Il y a des athlètes qui sont reconnus comme des maîtres lorsque ça compte le plus en séries et d’autres qui flanchent souvent lorsque la pression est trop forte. L’artilleur des Red Sox David Price a vécu les deux scénarios, mais plus souvent le 2e depuis le début de sa carrière. Au monticule, la réputation de Price en saison régulière est bien connue. Il est l’un des lanceurs les plus dominants de sa génération. Malgré un palmarès bien garni de 6 saisons de 15 gains ou plus, 5 participations au Match des étoiles et un Cy Young (2012), le vétéran de 33 ans en arrachait en séries et ce, depuis ses débuts dans la MLB. Sa moyenne de points mérités en séries s’élevait à 5,03 avant 2018 et il n’avait pas savouré une seule victoire en 9 départs.

Cible facile notamment en raison de son salaire (Price est le mieux payé des Red Sox en 2018 avec 30M$), les médias et les amateurs s’en sont donnés à cœur joie au cours des dernières semaines en se moquant de ses performances mais son gérant Alex Cora n’a jamais perdu confiance. Malgré des sorties difficiles face aux Yankees et aux Astros, il n’a pas hésité à l’envoyer sur la butte lorsque ça comptait le plus, en finale.

Et Cora n’a pas été déçu! Au total face à L.A., Price n’a accordé que 3 points mérités en 13 manches et deux tiers, avec deux gains en autant de départs. Pas mal pour un gars qui a été rabaissé constamment par les médias de Boston depuis le début de la saison. Le journaliste Michael Silverman n’a pas été tendre à son endroit. Il n’a pas le choix de faire son mea culpa

Il faut dire que les médias n’avaient pas entièrement tort. Chaque fois que Price allait au monticule, les fans de Boston étaient nerveux et avec raison. Ses ratés en séries étaient nombreux mais le talent a toujours été là. Sa confiance aussi. Price a fait preuve d’une résilience hors du commun. Malgré 9 ans de déboires et toute la pression sur ses épaules, il a réussi à faire taire les critiques et surtout, savourer une première Série mondiale! Le lanceur a montré du caractère après avoir accordé un circuit à son premier tir, face à David Freese. Il a ensuite retiré 14 frappeurs de suite. C’est la meilleure réplique pour un lanceur.

Dominant les Dodgers d’un bout à l’autre, les Red Sox ont célébré leur 9e conquête de la Série mondiale. Pendant que ses coéquipiers célébraient sur le terrain, David Price ne pouvait retenir ses larmes. Un moment très touchant où l’on ne peut que s’imaginer la gamme d’émotions vécues par le gaucher. Il était toujours aussi émotif lorsque les journalistes l’ont interviewé après le match. Sortez vos mouchoirs si vous regardez l’entrevue! Price aurait pu se moquer des médias à son tour mais il a fait preuve de retenue. Un petit rappel que malgré les millions, les athlètes sont des humains, pas des robots. Que vous soyez fan des Red Sox ou pas, Price est un athlète admirable et un exemple de persévérance pour les jeunes. La rédemption de Price est l’une des plus belles histoires du baseball majeur.

Vas-y David, tu peux pleurer de joie. Tu as prouvé que tu n’es pas seulement un lanceur de saison régulière et surtout, tu n’as jamais baissé les bras malgré les épreuves. Chapeau!