MONTRÉAL - L'espoir Nick Suzuki espère se tailler une place avec le Canadien de Montréal dès cette saison, confiant de prouver au directeur général des Golden Knights George McPhee qu'il a tort.

Quelques heures après que le Canadien eut acquis Suzuki, Tomas Tatar et un choix de deuxième ronde au repêchage de la LNH en 2019 en retour du capitaine Max Pacioretty, dans la nuit de lundi, McPhee avait déclaré que Suzuki était à « une année ou deux » d'être prêt pour la LNH. Le principal intéressé semble bien déterminé à le faire mentir.

« C'était vrai à Vegas, mais je vais faire tout en mon possible pour prouver au Canadien que j'ai ma place avec lui, a dit Suzuki en conférence téléphonique, mardi. Ce sera différent (à Montréal); je devrai savoir ce qu'on attend de moi. Mais s'il y a une ouverture, alors je ferai tout en mon possible pour en profiter. »

Suzuki et Tatar se trouvent présentement à Las Vegas, mais la direction du Tricolore a indiqué qu'ils seront à Montréal dès mercredi et qu'ils seront soumis aux examens médicaux en même temps que le reste de leurs nouveaux coéquipiers, jeudi, à Brossard.

Lors du tournoi de golf annuel du Canadien lundi, le directeur général Marc Bergevin avait déclaré que Tatar peut compenser en partie la contribution offensive de Pacioretty et que Suzuki est promis à un bel avenir. Il a d'ailleurs précisé que le Canadien l'avait classé 11e sur sa liste l'année de son repêchage et que c'est un joueur capable de joueur à l'aile et au centre.

L'attaquant originaire de London, en Ontario, n'a pas caché qu'il se considère d'abord et avant tout comme étant un joueur de centre.

« Je suis à l'aise aux deux positions (centre et ailier), a-t-il mentionné. Ce sera aux entraîneurs de décider. Cependant, j'ai grandi en jouant au centre, et ce n'est que lors des dernières saisons qu'on m'a déplacé à l'aile. »

Suzuki s'est décrit comme un joueur qui excelle dans les deux sens de la patinoire, un fabricant de jeux et un tireur qui est capable d'engranger des points. Il tente d'ailleurs de calquer son jeu sur celui du joueur de centre québécois Patrice Bergeron des Bruins de Boston.

L'Ontarien, qui mesure cinq pieds, 11 pouces et pèse 183 livres, reconnaît qu'il ne correspond pas à l'archétype du joueur de centre de la LNH. D'ailleurs, dans un entretien accordé dimanche au 'Las Vegas Review-Journal', l'entraîneur-chef du club-école des Golden Knights de Vegas, Rocky Thompson, s'en était remis à McPhee ainsi qu'à son adjoint Kelly McCrimmon lorsqu'on l'avait interrogé à savoir s'il jouerait à long terme au centre. Le principal intéressé s'est toutefois défendu de ne pas avoir le physique de l'emploi.

« J'ai toujours voulu prouver que je pouvais jouer au centre, a évoqué Suzuki. Je sais que de nombreuses équipes recherchent de gros joueurs de centre, mais je crois que je peux tirer mon épingle du jeu au centre. La taille n'a pas d'importance; je joue bien en zone défensive au centre. C'est ma position naturelle. »

Pierre LeBrun : La transaction de Max Pacioretty suscite plusieurs réactions à travers la LNH

Les chances que Suzuki se retrouve avec le grand club dès cette saison ne sont pas si farfelues. Lors du tournoi de golf, l'entraîneur-chef Claude Julien a rappelé que le défenseur Victor Mete était parvenu à se tailler un poste avec le Canadien l'année dernière, au même âge.

Lors de l'encan 2017, les Golden Knights avaient sélectionné Suzuki au 13e rang.

À sa troisième saison avec l'Attack d'Owen Sound dans la Ligue junior de l'Ontario, le joueur de centre de 19 ans a amassé 100 points, dont 42 buts, en 64 rencontres.

Quant à Tatar, il a admis qu'il avait dû lever sa clause de non-échange lorsqu'on l'a informé de la transaction qui l'envoyait au bleu-blanc-rouge, mais le principal intéressé a indiqué qu'il ne s'agissait que d'une formalité puisqu'il souhaitait obtenir un nouveau départ, « avec une organisation aussi réputée et prestigieuse que celle du Canadien ».

Il aura toutefois à convaicre des sceptiques au sein de la base de partisans de l'équipe.

« Je veux prouver aux Montréalais que je peux jouer sur le premier trio et peut-être même marquer 30 buts », a-t-il avancé.

En sept campagnes dans la LNH, Tatar n’a jamais inscrit plus de 29 buts au cours d’une même saison. Il a franchi le plateau des 20 buts en trois occasions.

Le Slovaque, qui fut sélectionné au deuxième tour du repêchage de 2009 par les Red Wings de Detroit, a récolté 119 buts et 109 mentions d'aide en 427 matchs dans la LNH. Après avoir été échangé aux Golden Knights avant la date limite des transactions la saison dernière, il a conclu la saison avec une récolte de 34 points, dont 20 buts, en 82 matchs.

Le Canadien a par ailleurs annoncé que Suzuki portera le no 88, alors que Tatar endossera le dossard no 90.