MONTRÉAL - En quittant les Penguins de Pittsburgh pour le Canadien de Montréal, le défenseur de Pointe-Claire Michael Matheson rentre chez lui, mais il laisse aussi derrière un perpétuel aspirant à la coupe Stanley pour un club en reconstruction.

Ça ne le dérange pas pour deux sous.

« Pas du tout! On a vu ce qu'ils ont fait à la fin de la dernière saison et c'était excitant, a-t-il déclaré lors d'une visioconférence, lundi. Même pour un gars qui ne jouait pas pour ce club mais qui vient de Montréal, j'étais excité. Avoir l'occasion de faire partie du Canadien, c'est un rêve pour moi. Il n'y a pas meilleur moment que celui-ci pour obtenir cette opportunité. »

Matheson très fier de joindre le Canadien

En plus d'être excité de revenir à la maison, Matheson, qui vient de connaître sa meilleure saison offensive avec 31 points, dont 11 buts, en 74 rencontres, compte bien faire profiter de l'expérience acquise auprès des Kristopher Letang, Evgeny Malkin et Sidney Crosby aux jeunes joueurs du Tricolore.

« Tous ces plus jeunes joueurs qui ont gagné leur place (au sein de la formation du Canadien) n'ont pas besoin d'un mentor. Mais en même temps, ça peut être très utile d'avoir quelqu'un vers qui se tourner quand on a des questions. À Pittsburgh, même si ça faisait quelques années que j'étais dans la ligue, je me tournais vers Sid, Kris et Geno. Ces gars ont vécu tellement plus que ce que j'ai moi-même vécu. Nous avions des conversations sur ce que c'est de gagner la coupe, à quoi ressemblait le vestiaire, ce qui a fait en sorte que tout a cliqué.

« Je compte bien me servir de ce que j'ai appris de ces amitiés et de la culture spéciale qu'ils ont créée là-bas. C'est ce que ça prend pour gagner dans cette ligue. Je ne dis pas que je serai Sid, Kris ou Geno pour les jeunes joueurs de Montréal, ils sont une bonne coche au-dessus de moi, mais si je peux faire quoi que ce soit pour les aider, leur apprendre ce que j'ai moi-même appris, ça pourra aider l'équipe. »

Matheson estime par ailleurs avoir gagné en confiance et en constance au cours des deux dernières saisons passées à Pittsburgh, après avoir passé un peu plus de quatre ans avec les Panthers de la Floride.

« Le hockey, en un mot, c'est de savoir évaluer en une fraction de seconde si de prendre tel ou tel risque en vaut le coup. C'est ce qui rend le hockey si difficile. J'ai été en mesure d'apprendre à reconnaître ce genre de jeux, mais surtout de quelle façon me donner plus de temps pour prendre ces décisions. Quand vous arrivez au point où vous choisissez plus souvent la meilleure option, vos chances de succès s'en retrouvent grandement améliorées. »

L'arrière de 28 ans ne sait pas encore quel rôle lui confiera l'entraîneur-chef Martin St-Louis au sein de sa troupe, mais il est prêt à toute éventualité. Gaucher, Matheson se dit même prêt à jouer du côté droit, où il a déjà évolué et où le Canadien souffre d'un manque de profondeur.

« Il y a des avantages à jouer des deux côtés. Vous jouez différemment contre une montée adverse selon le côté où vous jouez. Les transitions se font différemment, mais c'est aussi un avantage si vous longez la ligne que de jouer du côté inverse, car vous manipulez alors la rondelle de votre côté fort. »

Il est également prêt à relever le défi que représentera le fait de jouer pour une équipe moins bien nantie en défense, ce qui aura pour effet de le jumeler à de meilleurs éléments chez les adversaires du CH.

« Je pense que mon temps à Pittsburgh m'a permis d'atteindre un autre niveau dans mon développement. De voir ce que Kristopher Letang accompli chaque jour, ça aide. Je pense être prêt à des responsabilités accrues comme ça. C'est un défi que je souhaite relever. »

Matheson, obtenu samedi en retour de Jeff Petry et Ryan Poehling, a été un choix de premier tour, 23e au total, des Panthers au repêchage de 2012. Il a signé un contrat de huit saisons et 39 millions $ US avec les Panthers avant la saison 2018-2019, pour un salaire annuel moyen de 4,875 millions $. Ce contrat viendra à échéance après la saison 2025-2026. Il a été échangé des Panthers aux Penguins en septembre 2020 en compagnie de Colton Sceviour en retour de Patric Hornqvist.

« C'est un rêve pour moi de jouer avec les Canadiens »
« Ça va être vraiment spécial de mettre ce chandail-là »