On le voit depuis maintenant quelques années, les statistiques avancées, tel le Corsi, sont de plus en plus à la mode dans le monde du hockey. Bon nombre d'équipes de la LNH ont d'ailleurs engagé des experts de statistiques avancées, dans ce qui semble être le début d'une nouvelle ère. Chez le Canadien, on m’a confirmé qu'une personne travaille sur ce genre de statistiques depuis maintenant 3 ans. Mais qu'est-ce que les statistiques avancées? Qu'est-ce qu'elles apportent? Et surtout, quelles sont leurs limites?

Aujourd'hui, des sites comme Hockeyanalysis.com font état de ces nouvelles données provenant des matchs de la LNH. Mais à l'image de Billy Beane et des A's d'Oakland au baseball, peut-on envisager un "Moneyball" du hockey? Afin de mieux comprendre ce que représentent les statistiques avancées et ce qu'elles peuvent apporter aux organisations de la LNH, allons-y avec la base.

LE CORSI, ÇA MANGE QUOI EN HIVER?

On ne peut parler statistiques avancées sans parler de l'indice Corsi (dont l’inventeur, Jim Corsi, est l’entraîneur des gardiens des Blues de St. Louis). Pour expliquer le Corsi de la manière la plus simple possible, dites-vous que c’est un peu le même principe que les +/-, mais avec des données beaucoup plus complètes.

L'objectif principal du Corsi étant d'évaluer le temps de possession de rondelle, le Corsi représente le nombre de tirs tentés par une équipe par rapport au nombre de tirs tentés par l'équipe adverse, à forces égales. Lorsqu'on dit "tirs tentés", on parle ici de : tirs au but + tirs ratés + tirs bloqués. Pour en arriver à un pourcentage, on divise ainsi le nombre de tirs tentés par une équipe par le nombre de tirs tentés par les 2 équipes au cours d'un match.

L'indice Corsi est aussi applicable (et encore plus révélateur), lorsqu'il s'agit d'un joueur en particulier. Ainsi, on calculera le nombre de tirs tentés par l'équipe du joueur lorsque ce dernier est sur la glace par rapport au nombre de tirs tentés par l'équipe adverse lorsque ce même joueur est sur la patinoire.

DES EXEMPLES CONCRETS

Présentons un exemple simple en utilisant un chiffre rond : Dans un match, le Canadien a tenté 55 tirs sur le filet adverse lorsque P.K. Subban était sur la glace. De son côté, l’équipe adverse a tenté 45 tirs lorsque Subban était sur la patinoire... -> 55 / (55+45) = 0,55...ou 55%. On dira donc que, pour ce match, le pourcentage de Corsi de Subban a été de 55%...et donc que Subban a eu une influence positive sur la possession de rondelle du CH dans ce match.

Vous aurez vite compris que lorsque l'équipe d'un joueur tente plus de tirs que l’équipe adverse lorsque ce joueur est sur la glace, ce joueur aura un Corsi positif, c’est-à-dire un Corsi de plus de 50%. À l’inverse, ce joueur aura un Corsi négatif, soit un Corsi de moins de 50%, si l’équipe adverse a tenté plus de tirs que son équipe lorsqu’il était sur la glace.

Autre exemple : Dans un match Toronto-Detroit, lorsque Phil Kessel a été sur la glace, les Maple Leafs ont tenté 36 tirs contre 57 pour les Red Wings... -> 36 / (36+57) = 38,7%. On dirait ainsi que dans ce match, Phil Kessel a obtenu un Corsi de 38,7%...et qu'il a eu une influence très négative sur la possession de rondelle des Leafs ce soir-là.

CORSI : LES MEILLEURS L'AN DERNIER

Maintenant qu'on comprend les bases du Corsi, la question qu'on peut se poser est : Peut-il nous donner une bonne indication de la valeur réelle d’un joueur? Sachez d'abord que l’an dernier, chez le Canadien, le meilleur joueur à ce chapitre a été Brendan Gallagher, avec un Corsi de 52%. Rares sont ceux qui ne seraient pas d'accord que Gallagher est un joueur excessivement important pour le Tricolore...

Voici un petit tableau qui illustre les meilleurs joueurs du CH en termes de Corsi l'an dernier :

INFLUENCE SUR LE TEMPS DE POSSESSION EN 2013-14 (CORSI) : LES MEILLEURS DU CH

  1. BRENDAN GALLAGHER 52,0%
  2. MAX PACIORETTY 51,6%
  3. JARRED TINORDI 51,5%
  4. DAVID DESHARNAIS 50,4%
  5. P.K. SUBBAN 49,9 %

En regardant la situation à travers la LNH, sachez que le joueur avec le meilleur Corsi l'an dernier a été Patrice Bergeron, avec un Corsi de 61,2%. Difficile de trouver un athlète qui jouit d'une aussi bonne réputation quand on parle de contribution à son équipe, avouons-le.

Quant à George Parros, certaines mauvaises langues avançaient l'an dernier que le Canadien semblait jouer en infériorité numérique lorsqu’il était sur la glace... Et bien sachez que Parros a terminé bon dernier dans la LNH (793e sur 793) pour le Corsi, à seulement 27%. En d’autres mots, lorsque Parros était sur la glace, l’adversaire contrôlait la rondelle les ¾ du temps! Un hasard?

INFLUENCE SUR LE TEMPS DE POSSESSION : LES MEILLEURS (ET LE PIRE) DE LA LNH L'AN DERNIER

  1. PATRICE BERGERON 61,2%
  2. JAKE MUZZIN 61,1%
  3. ANZE KOPITAR 61,0%

...

793. GEORGE PARROS 27,0%

 

LE PLUS BEAU SPORT DU MONDE

Le Corsi n’étant que l’une des (très) nombreuses statistiques avancées, on peut se demander si l’on arrivera un jour à un « Moneyball » du hockey, un « Moneypuck », si vous voulez...On m'a déjà posé la question et les opinions sont partagées, mais gardons deux choses en tête : D’abord, contrairement au baseball, le hockey est un sport continuellement en mouvement, beaucoup plus rapide et beaucoup plus « collectif ». Il est donc beaucoup plus difficile d’évaluer la contribution des statistiques avancées. Puis, il ne faut pas négliger que certaines choses demeurent tout simplement non quantifiables au hockey. Que l’on parle de la mobilité d’un joueur, de sa vision, de sa capacité à protéger la rondelle, de la qualité de son travail le long des rampes ou en zones restreintes, de son leadership, de son intensité, ou même de la "dureté de son mental", comme disait si bien Bob des Boys; voilà des qualités extrêmement importantes, mais qui demeurent non-chiffrables.

Bref, on peut donc voir les statistiques avancées comme un outil utile pour les organisations (une plus-value en termes de données), mais qui ne peuvent, jusqu’à preuve du contraire, représenter une fin en soi. Car dans plusieurs cas, l'oeil averti d'un dépisteur ou d'un amateur de hockey averti sera toujours l'arme la plus redoutable pour évaluer la valeur d'un joueur. N'est-ce pas pour cela qu'on dit que c'est le plus beau sport du monde? :)

 

*Sachez qu'il sera question du Corsi et des statistiques avancées dans le cadre d'un segment de L'Antichambre, ce mardi 30 septembre à 21h30 sur les ondes de RDS2 et après le baseball sur les ondes de RDS.