.
 
Le jeu de puissance ne produit pas les résultats souhaités
 
Les Oilers n'ont pas été aussi productifs en avantage numérique, ne marquant que trois buts en 23 supériorités, un faible rendement de 13,04% et pis, ils ont concédé deux buts à leurs adversaires (les deux au Canadien), pendant qu'ils évoluaient en avantage numérique, ce qui leur fait un rendement global de seulement plus un sur cette unité spéciale.
 
L'an dernier, ils ont terminé au premier rang du circuit, affichant une superbe efficacité de 29,50%, marquant 59 buts en 200 avantages, eux qui avaient un rendement de 40,00% après leurs six premiers matchs, ayant marqué huit buts en 20 supériorités et qui n'avaient concédé qu'un seul but en 20 supériorités à leurs adversaires, lors de cette période.
 
On sait que les Oilers triomphent la plupart du temps par leur attaque, car les défenseurs et les gardiens ne sont pas très efficaces.
 
Ils tenteront de retrouver leur confiance en visitant les Jets (2) de Winnipeg en deux occasions, ce soir et mardi.
 
L'an dernier, ils avaient connu un superbe début de saison
 
Le présent début de saison n'est nullement comparable à celui de l'an dernier, car les Oilers avaient une fiche de 5-1-0 dans leurs six premiers matchs, eux qui avaient réussi pas moins de 23 buts (dont huit en avantage numérique) et concédé un total de 16 filets lors des six parties.
 
LES SIX MATCHS DES OILERS D'EDMONTON EN 2020-2021
(FICHE DE 2-4-0)
13 janvier 2021-Vancouver 5 à Edmonton 3 (Yamamoto, Nurse et Larsson)
14 janvier 2021-Vancouver 5 à Edmonton 3 (McDavid 3 (un en an) et Nugent-Hopkins 2 (un en an))
16 janvier 2021-Montréal 5 à Edmonton 1 (Koekkoek)
18 janvier 2021-Montréal 3 à Edmonton 1 (Shore (dn))
20 janvier 2021-Edmonton 3 à Toronto 1 (Yamamoto, Draisaitl (an) et Archibald (fd))
22 janvier 2021-Edmonton 2 à Toronto 4 (Draisaitl, (dn) et McDavid)
24 janvier 2021-Edmonton à Winnipeg (21h)
26 janvier 2021-Edmonton à Winnipeg (20h)
-----------------------------------------