BROSSARD, Qc - Il y a une constante dans ce que Dominique Ducharme demande à Nick Suzuki et Jesperi Kotkaniemi de faire pour avoir du succès: ils doivent être dynamiques.

La différence présentement? Suzuki l'est depuis une dizaine de jours, tandis que Kotkaniemi n'arrive pas à le faire présence après présence.

« Quand vous commencez à connaître la recette du succès, vous avez fait un bon bout de chemin pour avoir de la constance dans votre jeu », a dit Ducharme en visioconférence, mardi.

Il venait alors de souligner les caractéristiques de Suzuki lorsqu'il a du succès, comme c'est le cas récemment. Suzuki a amassé 10 points à ses six dernières rencontres.

« Il est un joueur intelligent et quand son jeu descend un peu, c'est parce qu'il essaie d'être plus intelligent que le jeu, qu'il va essayer de deviner au lieu de suivre son instinct, a mentionné Ducharme. Son instinct ressort dans sa façon de compétitionner, quand il joue avec un rythme plus élevé, ce qui lui permet d'avoir la rondelle plus souvent. »

Quatre des 10 points récoltés par Suzuki lors des six derniers matchs ont été en avantage numérique. Le Canadien a présenté une efficacité de 31,8% en supériorité numérique (6-en-19) au cours de cette séquence.

« Nick a amené son jeu à un autre niveau, a souligné l'attaquant Tyler Toffoli. L'avantage numérique passe par lui et nous avons généré des buts importants dans cette phase du jeu.

« Son habileté (à Suzuki) à tirer l'aide beaucoup. Les autres équipes ne peuvent pas seulement défendre la passe. Le fait qu'il soit élite dans ces deux aspects l'aide beaucoup. »

À l'autre bout du spectre, il y a Kotkaniemi. Le Finlandais âgé de 20 ans n'a pas marqué à ses 19 dernières rencontres et a été limité à quatre aides au cours de cette traversée du désert.

Malgré son jeune âge, Kotkaniemi a 166 matchs d'expérience dans la LNH. Devrait-il déjà avoir franchi des étapes de plus dans son développement?

« Il a beaucoup appris au cours de ces matchs, mais il est encore jeune, a insisté Ducharme. Il a une meilleure idée de ce qu'il doit faire pour avoir du succès, mais ce n'est pas facile de le faire chaque soir.

« Oui, s'il veut décocher plus de tirs, il doit prendre moins de temps, a ajouté Ducharme au sujet de l'habitude à corriger de Kotkaniemi de dribler avant de tirer après une réception de passe. Mais il doit être aussi dynamique dans sa façon de patiner. C'est de cette manière-là qu'il aura plus d'espace et de temps pour faire ses jeux. C'est là que son talent va ressortir. Même chose dans son implication pour gagner des rondelles libres et les batailles 50-50. S'il est dynamique dans ces phases-là, il aura la rondelle plus souvent et son talent va ressortir. »

Kotkaniemi a été replacé au centre, mardi, un jour après avoir été cloué au banc pendant la deuxième moitié de la troisième période lors de la victoire en prolongation de 3-2 du Tricolore face aux Maple Leafs de Toronto. Il était entouré d'Artturi Lehkonen et Jake Evans.

Tout roule à la veille du dernier droit

Cole Caufield a été placé à la droite de Phillip Danault et Josh Anderson.

Caufield a joué les héros lors des deux derniers matchs. Il est devenu le troisième joueur de l'histoire de la LNH à marquer ses deux premiers buts en carrière en prolongation, après Albert Hughes avec les Americans de New York en 1930 et Brent Seabrook avec les Blackhawks de Chicago en 2005.

Le gardien Jake Allen a l'occasion d'affronter Caufield à l'entraînement depuis quelques semaines. Il n'a pas hésité quand le tir de Caufield a été comparé à celui d'un franc-tireur qu'il a côtoyé pendant longtemps chez les Blues de St. Louis: Vladimir Tarasenko.

« C'est une bonne comparaison, même si l'un est droitier (Caufield) et l'autre gaucher (Tarasenko), a mentionné Allen. Tout le monde dans la ligue peut tirer, mais son tir (à Caufield) est difficile à lire et il vise des endroits différents.

« Ce n'est pas qu'une question de vélocité, c'est aussi dans la manière de déguiser son tir, de laisser le bâton faire le travail. Tarasenko était comme ça aussi. Il visait entre les bras et le corps ou entre les jambes, là où beaucoup de joueurs ne pensent pas à tirer. Cole a le même flair dans son jeu. »

Peut-être encore transporté par l'énergie nouvelle de ses débuts dans la LNH, Caufield n'a pas encore connu de creux de vague au niveau de son implication dans le jeu après cinq rencontres. Si jamais ça devait se produire, on peut parier que Ducharme lui parlera de faire preuve de plus de dynamisme.

Caufield : jeunesse et enthousiasme sur le 1er trio