Les Chiefs de Kansas City n’auraient pas pu imaginer un meilleur scénario pour ce 14e weekend d’activité dans la NFL, qui a pris fin lundi soir, à Seattle. Premièrement, une victoire arrachée aux mains des Ravens. Et deuxièmement, le fait que les Patriots, les Texans et les Steelers ont perdu fait en sorte qu’ils peuvent respirer plus librement. Ils devront cependant avoir à l’œil les Chargers, qu’ils affronteront d’ailleurs ce jeudi. Dans la Conférence Nationale, l’un des meilleurs matchs de l’année est allé à l’avantage de Dallas. Et les Bears ont fait honneur aux Monsters of the Midway en jouant un match à l’ancienne face à l’une des plus redoutables attaques de la ligue.

Les Chiefs (11-2) ont maintenant deux victoires d’avance sur les Patriots. Les Texans accusent également le même retard. Pour ce qui est des Steelers, le revers face aux Raiders signifie que la route vers les éliminatoires sera sinueuse. Mais attention, il y a aussi les Chargers! Los Angeles (10-3) sera à Kansas City ce jeudi. Philip Rivers tentera de mener son équipe à la victoire, qui placerait par le fait même les Chargers en position avantageuse pour le reste du calendrier. Concernant les Chiefs, encore une fois Patrick Mahomes a sorti le gros jeu au bon moment face à une défensive qui avait concédé moins de 30 verges de gains aérien au 3e quart. La bombe à Tyreek Hill avec moins de deux minutes à faire dans le match a préparé le touché égalisateur. Le gain en prolongation empêchera probablement les Patriots de terminer la saison régulière avec la position de tête dans la Conférence Américaine.

Et parlons-en de ces Patriots. Encore une fois, le domicile des Dolphins n’a pas été favorable à la Nouvelle-Angleterre. Pourtant, tout était dans l’sac pour la troupe de Bill Belichick. Mais avec 7 secondes à faire dans le match, tout s’est effondré. Un jeu anodin sur une passe latérale de DeVante Parker à Kenyon Drake a permis à ce dernier de traverser le terrain pour inscrire le touché victorieux. La défaite pourrait avoir des conséquences majeures sur le scénario des éliminatoires.

J’avais écrit dans cette chronique samedi que le match Eagles-Cowboys allait être à surveiller. Et les joueurs des deux équipes ont répondu aux attentes. Avec cette victoire (29-23), les Cowboys (8-5) sont presque assurés de remporter le titre de la division Est de la Conférence Nationale. Pour les Eagles (6-7), les carottes sont pratiquement cuites! À moins d’une catastrophe des équipes devant eux, les champions du dernier Super Bowl seront en vacance dans trois semaines. Ezekiel Elliott a touché au ballon 40 fois, pour des gains combinés (course, passe) de 192 verges. Il a clairement démontré qu’il est le cœur de cette attaque. Notons également qu’Amari Cooper a terminé le match avec 217 verges par la passe. Si Jerry Jones s’était attiré les critiques de milliers d’amateurs pour avoir cédé un choix de 1ère ronde au prochain repêchage pour acquérir Cooper, ces mêmes amateurs doivent le louanger suite au match de dimanche.

Un petit mot concernant la victoire des Colts aux dépens des Texans. Dans mon analyse vendredi dernier, j’avais écrit que les Colts causeraient la surprise du weekend s’ils réussissaient vaincre les Texans. Mise à part la déconfiture des Patriots en fin de match, le gain des Colts est sans aucun doute le résultat le plus surprenant. Indianapolis a eu raison de Houston, 24-21. Rappelons que la défensive de Romeo Crennel était classé 5e au niveau des points accordés avant la rencontre (19,9/match). Notons aussi la performance d’Andrew Luck.

Avez-vous été impressionnés par la prestation des Bears face aux Rams? La défensive a été tout simplement époustouflante, et n’a concédé que 6 maigres points à la 3e meilleure attaque de la ligue. Jared Goff a été harcelé du début à la fin. Présentement, Chicago a deux victoires de moins que les Saints et les Rams. Pour les Bears, le scénario idéal serait d’être les hôtes tout au long des séries. Cette défensive pourrait faire mal paraître n’importe quelle équipe en janvier, dans des conditions arctiques. Sean Payton et Sean McVay le savent très bien.

En terminant, que peut-on dire des Vikings du Minnesota? La saison 2018 est une déception totale. Tout était en place pour une campagne mémorable. J’y reviendrai lors du bulletin de fin de saison. Mais ce revers face à Seattle (21-7), lundi, est tout à fait inexcusable. Une équipe bourrée de talent qui prouve, encore une fois, que le football se joue sur le terrain, et non sur papier!