La première saison de Lance Stroll en Formule 1 aura été intéressante et assez bonne dans les circonstances selon les dires du principal intéressé. Malgré un premier tiers de saison difficile avec aucun point dans les six premières courses et trois abandons dans les trois premières épreuves du calendrier en Australie; en Chine et au Bahreïn, il s'est toutefois signalé avec une bonne course à Montréal, au Grand Prix du Canada, en marquant ses premiers points en F1 avec une 9e position. Le point marquant de sa  saison 2017 fut sans contredit son premier podium en carrière, une 3e place presqu'une 2e position, devancé par Bottas et sa Mercedes dans les derniers mètres de la ligne d'arrivée au Grand Prix d'Azerbaïdjan à Bakou. Au final, il a marqué des points dans sept épreuves: Outre le Canada et Azerbaïdjan, il s'est classé 10e en Autriche; 7e en Italie, 8e à Singapour et en Malaisie et 6e au Mexique. De plus, en qualifications au Grand Prix d'italie à Monza, sous la pluie, il s'est qualifié 4e sur la grille, performance impressionnante pour une recrue dans ces circonstances. Avec les différentes pénalités imposées aux deux pilotes Red Bull, Verstappen et Ricciardo, il s'est retrouvé en première ligne, 2e, aux côtés de Lewis Hamilton. Il devenait alors le plus jeune pilote de l'histoire en F1 à réaliser cet exploit.

Somme toute, durant cette première saison, on a assisté à une évolution des performances du jeune pilote québécois à partir du deuxième tiers de la saison. En comparaison avec son coéquipier Felipe Massa, Stroll a terminé à seulement 3 points du vétéran brésilien au 12e rang du classement des pilotes avec 40 points et aussi à 3 points du top 10 des pilotes, 10e place occupée par le pilote de Renault, Nico Hulkenberg. Pas mal tout de même comme une première entrée en matière. De plus, au cours de cette première saison, il a été en mesure d'éviter les accrochages et de bien gérer ses courses à part les trois premières de la saison bien qu'à Bahreïn, il ne fut pas responsable de la collision avec la Toro Rosso de Sainz. Cependant, un aspect à améliorer pour 2018, ce sont ses performances en qualifications. Comme l'a signalé le directeur technique de Williams, Paddy Lowe, il doit réaliser des bon premiers tours rapides en qualifs et être mieux positionné sur la grille. Dans le premier tiers de la saison, en qualifications, il s'est retrouvé à quelques reprises à une demi-seconde de son coéquipier mais cet écart s'est réduit au cours de la saison si bien que Stroll s'est qualifié à deux reprises devant Massa en Azerbaïdjan et en Italie. Cependant, son coéquipier l'a tout de même devancé à 17 reprises sur la grille de départ. Autre élément de comparaison valable pour Stroll, ce fut les performances du pilote recrue français Esteban Ocon de Force India qui a terminé 8e au classement des pilotes avec 87 points. À la défense de Stroll, il faut admettre que la Force India a été plus performante et constante que la Williams en 2017 bien que les deux équipes étaient motorisées par le Mercedes.

Avec la retraite de Felipe Massa, il sera intéressant de connaître l'identité du prochain coéquipier de Lance Stroll pour la saison 2018. Comme première option probable, le retour du pilote polonais Robert Kubica en F1 après son grave accident de Rallye, survenu en 2011 au volant d'une Skoda S2000 au rallye Ronde di Andora près de Gènes en Italie. À noter qu'il a bien performé dans les essais Pirelli qui ont eu lieu cette semaine à Abou Dhabi. De plus, le pilote russe Sergey  Sirotkin de la filière Renault a aussi roulé à Abou Dhabi lors de ces essais. Les noms de Paul di Resta, qui a remplacé Massa au Grand Prix de Hongrie en 2017, et Pascal Wehrlein, qui a perdu son volant chez Sauber, ont aussi été mentionnés. À suivre et vivement le début de la saison 2018 en Australie, le 26 mars.